Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TRISTITIA - Garden Of Darkness (2002)
Par MOX le 29 Décembre 2003          Consultée 2414 fois

La petite surprise qu'avait créée The Last Grief persuada tant bien que mal Luis B.Galvez de continuer sur cette voie: une ligne directrice musicale pour un album, et pas 36 comme auparavant. Qui plus est, à force de tatônner, on arrive légitimement à concocter quelque chose de toujours plus professionnel. Garden Of Darkness est une suite disons logique de l'album précédent, logique car le guitariste et leader respecte une sorte de concept et de simplicité qu'il avait entreprises un peu avant.

Son ras-le-bol des line-up instable passé, Galvez s'entoure de nouveaux membres -donc d'un nouveau chanteur- et premier signe distinctif: retour au chant guttural qui, à sa manière, sait être sombre et froid même si l'on pourra être déçu par l'aspect monocorde de la voix. Galvez pousse le bouchon encore un peu plus loin: il compose pour la première des fois des morceaux véritablement longs (3 dépassent les 10 minutes), agrémente le tout d'interludes pour la plupart doux et reposants, et englobe l'album d'une intro certes ultra-convenue mais jolie grâce à ces guitares acoustiques et d'une conclusion quelque peu déroutante, uniquement à la guitare et découpée en plusieurs passages distincts dont certains semblent bien moins inspirés que d'autres.

Relativement peu de vrais morceaux donc, et on se réjouit de pouvoir assister à des mélodies différentes d'un morceau à l'autre. Mais c'est à l'intérieur qu'on sent l'effort de recherche. La lourdeur de la musique, la lourdeur des guitares et de la batterie offre enfin un joli spectacle de riffs aigüs et travaillés, l'ensemble étant gorgé de claviers, d'ambiances et d'arrangements. Certes ceux-ci vous paraîtront parfois éculés, mais en général ils interviennent relativement bien et apportent une touche de légèreté et de mélancolie. Car ce doom-metal, froid, sombre et dépressif, est réellement édulcoré par ces claviers, mais aussi par ces passages plus calmes à la guitare et créant un mélancolisme plus instinctif. Cependant, l'impression d'habiter dans un pays étranger au bout d'une minute de musique a disparu. Les enchaînements, les ponts, l'arrivée des solos se font plus calmement et plus logiquement. Les riffs ne changent pas toutes les 4 secondes et les solos se font plus intéressants. Galvez y incorpore à la fois plus de technique (les tapping entre autre) et plus de feeling, rendant le solo moins chiant et plus compréhensible dans de tels morceaux.

C'est en fait un gros pas vers la matûrité, la dualité entre un rythme pachydermique et la mélancolie dégagée par les guitares seules est maîtrisée. Vous ne tomberez pas dans la dépression nerveuse la plus alarmante, vous ne perdrez pas non plus le fil de l'histoire vu que le rythme est relativement cyclique. Loin d'être un hymne au bonheur, Garden of Darkness est un album de doom-metal facile à appréhender, simple dans sa conception tout en devenant varié, triste mais encore perfectible. Petit appel à Luis: trouve-toi un line-up et pars en tournée!

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


KATATONIA
Discouraged Ones (1998)
Doom/gothic

(+ 1 kro-express)



MY DYING BRIDE
The Light At The End Of The World (1999)
Doom metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Thomas Karlsson (chant)
- Louis B. Galvez (guitare, basse, claviers)
- Wilhelm (basse)
- Thomas Hedlund (batterie)


1. The Entrance
2. Beholder's Tears
3. Black Godz Serenades Pt.1
4. As Death Says Mine
5. When Tears Cry
6. Beyond The 7th Valley
7. There Will Never Be Another Dawn
8. Black Godz Serenades Pt.2
9. Tears Of The Moon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod