Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Haemorrhage, Exhumed, Impaled
- Membre : Firebird, Trigger The Bloodshed, Candlemass, Carnage, Aosoth, Spiritual Beggars
- Style + Membre : Napalm Death, Aborted, Arch Enemy, Brujeria

CARCASS - Swansong (1996)
Par POSSOPO le 27 Mars 2004          Consultée 8416 fois

Heartwork, aussi efficace était-il, marquait le début de la fin pour CARCASS. Le groupe a perdu, en tournant le dos à un passé grind de manière un peu trop brusque pour des fans à la susceptibilité déplacée, la majeure partie de son auditoire traditionnel. Il a récupéré en retour des adeptes très versatiles d’un death metal plus accessible bien vite reparti emportés par le vent de la mode. Swansong marque l’arrivée à la station terminus, c’est-à-dire très prosaïquement la fin de la fin.

La genèse de cet album est une longue histoire qui prouve à quel point l’industrie du disque a un respect tout relatif des artistes. Croyant trouver en CARCASS une possible nouvelle poule aux œufs d’or, Columbia décida, au vu des ventes très correctes d’Heartwork, d’engager le combo britannique dans son écurie pleine de canassons sans caractère. Evidemment, quand on est soutenu par le tout-puissant Sony, on peut se permettre la pire des incorrections vis-à-vis de ce ceux que l’on considère plus pour leur capacité à générer du chiffre d’affaire que pour leur talent artistique. Les pontes de la major ont donc, après écoute des maquettes de ce futur chant du cygne, instamment commandé à Jeff Walker de modifier substantiellement le timbre de ses vocalises, ces messieurs en col blanc le trouvant inadapté à leurs conduits auditifs généralement vierges de sons non-chloroformés. N’acceptant pas la politique d’uniformisation du label, le groupe résiste jusqu’à ce qu’après une féroce joute verbal, la maison de disques le lâche, incapable de mater la bête plus sauvage qu’elle ne croyait.
C’est alors qu’Earache vient à la rescousse de ses anciens poulains et sort finalement le disque qui aura poireauté, endivé et courgetté plus d’un an dans les tiroirs. Au moment de la sortie de Swansong, CARCASS n’est déjà plus et ce titre résume parfaitement la situation du quartette.

En écoutant cet album, il serait presque possible de comprendre la volonté de Columbia de voir la manière de chanter de Jeff Walker se métamorphoser. Cette voix toujours aussi particulière aux grattements inimitables (et pourtant souvent imités par une infinité de formations de black et de death mélodique) semble presque déplacée, posée qu’elle est sur un lit heavy rock à la carrosserie rutilante. Le départ de Mike Amott, compensé par l’arrivée du jeune Carlo Regada, accentue encore cette impression que CARCASS s’est transformé en un chantre d’un hard thin lizzyesque dopé aux saturations actuelles. Les soli heavy metal diablement mélodiques de celui qui a trouvé en ARCH ENEMY et SPIRITUAL BEGGARS de nouveaux joujoux plus passionnants ont disparu pour des discours au vocabulaire blues moins en accord avec mes goûts personnels.

Tout cela ne signifie pas que ce disque est raté mais plutôt incompris. La meilleure façon de présenter cet ultime lp des britanniques serait de le considérer comme le premier effort de BLACKSTAR, projet aux qualités nombreuses et aux préoccupations bien différentes que celles mises en avant sur Reek Of Putrefaction et regroupant trois des géniteurs de Swansong.

Ni death, ni grindcore mais encore riche de suffisamment d’aspérités, notamment du fait de cette voix grenue, pour plaire à l’underground, cette galette mal accueillie est marquée du sceau de l’honnêteté et mérite que l’on s’y attarde plus qu’il n’a été fait jusqu’alors.

A lire aussi en HEAVY METAL par POSSOPO :


MERCYFUL FATE
Melissa (1983)
Heavy metal

(+ 1 kro-express)



STONE TEMPLE PILOTS
Purple (1994)
Un joyau mésestimé

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Jeff Walker (chant, basse)
- Bill Steer (guitare)
- Carlo Regadas (guitare)
- Ken Owen (batterie)


1. Keep On Rotting In The Free World
2. Tomorrow Belong To Nobody
3. Black Star
4. Cross My Heart
5. Child's Play
6. Room 101
7. Polarized
8. Generation Hexed
9. Firm Hand
10. R**k The Vote
11. Don't Believe A Word
12. Go To Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod