Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (2 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Rock Alchemist
- Membre : Ozzy Osbourne , Slash's Snakepit , Mad Season
 

 Site Officiel De La Communauté Aic (802)

ALICE IN CHAINS - Alice In Chains (1995)
Par MOMO HEARTBREAKER le 20 Mars 2004          Consultée 10849 fois

Un riff sombre, torturé, très lourd et voilà que déboule le troisième volet des aventures d’Alice au pays des ténèbres (si on met de côté les mini EP acoustiques etc…). Trois années se sont écoulées depuis le retentissant « Dirt » (plus de trois millions d’exemplaires rien qu’aux states), trois années où la gloire s’est conjuguée avec le mot souffrance… Ainsi, on ne sera pas surpris de voir le groupe accoucher de son disque le plus sombre, le plus profond donc moins facilement accessible et assimilable par la génération MTV. Qu’importe du moment que la qualité est là, me direz-vous ? Et vous aurez bien raison. Inutile d'entretenir le suspens, cette livraison en forme d’épitaphe est d’une qualité et d’une richesse que peu de groupes toutes époques confondues peuvent se targuer d’avoir approcher. De la production au livret, tout y est parfait dans l’horreur (bien plus impressionnant que n’importe quelle comptine avec créatures surnaturelles ou théorie liées à la bête fourchue).

Tout commence avec le premier single « Grind » avec son riff irrésistible, dérangeant au phrasé mélodique inoubliable. La doublette « Brush Away » et « Sludge Factory » digne du Sabbath des seventies mais sans redite, on ne peut que s’extasier devant les mélodies imparables trouvées par le groupe au sein de morceaux aux structures des plus improbables. On monte d’un cran que le très roots « Heaven Be Side You » où l’émotion nous prend à la gorge avant de replonger en plein cauchemar (le troublant « Head Creeps » et l’entêtant « Again »).

On reprend notre souffle avec le planant « Shame In You » aux forts accents Led Zeppeliniens. On arrive à ma composition favorite (je dois être dérangé quelque part !) avec le mystique et crépusculaire « God Am » construit tout en rupture avec un riff saccadé tranchant avec le couplet / refrain tout en finesse, ce titre est une merveille. On accélère le tempo avec deux titres plus direct « So Close » et « Nothin’Song » que l’on jurerait extraits des sessions de Dirt. On note au passage le génie guitaristique du père Cantrell. « Frogs » nous permet d’apprécier le génie créatif du groupe sur un long titre épique, très sombre, riches climats qui comme les quatre saisons dévoile progressivement l’intégralité de ses couleurs.

Et comme tout à une fin, le glas tombe sur l’histoire du groupe qui ne pouvait se conclure que par un morceau d’anthologie. « Over Now », tel un champs de bataille au petit matin, nous laisse sans voix comme perdu et on se dit que non c’est injuste que tout ne peut pas finir ainsi mais la vie est ainsi faite...

Que dire, si n’est que cet album rentra dès son premier jour de sortie à la première place des charts US. Malgré le succès critique et public de cette œuvre, le groupe ne pourra pas partir en tournée suite aux problèmes de santé de son frontman charismatique. Très sombre, il laisse cependant la bouche amère…
Comment ne pas hurler de colère devant tant de talent gâché par la drogue ? Au printemps 2002, Layne Stanley est retrouvé mort seul dans sa chambre chez lui à Seattle marquant la fin de nos rêves de chimère de voir ce groupe unique à l’influence énorme (tout styles confondus) se reformer un jour. RIP.

A lire aussi en HARD ROCK par MOMO HEARTBREAKER :


The CULT
The Cult (1994)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



The QUILL
« Hooray! It's A Death Trip » (2003)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Layne Staley (chant, guitare)
- Jerry Cantrell (guitare)
- Mike Inez (basse)
- Sean Kinney (batterie)


1. Grind
2. Brush Away
3. Sludge Factory
4. Heaven Beside You
5. Head Creeps
6. Again
7. Shame In You
8. God Am
9. So Close
10. Nothin' Song
11. Frogs
12. Over Now



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod