Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sadus, Horrendous
- Membre : James Labrie , Mayan, World Under Blood
- Style + Membre : Exivious

PESTILENCE - Testimony Of The Ancients (1991)
Par JULIEN le 6 Novembre 2003          Consultée 6941 fois

Petit sondage ! Trouvez-vous que Death-Metal est plutôt synonyme de : "brutalité" (oui = 90 %), "bêtise musicale" (oui = 75%), "néant mélodique" (oui = 80%), "qualité instrumentale" (oui = 25 %), "recherche sonore" (oui = 10 %). Bien. A tous ceux qui se sont reconnus dans ces résultats, voici de quoi reconsidérer votre opinion et faire basculer ces chiffres dans un sens tout opposé : la panacée s'appelle PESTILENCE, le flacon "Testimony Of The Ancients".

Sorte de DEATH en moins jusqu'au-boutiste de la technique, le combo hollandais travaille, sur ce disque, à l'élaboration d'un Death particulièrement recherché et mélodique, sans jamais trahir l'allure râpeuse du discours, le grondement des guitares ou les borborygmes caverneux d'un chant à la croisée de celui de Chuck Schuldiner (DEATH) et John Tardy (OBITUARY).

Témoignage de cette audacieuse ambition, l'architecture originale du disque, qui alterne imperturbablement morceaux Death consistants et courts instrumentaux atmosphériques, entièrement bâtis sur d'excellents synthétiseurs et clavecins qui inspireraient plus tard bien des formations Black Metal (pour info, "Testimony Of The Ancients" est paru en 1991... EMPEROR n'était alors qu'au stade foetale) : sombres, inquiétantes, s'étirant en d'étranges volutes aux allures de culte morbide, ces piécettes ne cassent en rien l'ambiance, et contribuent à asseoir le non-conformisme de PESTILENCE, en ces vertes heures du Death où les primitifs CANNIBAL CORPSE et OBITUARY faisaient sensation.

On aurait pu redouter, légitimement, la confrontation entre ces instrumentaux et les morceaux proprement dit. C'était sans compter sur la pertinence de PESTILENCE, qui nous abreuve de compositions jonglant, avec un art consommé de l'équilibre, entre la brutalité de ce Death technique aux fort relents Thrash, et les interventions soigneusement sous-pesées de claviers opportuns, parfaitement enchâssés dans les compositions, et qui apportent la touche d'ambiance qui fait la différence.

Tantôt largement offensif (les directs "The Secrecies Of Horror" et "Lost Souls", "Testimony" et sa rythmique de rhinocéros hérissé, coupée de riffs typiques à la MORBID ANGEL et de breaks angoissants aux synthés), tantôt désireux de s'offrir un espace de technicité plus abouti ("Prophetic Revelations" et ses trois visages - intro paresseuse et groovy à la PANTERA, riff Thrash-Death assez symptomatique du DEATH de "Scream Bloody Gore" et "Leprosy", orgue sur riffs saccadés), mais toujours soucieux d'exercer son talent dans la sphère d'un Death pas seulement frondeur, ouvert aux atmosphères et mélodies léchées, PESTILENCE s'affirme ici comme l'un des groupes les avant-gardistes du Death.

Tiens, puisqu'on parle de Death, parlons de DEATH, le groupe ! Comme évoqué plus haut, la présence de la créature de Chuck Schuldiner est latente en la place : qu'on se délecte du mythique "Presence Of The Dead" qui, du riff jusqu'au solo, souligne d'un air familier une musique que DEATH exhibera, quatre ans plus tard, sur le fantastique "Symbolic"... mais jamais la musique de PESTILENCE ne verse dans la plagiat : le break central tout au synthé de "Presence Of The Dead" est une confirmation de cette volonté du groupe de ciseler un Death aux ouvertures vastes sur le monde de l'imaginaire. Et ce n'est pas la petite merveille qu'est "Land Of Tears" et ses guitares gorgées de feeling triste, sur fond de tintements de cloches, ou l 'incomparable "Stigmatized" et son riff inspiré par le grand TESTAMENT de "The New Order", ses mélodies et solos sémillants et aériens, sevrés de DREAM THEATER et IRON MAIDEN, qui viendront se dresser face au choix de l'épithète qui convient ici : fabuleux !

"Testimony Of The Ancients" est une merveille de Death, incontestablement l'un de mes cinq albums préférés dans le style. Tout y est parfait : compositions, technicité, production claire et puissante bien qu'un poil vieillissante (signée par l'inévitable Scott Burns, grand gourou du Death de l'époque), utilisation intelligente de la brutalité, solos magnifiques, créativité, ambiance mystique et ténébreuse du plus bel effet, synthés riches... et pas une seconde de déchet ! Quelle claque ! quelle leçon ! Quel album ! Même la pochette de Dan SeaGrave est superbe et éloquente ! Du très grand Death, à savourer avec jubilation ! Des disques de cette classe sont trop rares...

A lire aussi en DEATH METAL par JULIEN :


DEATH
Individual Thought Patterns (1993)
Death technique

(+ 3 kros-express)



NIGHTFALL
Athenian Echoes (1995)
Epic death original


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   DEADCOM
   POSSOPO

 
   (3 chroniques)



- Patrick Mameli (chant, guitare)
- Patrick Uterwijk (guitare)
- Marco Foddis (batterie)
- Tony Choy (basse)
- Kent Smith (claviers)


1. The Secrecies Of Horror
2. Bitterness
3. Twisted Truth
4. Darkening
5. Lost Souls
6. Blood
7. Land Of Tears
8. Free Us From Temptation
9. Prophetic Revelations
10. Impure
11. Testimony
12. Soulless
13. Presence Of The Dead
14. Mindwarp
15. Stigmatized
16. In Sorrow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod