Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (2 / 4)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



SKEPTICISM - Farmakon (2003)
Par MOX le 18 Février 2004          Consultée 3502 fois

Skepticism EST le noir. Il est cette absorption de couleurs dont rien ne réchappe. Prenant son temps pour livrer ses offrandes, Skepticism n'évolue pas ou peu. Laissant parler son "funeral doom" plus qu'éloquent, il se soucie bien peu du visuel: une pochette presque entièrement noire (et pas de serpent moche qui se découvre à la lumière, si vous voyez ce que je veux dire), très peu de couleurs à l'intérieur, les paroles et basta. Fort d'un titre totalement antinomique "Farmakon" ("remède" en grec), l'album ne ressemble en rien à de l'acide acétylsalicylique (de l'aspirine quoi) ou à une catharsis de quelque genre que ce soit.

Skepticism n'est pas triste, ni sombre, ni mélancolique. Il est bien au-delà et s'enfonce dans la dépression, la noirceur et l'agonie la plus dérangeante. Pour du doom-metal rien de bien nouveau: un rythme extrêmement lent qui accueille toutes les 4 secondes un riff de guitare sorti d'on ne sait où. Accompagné d'un chant lourd et mortuaire, la musique de Skepticism n'est pas ce rythme statique se répétant à l'infini (à l'instar des très bons SHAPE OF DESPAIR); elle est variée, cassée et asymétrique. Pas une once de structure, la musique se calme ici, elle s'amplifie plus loin et dans un état de désordre apparent.

Rien n'est fait pour mettre l'auditeur bien à l'aise. Claviers et violons angoissent directement tandis que la batterie reste définitivement spéciale, elle s'apparente plus à une percussion tribale tant le bruit est pesant et brouillé. Elle s'agite (façon de parler, ça tape toutes les 3 secondes) de manière à créer tantôt une procession funéraire ("The Raven and The Backward Funeral"), tantôt des battements de coeur de plus en plus rapides (le morceau 4 sans titre) ou encore cette cymbale diablement répétitive à déconseiller aux psychologiquement faibles.

C'est une recommandation assez générale d'ailleurs, car outre le fait que la musique d'une lenteur abominable soit à la fois troublante et hypnotisante (voir les notes d'orgue), Skepticism sait créer des situations. L'exemple le plus probant est ce morceaux expérimental n°4 qui donne sérieusement l'impression d'avancer dans un édifice gigantesque à la gloire d'on ne sait quelle déité maléfique, des sons bizarres apparaissent de partout, les battements de coeur et une respiration difficile accompagne votre chemin; un chant agonisant et ricanant au dessus de vous... Effet saisissant.

Un bon vieil album de doom-metal saurait vous endormir aisément. Mais ici "Farmakon" comme beaucoup de ses galettes précédentes, n'est pas apaisant mais pourtant prenant. Un mélange improbable de notes, de sons et de riffs, un melting-pot imposant et entêtant marquant la maîtrise d'un groupe au sommet. Skepticism EST au dessus, il EST le funeral doom.

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MOURNFUL CONGREGATION
The Dawning Of Mournful Hymns (2002)
Doom metal




MY DYING BRIDE
As The Flower Withers (1992)
Doom metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
   POSSOPO

 
   (2 chroniques)



- Lasse Pelkonen (batterie)
- Jani Kekarainen (guitare)
- Eero Pöyry (claviers)
- Matti (vocaux)


1. The Raven And The Backward Funeral
2. Shred Of Light, Pinch Of Endless
3. Farmakon Process
4. Sans Titre
5. Nowhere
6. Nothing



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod