Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


AMERICAN PEARL - American Pearl (2000)
Par THE MARGINAL le 6 Mars 2004          Consultée 1719 fois

Dans la catégorie hard-rock à l'arraché, direct et pechu, je vous presente American Pearl, un quatuor americain qui debarque avec un premier album éponyme au cours de l'année 2000. Ce premier essai s'annonce prometteur puisqu'il est produit par Steve Jones.

A l'écoute de cet album, on s'aperçoit que American Pearl s'inscrit dans la lignée de Buckcherry, mais le ton ici est plus serieux.

A la croisée des chemins entre le heavy-rock n'roll tel que le pratiquaient Buckcherry, Slash's Snakepit, New American Shame et le meilleur du modern-rock façon 3 Doors Down ou Creed, ce premier album éponyme renferme quelques brulots de premier choix, dont les mélodies ne laissent pas insensible. "California", qui ouvre l'album, est l'archetype du rock americain actuel et sans artifice(comprendre par là: pas de samples, ni de machines, ni d'effets électroniques). "Giveaway" est à cheval entre mid-tempo rock et ballade et ne déparerait sur un album de U2, par exemple. Autres titres dignes d'intêret: "Free your mind" et le sentiment d'urgence qui s'en dégage, l'excellent "Truth", la jolie ballade acoustique bluesy "Bleed" empreinte de mélancolie.

Toutefois, les 2 meilleurs titres de l'album sont à la fin du CD. "Revelation", avec son refrain terriblement accrocheur, et le survolté "Amphetamine girl", une chanson sleaze-rock qui évoque Mötley Crüe et Guns N' Roses lorsque ceux-çi avaient le feu sacré, sont 2 véritables merveilles. Pour être plus precis, ce sont les seuls véritables moments de magie de l'album.

En fait, le problème majeur de cet opus se résume là: hormis ces 2 chansons, il n'y a pas vraiment de magie, de moments transcendants. American Pearl a sorti un album de bonne facture, mais n'a pas mis la grosse claque éspérée. Il manque à ce groupe le panache propre à Buckcherry ou Beautiful Creatures et un peu plus d'audace dans les solos de guitare eut été bienvenu. Ceci dit, ce disque demeure quand même agréable à écouter et on espère que ce quatuor americain reviendra avec une nouvelle galette.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


GREAT WHITE
Psycho City (1992)
Un great white imperial




KIK TRACEE
Field Trip (1992)
Du hard us experimental


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Kevin Roentgen Chant, Guitare)
- Rodney Rocha (basse)
- Noah Shain (batterie)


1. California
2. Automatic
3. Giveaway
4. Underground
5. Free Your Mind
6. Truth
7. Bleed
8. Seven Years
9. Revelation
10. Amphetamine Girl
11. If We Were Kings



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod