Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Shape Of Despair, Impaled Nazarene

THY SERPENT - Forests Of Witchery (1996)
Par JULIEN le 23 Février 2004          Consultée 4562 fois

Nombre d’entre vous associent peut-être le Black Metal à l’image d’une musique violente et satanique, pourrie de blastbeats et de hurlements de dindes enragées, sur fond de claviers qui jouent à faire peur aux guitares… Bien, si vous faîtes partie de ces individus qui n’ont jamais eu l’occasion de découvrir un groupe capable d’ébranler leurs idées légitimement préconcues sur cette musique, je ne peux que vous inviter à prêter une oreille, et même les deux, à THY SERPENT, formation finlandaise qui pratique depuis ses débuts une musique qui se présente en quelque sorte comme l’archétype du black atmosphérique. Précisons…

Non content de se refuser aux facilités des blast beats qui défoncent les crânes et mitraillent les petits neurones échaudés par les glapissements de gosiers travaillés à la haine anti-chrétienne, THY SERPENT s’offre même le luxe de renouveler avec ce « Forests Of Witchery » la palette d’émotions que peut susciter le Black Metal lorsqu’il atteint ce niveau de maturité. Entièrement basé sur les atmosphères, travaillant plus qu’à son tour dans les mid-tempos (« Flowers Of Witchery Abloom », « Only Dust Moves …»), sans pour autant se refuser la jouissance d’un rythme plus enlévé (« A Traveller Of Unknown Plains », le très long « Like A Funeral Veil Of Melancholy »), et s’autorisant même une vraie incartade presque furieuse sur « Of Darkness And Light » (ah, ce break quasi Folk…), THY SERPENT a érigé au rang de célébration sa recherche de la mélodie profonde et de l’ambiance qui ensorcelle.

Jamais violente même dans ses passages les plus extrêmes, d’une agressivité qui toujours se frotte voluptueusement au velours des nappes de claviers qui offrent à son black l’abri où lover ses replis endoloris, la créature squameuse finlandaise ne mord pas, elle dépose de piquants baisers qui vous empoisonnent tendrement d’effluves capiteuses et naturelles, puisées à même la beauté insondable des grandes forêts du Nord, terres de légendes et de croyances païennes.

Haut lieu de célébration du culte des forces boisées, frémissant depuis les nervures des feuilles jusqu’aux troncs d’arbres les plus majestueux, le Black de THY SERPENT a la consistance de la sève porteuse de vie, ainsi que la fluidité de vivaces ruisseaux clapotant au cœur de la végétation exubérante, et qui effleure les jambes des voyageurs de l’âme que sont ces quatres artistes soumis à la supériorité ineffable de leur mère nouricière. Les guitares de Sami, touchantes et vibrantes d’une sensibilité acoustique ou se hérissant d’une intensité davantage pétrie de Black, mais toujours sans agressivité délétère, la batterie monstrueuse et complexe d’Agathon (GLOOMY GRIM), les claviers ennivrants et très présents de Luopio et d’Azhemin, bref, toutes les forces électriques et acoustiques mises en œuvres ici sont autant d’instruments au service de la puissance tranquille mais dissuasive des mille entités se repaissant de cette lumière tamisée par les frondaisons, et qui baigne les feuilles, craquèle les écorces. Comme une force irradiante qui éveille les sens des fleurs les plus capiteuses pour leur en faire révéler les nectars profondément émoustillants… et le visiteur imprudent de s’abandonner à la volupté d’un sommeil rêveur, veillé par les ondulations d’un black d’une rare profondeur.

Seulement constitué de six pièces longues et variées (seul « Of Darkness And Light » descend sous les six minutes), « Forests Of Witchery » résonne au sein des architectures végétales d’une voie charmeuse qui a tôt fait de vous posséder, et s’affirme comme un superbe album de Black atmosphérique grandiose. Vraiment une oeuvre référentielle, gorgée d’une beauté apaisante, et qui ne réclame de l’auditeur que silence et attention absolue pour pouvoir s’exprimer dans toute sa plénitude.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par JULIEN :


NECROMANTIA
Crossing The Fiery Path (1993)
Du Black, un esprit occulte, et deux basses !




DIMMU BORGIR
Stormblast (2005)
Version 2005 assez différente de cet album culte


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Agathon (batterie)
- Azhemin (claviers, chant)
- Luopio (basse, claviers, chant)
- Sami (guitare)


1. Flowers Of Witchery Abloom
2. Of Darkness And Light
3. A Traveller Of Unknown Plains
4. Only Dust Moves...
5. Like A Funeral Veil Of Melancholy
6. Wine From Tears



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod