Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED PROG MÉLODIQUE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HEAVENBLAST - Heavenblast (2003)
Par JULIEN le 6 Janvier 2004          Consultée 1587 fois

Assez nettement inspirés par toute la vague générée par les séminaux HELLOWEEN - GAMMA RAY, les musiciens de HEAVENBLAST débarquaient en 2003 sur la scène Speed Metal avec une bonne idée : ne pas jouer à qui remporterait le titre du meilleur imitateur des glorieux ainés. D’où une démarche visant précisément à étançonner un Speed enlevé de nombreux et forts réussis passages Prog, contribuant à étendre la totalité des compositions au-delà des cinq minutes (exceptés les deux courts instrumentaux « We Don’t Believe In Sorrow » et « Power Induction »).

C’est cette association entre la vivacité du Speed mélodique un bel appétit pour des constructions complexes et progressives qui assoie la personnalité de ce groupe italien et fait sa richesse. Mais, car il y a un « mais », si le fond est vraiment plaisant et intéressant, avec des titres variés et subtilement alambiqués, jamais démonstratifs ou fatiguants, c’est la forme qui a tendance à plomber HEAVENBLAST : Tout d’abord, le groupe doit souffrir une production certes claire mais dépouillée de caractère et de puissance, laissant les guitaristes Alessandro Saporano et Donatello (Cowabunga !) Menna s’escrimer un peu en vain, alors que leurs solos ont le mérite de s’éloigner des clichés habituels du genre ; pour suivre, le chanteur Marco La Corte, l’un des deux fondateurs du groupe, dispose d’une voix assez peu originale - sorte de mélange entre Tobias Sammet (EDGUY) et Mike Baker (SHADOW GALLERY) – et le garçon a tendance à peiner sur les passages aigus un peu hardus, ce qui donne un côté un peu instable au tout.

C’est donc à contre cœur que j’attribue une note de 3/5 à un disque qui mériterait amplement 4/5 pour sa qualité, le raffinement de ses compositions et l’inventivité de son Speed Mélodique idéalement épicé de Prog, avec de bons riffs accrocheurs et des claviers qui s’adonnent parfois à des sonorités dynamiques à la CHILDREN OF BODOM (« Tomorrow King », « Heavenblast »…) ou épiques comme sur « The Crown Of Light », quand Francesco Di Giandomenico ne se lance pas dans des solos évoquant fortement DREAM THEATER (« Ready To Fly » par exemple).

Morceaux recherchés et fouillés (« Inside The Universe » ou l’épique et excellent « The Hero Of The Eternal Flame » avec son petit côté ANGRA pour n’en citer que deux), breaks superbes empruntant aux formations Prog davantage portées sur les élaborations mélodiques que sur la technique, petits détails soignés, inspiration, HEAVENBLAST possède vraiment les armes pour se faire une place dans le cercle des formations Speed de rang supérieur. Nul doute qu’avec une production à la hauteur et un chanteur plus en confiance, ce groupe italien pourrait s’approcher de l’élite des EDGUY (de nombreux passages me font penser au « Vain Glory Opera » des allemands, où Sammet peinait d’ailleurs lui aussi, de la même façon que Marco La Corte), SONATA ARCTICA et autres KAMELOT. C’est tout ce que je lui souhaite pour son prochain disque, que j’attends avec impatience.

A lire aussi en POWER METAL par JULIEN :


HELLOWEEN
Keeper Of The Seven Keys - The Legacy (2005)
Très bon cru speed et varié, au titre un peu osé

(+ 3 kros-express)



SONATA ARCTICA
Ecliptica (1999)
Frais et addictif... Du très grand speed mélodique

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Marco La Corte (voix)
- Alessandro Saponaro (guitare)
- Donatello Menna (guitare)
- Fabrizio Carota (basse)
- Diego Chiacchierini (batterie)
- Diego Regina (clavier)


1. Intro : We Don't Believe In Sorrow
2. Inside The Universe
3. Ready To Fly
4. Tomorrow King
5. The Hero Of The Black Flame
6. Statues In The Shade
7. Power Induction
8. Heavenblast
9. The Crown Of The Light
10. Last Smile



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod