Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Stratovarius, Highlord, Dragonland, Thunderstone, Helloween, Gamma Ray

INSANIA - Fantasy A New Dimension (2003)
Par BAST le 13 Août 2003          Consultée 6100 fois

- Ben voyons ! Une nouvelle chronique de Bast et qu’est-ce qu’on voit sur la pochette ? Un dragon tout pourri, un sorcier ridicule et un paysage de fantasy clichesque au possible ! Bref, encore un album de true-power-mighty-warrior-of-the-holy-sword-chose metal !
- Et la note ! Non mais regarde la note ! Quatre étoiles, c’est dingue… J’te parie que c’est encore une resucée d’Edguy, Helloween, Rhapsody et consort. Et l’autre, il lui fout quatre étoiles, rien que ça !
- Franchement, c’est n’importe quoi !

Tout à fait d’accord ! C’est n’importe quoi. Mais pas au sens où vous l’entendez. Après un premier album excellent et un second nettement moins bon, je me suis forcé à acheter le troisième opus des suédois d’Insania. Je m’attendais à un truc correct, c’est vrai, le genre à rendre un peu plus agréable le trajet du matin vers le boulot. Mais pas à ça ! Dès les premières écoutes, je me suis pris une baffe. J’ai écouté et réécouté de nouveau cet album, me disant que ce n’était pas possible, que je ne pouvais pas en penser autant de bien, que c’était le retour des vacances qui m’avait mis dans une déprime telle que le moindre petit contentement était susceptible de me paraître formidable face à la perspective de reprendre le travail.

Et puis j’ai pensé à vous, lecteurs de Nightfall. Je vous avais déjà fait le coup avec Zonata l’année dernière, comment pouvais-je décemment vous présenter la chose ? Impossible de réitérer l’affront en vous décrivant le nouvel album d’Insania comme la révélation speed mélodique de l’année ! Ce serait de la provocation pure et simple. Ben oui, vous dites-vous, ça n’existe plus les révélations en matière de speed mélodique, tout à déjà été fait et refait !

Oh et puis merde ! Tant pis ! J’ai énormément apprécié cet album et il n’y a finalement aucune raison pour que je me sente gêné à le dire et à le redire tout au long de cette chronique.

Amis cardiaques, attention. Ce qui va suivre risque de vous être fatal.
Je pense que Fantasy est l’un des meilleurs successeurs des Land Of The Free et Somewhere Ou In Space de Gamma Ray, mes albums préférés du groupe allemand.

Je vous entends déjà crier au sacrilège. Je persiste. Insania n’a rien inventé, c’est vrai. Insania se contente d’appliquer les règles de base du speed mélodique à l’allemande, c’est tout aussi vrai. Mais Insania le fait si bien que je ne vois aucune raison de bouder mon plaisir. Et je retrouve sur cet album la pêche qu’avait Gamma Ray sur les opus précités, sortis à une époque où les allemands n’avaient pas encore la reconnaissance dont ils jouissent actuellement.

Qui (parmi les amateurs, évidemment) pourrait rester insensible devant le chef-d’œuvre qu’est Universe ? Un refrain génial, des lignes vocales épiques et superbement chantées, des riffs acérés, des chœurs amples, un long pont lorgnant vers le classique. Tous les ingrédients inhérents au genre sont amalgamés dans ce titre pour aboutir à une tuerie, rien moins.
Et Mankind, qui en plus d’être un excellent titre, montre que pour faire un solo captivant, il n’est pas forcément besoin de battre des records de vitesse. Non, tout respire la grande qualité dans cet album dénué de titre faible et sur lequel le groupe semble avoir énormément bossé, tant les arrangements sont superbes, les mélodies soignées, les breaks efficaces et les refrains fédérateurs à vous faire dresser les poils sur la peau.

J’aurais peut-être pu mettre cinq étoiles à cet album, mais un détail m’en empêche. La production est parfois un peu insuffisante. Ca n’est pas grand-chose, elle est largement au-dessus de la moyenne, mais c’est vrai que sur certains titres, il y a un léger manque de profondeur. Sans cela, il se serait agit de l’album parfait de speed mélodique à l’ancienne.

Bon, à défaut de vous avoir totalement convaincus, je vous invite - que dis-je - je vous exhorte à tenter tout comme moi cette expérience et à vous laisser porter par cet album plein de vie, de moments de bravoure et de feeling. Et si vous avez décidément trop honte d’acheter un CD avec une telle pochette, envoyez votre petit frère à votre place et faites lui ensuite cadeau du livret. L’essentiel est dans la rondelle.

- Allez, va, je vais le télécharger, ça me permettra d’en dire du mal sur les forums !
- T’es fou ? Télécharge pas ça, c’est plein de virus ces machins de speed mélodique !
- Ouais, t’as raison, je vais pas gaspiller ma bande passante pour une daube, après tout.
- Bon, on se refait la scène de combat entre l’orc et Boromir ?
- Ouais, mais cette fois, c’est toi qui joue l’orc. Avec cette canicule, il fait trop chaud sous le masque !
- Putain t’es lourd, ça va faire couler mon rimmel !

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


DREAMTALE
Difference (2005)
L'album de la maturité




NOSTRADAMEUS
Hellbound (2004)
Power/Speed musclé, moderne et de grande qualité


Marquez et partagez



Par BAST




 
   BAST

 
  N/A



- Ola Halen (chant)
- Henrik Juhano (guitare)
- Niklas Dahlin (guitare)
- Tomas Stolt (basse)
- Mikko Korsbäck (batterie)
- Patrik Västilä (claviers)


1. Introduction
2. Life After Life
3. Illusions
4. Carry On
5. Master Of My Mind
6. Universe
7. Face The King
8. Fantasy
9. Vengeance
10. Mankind
11. Reflections Of Mine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod