Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Anthrax, Tribe After Tribe

ARMORED SAINT - Delirious Nomad (1985)
Par JULIEN le 31 Janvier 2004          Consultée 3687 fois

Après un “March Of The Saint” emballant, nos camarades américains d’ARMORED SAINT are back with “Delirious Nomad”, un album moins direct que son prédécesseur, et profitant d’une production puissante (mais un peu datée) de Max Norman, responsable du son de SAVATAGE sur « Power Of The Night » (album que l’on peut d’ailleurs rapprocher par instants de ce « Delirious Nomad »). En tout cas la pochette, très étrange, tranche nettement avec celle plus typique et chevaleresque du premier disque de la bande à John Bush, même si la musique pondue par nos saints armés n’est vraiment pas à cataloguer du côté d’un Heavy mélodique aux relents épiques ! Que non alors !

Chez ARMORED SAINT, on ne plaisante pas sur la question de l’énergie, et le groupe bataille ferme à défendre son bébé tout puissant, sorte de Heavy Metal classique et bien costaud, taillé pour la scène et porté par la voix hargneuse et hors du commun de John Bush (futur ANTHRAX). Rythmiques d’airain aussi lourdes et meurtrières qu’une enclume, et qui chercheraient plutôt du côté le plus massif des JUDAS PRIEST et autres ACCEPT, solos géniaux, tout en feeling, refrains à reprendre à gorges déployées... que du bon Heavy, hostile et intelligemment composé, d’opportuns breaks étant de la partie.

Solidement ancré dans les 80’s, le Metal de ARMORED SAINT me fait penser avec dépit à la malédiction qui priva toujours ce groupe de la reconnaissance qui lui était pourtant due ! Car avec les géniaux SAVATAGE et VIRGIN STEELE, ARMORED SAINT assurait alors une certaine avant-garde du Metal américain. Et si le SAINT partage avec le premier une certaine rigueur dans les rythmiques contrebalancée par la majesté des solos (SAVATAGE demeure pour autant plus mélodique et nanti de riffs moins rudes), et avec le second une véhémence passionnée (le VIRGIN STEELE du culte « Noble Savage » était encore traversé de morceaux Metal assez simples et efficaces, tels "Fight Tooth And Nail" ou "We Rule The Night"), ARMORED SAINT n’en possède pas moins sa patte, imprimant dans le sol du Heavy son empreinte inamovible de machine à coller des gifles ! Il faut dire que la voix assez dure de John Bush ne contribue pas à adoucir une incarnation métallique qui ne fait pas toujours dans la dentelle !

"Long Before I Die" et "Nervous Man", le bien nommé "Conqueror", ou encore l’excellent "In The Hole" (et son très beau final), percutants, sont ainsi là pour le rappeler : ARMORED SAINT n’est pas du genre à jouer les divas, mais cherche simplement à nous assommer de ce bon Metal de tradition, qui ne fait de la double grosse caisse qu’un usage parcimonieux, concentrant ainsi toute sa force d’impact sur l’évidence accrocheuse des rythmiques et la qualité des solos. Pas de chichi, on cogne dru, on bastonne sévère, on ne laisse pas à l’abandon le concept de mélodie ("Over The Edge", le chorus de guitare de l’oppressant "For The Sake Of Heavin"...), sans oublier malgré tout de s’accorder une petite pause étonnamment touchante (le moment fort "The Aftermath"), et on referme ici, sur le bagarreur et limite rock’n rollien "Released" un album plus complexe qu’il n’y paraît.

« Delirious Nomad » nous fournit ainsi la preuve qu’on peut savater les tronches sans pour autant renoncer à titiller les groupes les plus friands de mélodies jamais faciles et assez sombres. On tient là un disque de qualité, mésestimé, mais dont on pourra regretter le léger manque de charme, et des contours coriaces (particulièrement sur la première moitié du disque) qui en font peut-être le plus difficile d’accès des albums d’ARMORED SAINT. A ce titre, je le déconseille à ceux qui souhaitent s’initier. Mais les familiers du son ARMORED SAINT ne pourront que l’adopter.

Note : 3.5/5

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


PRETTY MAIDS
Future World (1987)
Grand album heavy des 80's, et groupe trop boudé

(+ 1 kro-express)



DREAMLAND
Future's Calling (2005)
Le fils d'hammerfall ? cans cautionne en tout cas


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- John Bush (chant)
- Dave Prichard (guitare, choeurs)
- Phil Sandoval (guitare)
- Joey Vera (basse, choeurs)
- Gonzo Sandoval (batterie, perc., choeurs)


1. Long Before I Die
2. Nervous Man
3. Over The Edge
4. The Laugh
5. Conqueror
6. For The Sake Of Heavin
7. Aftermath
8. In The Hole
9. You're Never Alone
10. Released



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod