Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paradise Lost, Madrigal, Anathema, Khemmis
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth

MY DYING BRIDE - The Dreadful Hours (2001)
Par MOX le 29 Août 2003          Consultée 5070 fois

L'excellente surprise de The Light... est rapidement devenue le moyen d'avoir peur pour la suite du groupe et notamment pour la manière d'assurer un bon nouvel album. Bref une petite touche d'appréhension qui s'est vite estompée une fois la pochette devant mes mains. Que voulez-vous, je réagis comme un enfant.

Mais j'avais finalement raison, MDB n'est pas reparti dans son trip ambient, MDB n'a pas gorgé son doom de synthés; MDB est définitivement revenu en arrière. Là où The Light.. était complexe, The Dreadful Hours est un poil plus linéaire. Globalement on retrouve avec un certain plaisir ces morceaux doom/death dont seul MDB a le secret de sa foutue excellente coexistence. On retrouve encore ces chants gutturaux, lorgnant très explicitement vers le black, imposante devant la masse de musique parfois dépouillée de tout clavier. C'est d'ailleurs en ça que le retour en arrière saute aux yeux: les arrangements sont subtils, bien implantés et pas tellement encombrants, pour laisser le soin à MDB de distiller son doom tantôt familial (!) tantôt novateur.

La plupart des morceaux ont ces parties simples, au rythme lourd et au chant plaintif telles qu'on aurait pu les rencontrer dans Turn Loose The Swans (A Cruel Taste of Winter en est l'exemple parfait) mais on tombe également souvent sur une musique mélancolique, moins incisive que dans le passé, mais qui a sa manière d'être triste. J'en veux pour preuve l'intro et la conclusion du morceau éponyme The Dreadful Hours, belles à pleurer ou encore les parties chantées aux riffs peu fréquents chez MDB dans My Hope, The Destroyer.

Bref on a d'un côté les bons vieux morceaux excellents et de l'autre les compos plus novatrices aux structures complexes et au rythme cyclique. Mais le tout reste étonamment beau, parsemé comme je vous l'ai signalé plus haut de notes de claviers bienvenues et de voix variées. Mon petit avis personnel tenterait de vous faire comprendre que MDB évolue sacrément bien mais en paraîssant quelque peu nostalgique des pures époques doom/death, preuve en est de la version remastérisée de Return of the Beautiful, subtilement renommée en Return to the Beautiful, qui n'apporte pas grand chose au schmilblick si ce n'est l'impression que tout ça flirte dangereusement avec l'autoparodie.
Mais pour l'instant The Dreadful Hours et un concentré de très bons morceaux, moins ambitieux que dans The Light.. mais tout aussi émouvants. C'est reparti pour un tour...

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MY DYING BRIDE
The Light At The End Of The World (1999)
Doom metal

(+ 1 kro-express)



DUSK
Mourning...resurrect (2002)
Vieux doom/death aride de chez aride et gé-ant!


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Aaron Stainthorpe (chant)
- Andrew Craighan (guitares)
- Hamish Glencross (guitares)
- Adrian Jackson (basse)
- Shaun Steels (batterie)
- Jonathan Maudling (claviers)


1. The Dreadful Hours
2. The Raven And The Rose
3. La Figlie Della Tempesta
4. Black Heart Romance
5. A Cruel Taste Of Winter
6. My Hope, The Destroyer
7. The Deepest Of All Hearts
8. The Return To The Beautiful (remix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod