Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (24)
Questions / Réponses (7 / 21)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nevermore, Ashes Of Ares
- Membre : Ashes And Dust, Sadus, Judas Priest, Sons Of Liberty, Leash Law, Demons & Wizards, Death
- Style + Membre : Pyramaze

ICED EARTH - The Glorious Burden (2004)
Par FREDOUILLE le 26 Janvier 2004          Consultée 14586 fois

Voici donc le fameux et tant attendu "The glorious Burden" (le fardeau glorieux) de ICED EARTH, un concept album très ambitieux sur les différentes grande batailles de l'histoire (hormis "Hollow man" titre issu de la session d'enregistrement d'"Horror show"); l'histoire étant la passion de Jon Schaffer.

Soulignons tout d'abord la magnifique édition limitée qui nous est proposée : Celle-ci est un double digipack ( 2 cds : l'un comprenant l'album, et l'autre comprenant la trilogie "Gettysburg (1863)" cette dernière durant près de 32 minutes). L'artwork est tout à fait remarquable et très soigné. La pochette de l'album est une merveille, et le livret qui nous est proposé est splendide avec de très belles illustrations (une pour chaque titre). On a également le droit à l'historique de la bataille de Gettysburg conté par Jon Schaffer lui-meme.

Coté musique : eh bien, après une écoute en avant première de l'album il y a quelques mois et de l'EP "The reckoning" assez classique, mon avis était quelque peu mitigé : Principalement, de par la voix de Tim Ripper OWENS, lequel chantait bien mais contrastait quelque peu avec le chant de Matthew Barlow l'ex-excellent chanteur d'ICED EARTH auquel on était devenu habitué.
Alors depuis la sortie de l'album (12 janvier 2004), l'album passe en boucle sur ma platine et force est de constater que cet album n'est pas si mauvais que cela bien au contraire. Cet album est redoutable : Celui-ci se révèle petit à petit au fil des écoutes et jour après jour on en découvre toutes les subtilités. En fait, cet album est vraiment très bon pour ne pas dire excellent malgré quelques faiblesses deci delà ("Hollow man" ou "Valley forge").
Quant au chant de Ripper, il est tout simplement bon malgré quelques poussées dans les aigus qui ne cadrent pas vraiment avec le style d'ICED EARTH (question d'habitude???). Néanmoins, Ripper, de par sa voix (plus faiblarde que celle de Barlow sur les passages calmes : "Hollow man" ou "When eagles cries" - il s'en dégage moins d'émotion), se montre plus à son aise sur les morceaux virulents. Elle donne une certaine agressivité qui n'est pas pour me déplaire.

Le disque débute par "The star-splanged banner" l'hymne américain version métal, plutot réussi. Cette introduction ouvre brillamment sur "Declaration day", titre très caractéristique d'ICED EARTH. Les guitares sont tranchantes et les rythmiques de Jon Schaffer sont reconnaissables entre mille. La voix de Ripper passe très bien sur ce morceau car des choeurs ultra-puissants y sont omniprésents. De plus, de magnifiques guitares mélodiques viennnent agrémenter le tout. Première pépite de l'album!
"When the eagle cries" est l'une des deux ballades de l'album. Jolie ballade comme je le disais dans ma chronique de l'EP (en unplugged sur l'EP, et également disponible dans cette version à la fin du disque 1), mais très "gentillette". Le refrain, très plaisant, est beaucoup trop répétitif (20 fois dans le morceau, ça fait un peu beaucoup).

La suite de l'album se poursuit avec 4 titres tout bonnement monstrueux :
"The reckoning" est un titre absolument ahurissant avec des rythmiques "Schafferiennes" époustouflantes. Ripper, chante vraiment bien et donne de l'agressivité (meme si les quelques aigus m'ennuient un peu) au morceau. Les choeurs accrocheurs sont ultra-puissants et le break guitare-basse qui agrémente le morceau est tout simplement génial. Un morceau thrashisant, puissant et accrocheur. Les choses sérieuses commencent!
"Greenface" est un des titres les plus heavy et agressifs de l'album. Aussi, un des mes préférés. Les riffs sont tranchants, la rythmique puissante, le chant "Halfordien" sur le refrain. Les solis quant à eux sont excellents (Merci Monsieur SANTOLLA!)et plutôt bien inspirés. Bref, vous l'aurez compris, ce morceau cartonne dur. La transition avec "Attila" est très réussie (superbe mélodie truffée de choeurs guerriers). Ce titre, certes très classique pour du ICED EARTH, rappelle sans contestation l'époque "Night of the stormrider" de par les rythmiques de Schaffer et de par le chant de Ripper qui s'adapte plutôt bien sur ce morceau puisqu'également l'on peut percevoir sur certains passages quelques "murmures black" du plus bel effet.
On enchaine ensuite avec le puissant "Red Baron/Blue Max" dont le texte a été ré-écrit par Ripper lui-meme. Le chant est ici "Halfordien" et conforte cette notion d'agressivité délivrée également par des guitares virevoltantes.
"Hollow man" calme quelque peu le jeu après 4 titres tout bonnement excellents. Deuxième ballade de l'album qui me fait penser à "Melancholy" mais en moins bien quand meme. Le refrain, est certes, très accrocheur, mais ce morceau est quand meme trop classique et trop facile à mes yeux.
"Valley forge" est un peu dans la meme lignée, meme si le morceau est plus puissant et plus rapide. Très classique quand meme, malgré quelques soli plutot mélodiques et réussis. "Waterloo" vient ensuite nous asséner un dernier coup de massue (morceau ultra mélodique, accrocheur avec rythmiques ultra-efficaces : bref un petit joyau de heavy metal qui me rappelle l'époque "the dark saga") avant d'enchainer sur la version unplugged de "When the eagle cries", (version sur laquelle je ne m'étendrais pas, malgré une préférence pour cette version acoustique), et sur le CD 2 avec la fameuse trilogie "Gettysburg (1863).

GETTYSBURG 1863 : Nous y voilà!!!
Morceau épique de 32 minutes scindé en trois parties et enregistré avec un orchestre (orchestre philarmonique de PRAGUE) de 54 musiciens.
La première partie (près de 12 minutes) débute par l'hymme américain (encore!) mais cette fois avec tambours, mandolines, flutes, instruments qui nous rappellent l'époque de cette bataille. On a également droit à des effets sonores style les cannonades. Bref, ICED EARTH sort le grand jeu, et le sortira tout au long de cette trilogie. Cette première partie, bien que plaisante et dotée de passages orchestraux (tambours, guitares acoustiques et électriques, s'ensuivant de violons) de toute beauté est néanmoins un peu longue et me semble la moins intéressante de la trilogie.
La transition avec la deuxième partie est vraiment excellente (tambours à l'appui). Cette deuxième partie (7 minutes) est plus entrainante et plus rythmée pour notre plus grand plaisir. Beaucoup de choeurs sont omniprésents et viennent renforcer la voix irréprochable de Ripper. On peut percevoir une basse très en avant et certains passages sont magnifiques : duels entres guitares et violons. Splendide, du grand art!!!
La troisième partie débute avec les tirs d'artillerie et une batterie lourde et puissante. Ambiance plus sombre : l'heure du dernier assaut a sonné!!!!
Cette troisième partie est vraiment géniale de par des mélodies irrésistibles et des changements d'ambiances magistraux. Les breaks sont davantage existants et on peut percevoir quelques accélérations rythmiques du plus bel effet (accélérations qui manquent un peu sur cette trilogie notamment sur la première partie, ce qui fait que cette trilogie ne "décolle" jamais vraiment, dommage!!!). La trilogie se termine en apothéose et on peut ressentir l'intensité de la bataille de par le biais d'effets sonores ( bruitages d'épées, cris barbares en fond...).
Néanmoins, et au final, malgré ce petit reproche (manque de changements de rythmes durant la première partie) cette trilogie est dantesque, monstrueuse, énorme et force est de constater qu'un boulot titanesque a été réalisé, aussi bien dans la composition qu'au niveau musical. Cette trilogie est une merveille à elle seule.

Alors que dire de cet album??? Je dirais que cet album n'est peut-etre pas le chef d'oeuvre escompté mais on n'en est pas loin. Car en dépit de certains titres faiblards car trop "faciles" (en particulier deux) sur le cd 1, le reste est tout bonnement excellent (ça y est je l'ai dit!!!).
Alors ICED EARTH n'a peut etre pas sorti là son meilleur album mais n'en est pas loin du tout. Les musiciens réalisent là un grand numéro (coup de chapeau à Messieurs Santolla, Macdonough et Christy le roi de la double pédale!).
Quant au chant, et bien au fil des écoutes, on tendrait presque à oublier notre ami Matthew car Ripper Owens réalise ici une excellente prestation, notamment sur les morceaux type "the reckoning", ou tout simplement "Gettysburg (1863)".
ICED EARTH a sorti là un grand album, mais ce n'est qu'au bout de quelques écoutes (une bonne dizaine) que vous en apprécierez tous les rouages et subtilités.

Coups de coeur de l'album :
"Gettysburg (1863)", "The reckoning", "Greenface", "Waterloo"

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


MECHANICAL POET
Woodland Prattlers (2004)
Vous souhaitez de l'original? découvrez ce cd!!!




IRON MASK
Shadow Of The Red Baron (2010)
Ce qui se fait de mieux dans le genre !


Marquez et partagez





Par THE MARGINAL



Par RENAUD STRATO




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Jon Schaffer (guitare, choeurs)
- Tim Owens (chant)
- James Mc Donnough (basse)
- Richard Christy (batterie)


1. The Star-splangled Banner
2. Declaration Day
3. When The Eagle Cries
4. The Reckoning (don't Tread On Me)
5. Greenface
6. Attila
7. Red Baron/blue Max
8. Hollow Man
9. Valley Forge
10. Waterloo
11. When The Eagle Cries (unplugged)

1. Gettysburg (1863)
2. The Devil To Pay
3. Hold At All Costs
4. High Water Mark



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod