Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Carnivore

TYPE O NEGATIVE - Bloody Kisses (1993)
Par POSSOPO le 5 Novembre 2009          Consultée 5916 fois

Tout le monde ne connaît pas les débuts discographiques de Peter Steele. Tout le monde en connaît pourtant les derniers soubresauts puisqu'ils parsèment "Bloody Kisses" de leur punk guerrier. TYPE O NEGATIVE opère sa transition. Peur de la chute libre ? Possible. Car l'écart vécu entre ces nouvelles envies de corbeau mélancolique et la fronderie des premières années est immense, un gouffre profond qui donne à "Bloody Kisses" un caractère ambivalent, parfois détestable tant l'atmosphère peut changer du tout au tout en l'espace d'un instant. Mais on le sait, Peter Steele est un farceur et TYPE O NEGATIVE ne serait pas ce qu'il est sans ce goût acharné pour l'autodérision. "Kill All The White People", une farce brute, "We Hate Everyone", un brûlot étrangement accrocheur, deux titres qui dénotent et pourtant tellement bienvenus sur un opus qu'il ne faut pas forcément prendre avec trop de sérieux. Autres incongruités indispensables à l'univers du géant vert de gris, "Machine Screw", prologue potache à faire bander un mort, "Fay Wray Come Out And Play", rituel cannibale, "3.I.O.F.", affreux interlude de secte.
Pourquoi le groupe décidera-t-il de mutiler sa création de toutes ces facéties sur un pressage hideux enrobé d'un digipack à éviter comme la pire des pestes ? Je ne sais pas, mais l'idée est répréhensible, carton jaune, Peter !

Autour de ces récupérations d'une époque pas si lointaine, une armée rock gothique blindée à la testostérone. Voix d'outre-tombe qui appelle à la baise, claviers dégoulinant de sucre libidineux, guitares grasses pour mieux mettre en valeur les formes de la chair. Toujours très metal et avant la plongée définitive et unique dans le coulis goth-clitoris-pamoison du spectaculaire "October Rust", TYPE O NEGATIVE livre là quelques morceaux parmi ses plus réussis, parmi ses plus accessibles aussi pour ceux que le sucre écœure. Alors, "Bloody Kisses" porte le titre de meilleur album de TYPE O NEGATIVE.

Vrai ou pas vrai ?

Album le plus emblématique, indiscutablement, véritable best of de tout ce qui s'est fait avant et de tout ce qui s'est fait après "Bloody Kisses".
Avant, c'est le hardcore, inutile d'y revenir une nouvelle fois.
Après, c'est ce sucre dont j'ai également parlé. Après, c'est aussi cet amour pour les Beatles vérifiable ici sur "Cant' LoseYou" qui clôture le disque sur des accents indiens que George Harrison aurait adoré et sur "Set Me On Fire" qui s'essaie un très court instant à la bande réversible, autre novation made in Liverpool, et qui nous fait du lalala 100% pop. Après, ce sont ces reprises qu'on retrouvera tout au long d'une discographie aujourd'hui abondante. SEALS AND CROFT, "Summer Breeze", hit de 1972 récupéré dans la version sexe et cave de TYPE O NEGATIVE sur un teen movie parmi les plus célèbres.

Album riche de deux monstres, deux tubes inoubliables qui auront marqué leur époque, "Christian Woman" et "Black N°1", premiers épisodes d'un disque qui souffre un peu de cette présence ombrageuse en début de parcours.

Oui, car comment continuer ensuite ? N'ayons pas peur de le dire, après cette doublette de diamantaire, tout est moins bon, parfois très nettement moins bon. Et se termine même pas du presque médiocre avec "Too Late: Frozen" et "Blood And Fire", remplissages guère utiles qui plombent horriblement les dernières minutes d'une galette pourtant irremplaçable mais qui n'atteint pas les sommets qu'on lui prête trop souvent. Un disque bien difficile à noter, piégé que je suis entre un mélange des genres que tout le monde ne saura pas digérer et ce grand écart en terme de qualité.
Allez ce soir, soyons généreux.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par POSSOPO :


PARADISE LOST
Draconian Times (1995)
L'aboutissement d'une carrière.

(+ 1 kro-express)



ANATHEMA
Alternative 4 (1998)
L'émancipation !


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   FENRYL
   KARL VON KARL

 
   (3 chroniques)



- Peter Steele (chant, basse)
- Kenny Hickey (guitares, chant)
- Josh Silver (claviers, chant)
- Sal Abruscato (batterie, chant)


1. Machine Screw
2. Christian Woman
3. Black N°1
4. Fay Wray Come Out And Play
5. Kill All The White People
6. Summer Breeze
7. Set Me On Fire
8. Dark Side Of The Womb
9. We Hate Everyone
10. Bloody Kisses (a Death In The Family)
11. 3.0.i.f.
12. Too Late: Frozen
13. Blood And Fire
14. Can't Lose You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod