Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : World Under Blood, Aesmah, Hypocrisy, Be'lakor, The Absence , Detonation, The Duskfall , At The Gates, Arch Enemy, Callenish Circle, Amon Amarth, Soilwork
- Style + Membre : In Flames
 

 Site Officiel Du Groupe (496)
 Myspace Du Groupe (517)

DARK TRANQUILLITY - The Mind's I (1997)
Par JULIEN le 25 Février 2004          Consultée 10643 fois

Grand nom du Metal suédois, DARK TRANQUILLIY possède également son titre de gloire, en tant qu’appartenant au cercle des formations qui enfantèrent de ce que nous appelons aujourd’hui le Death Mélodique, cette improbable association entre la fougue et la brutalité du Death et le travail incontestablement étudié de musiciens décidés à exhausser de mélodies l’expression de cette agressivité.

En la matière, DARK TRANQUILLITY frappa un grand coup avec le génial "The Gallery" faisant suite au très prometteur "Skydancer". En 1997, avec ce "The Mind’s I", nos cinq suédois ne faisaient rien d’autre qu’enfoncer le clou de leur hégémonie, et s’affirmer comme une formation purement incontournable de l’extrême raffiné.

Oui, n’en déplaise à ceux qui aiment à décocher les traits les plus sarcastiques sans même prêter l’oreille à la musique, DARK TRANQUILLITY demeure une formation des plus racés, vêtue d’une délicatesse et d’une finesse d’ornementation qui manqua toujours, à mon goût, au IN FLAMES post "The Jester Race", pas moins excellent, mais moins fin et subtil, plus axé sur la force d’impact des guitares chantonnantes s’associant aux coups de boutoirs des rythmiques.

DARK TRANQUILLITY, lui, se dégage de ce schéma : reconnaissant un intérêt manifeste pour les structures complexes, sans jamais verser inconsidérément dans l’ultra complexité stérile, le groupe suédois possède cette maturité d’écriture qui illumine chaque titre de plans multiples et de breaks judicieux, attisant la flamme de guitares soignées jusque dans leur ire, enivrantes au possible lorsque la mélodie s’élabore au cœur du feu des guitares farouchement métalliques et personnelles, la basse comblant le tout de sa présence facilement détectable. Loin du personnage bourrin et bourru que se plaisent à bâtir les combos de Death Metal, DARK TRANQUILLITY puise dans un héritage mélodique héritée du Metal des 80’s un sens avisé, et très affiné, du chorus qui fait mouche et de la mélodie qui s’impose avec fluidité, impressionnant votre imaginaire en y déposant pléthore d’images rêveuses et gorgées d’émotion fortes : "Dreamlore Degenerate", "Dissolution Factor Red", "Hedon", "Still Moving Sinews", le génial et ultra accrocheur "Tidal Tantrum" et son break feutré, ou encore le superbe "Zodijackyl Light" sont autant d’exemples du génie mélodique du groupe.

Plus direct que "The Gallery", d’une agressivité flirtant insolemment avec la beauté insondable des notes pleuvant en cascades, le DARK TRANQUILLITY de "The Mind’s I" se fait presque élitiste, le côté péjoratif du terme en moins : directement connectée aux âmes torturées et avides d’absolu de ses interprètes, la création qui s’impose ici en douze chapitres saura ravir les amateurs éclairés d’un mariage de colère et d’apaisement, de désarroi et de mélancolie – l’incontournable "Insanity’s Crescendo", longue composition balayant tout le registre du groupe, la voix magnifique et déchirante de Sara Svensson en plus, vient ici cristalliser DARK TRANQUILLITY comme entité intouchable… Ainsi, loin des écueils d’un style qui ne pardonne pas la médiocrité, DARK TRANQUILLITY fait miroiter, à même le ciel veillant sur les paysages enneigés de la suède, les rubans compliqués, entrelacés et noueux d’une musique qui ne souffre d’aucune faille.

Des rythmiques musclées constamment sillonnées de serpents mélodiques les préservant d’une bête brutalité importune, jusqu’aux riffs accrocheurs et chorus inimitables, indéniablement paraphés de l’encre nuancée de DARK TRANQUILLITY, sans oublier la prestation de Mikael Stanne - l'un des rares chanteurs du style, de ceux qui parviennent à faire passer de l'émotion à travers leur voix Death/Black - "The Mind’s I" est une œuvre totalement aboutie, peut-être moins évidente que "The Gallery", et moins accessible que les créations qui lui succèderont, mais tout aussi fantastique et indispensable.

Classieux (consultez un peu l’époustouflant livret qui s’offre à vous avec l’album, vous comprendrez peut être mieux ce que véhicule la musique du groupe…), plus subtil que les groupes officiant dans le style qu’il contribua à édifier, unique dans son approche de la mélodie, d’une intelligence évidente dans son travail de composition et dans son propos (les textes de Michael Stanne méritent qu’on s’y attarde), DARK TRANQUILLITY reste pour moi le meilleur des groupes de Death Mélodique, le plus inventif et également le plus audacieux ("Projector" et "Haven" sont chaudement recommandés à ceux qui goûtent avec plaisir l’art de la surprise et de la prise de risque). Et si "The Mind’s I" n’est pas mon disque préféré du groupe – je donnerais plutôt ce titre à "Projector" -, il ne sera jamais condamné au bannissement de ma collection. Puisse-t-il se ménager une place dans la votre !

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par JULIEN :


SOILWORK
A Predator's Portrait (2001)
Death melodique

(+ 1 kro-express)



DARK TRANQUILLITY
Skydancer (1993)
Death melodique


Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   JULIEN

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Mikael Stanne (chant)
- Anders Jivarp (batterie)
- Niklas Sundin (guitares)
- Martin Henriksson (basse)
- Fredrick Johansson (guitares)


1. Dreamlore Degenerate
2. Zodijackyl Light
3. Hedon
4. Scythe, Rage And Roses
5. Constant
6. Dissolution Factor Red
7. Insanity's Crescendo
8. Still Moving Sinews
9. Atom Heart 243.5
10. Tidal Tantrum
11. Tongues
12. The Mind's Eye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod