Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 3)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Metallica, Heathen, Lost Society, Sulfator
- Membre : S.o.d., Armored Saint
- Style + Membre : The Big 4
 

 Site Officiel (303)
 Myspace (325)
 Chaîne Youtube De Charlie Benante (305)

ANTHRAX - Spreading The Disease (1985)
Par JULIEN le 27 Août 2003          Consultée 17260 fois

Après un "Fistful Of Metal" typiquement Thrash, ANTHRAX procède à d'importants changements en renouvellant une bonne partie de son line-up : exit Danny Lilker et Neil Turbin, welcome to Frank Bello et Joey Belladonna ! Et ANTHRAX de croître très nettement en personnalité et complexité : Joey est effectivement un chanteur assez atypique dans le domaine du Thrash, sa voix mélodique et peu portée sur les beuglements disgracieux apportant à la musique du groupe un aspect mélodique qui aère quelque peu cette rasade toujours aussi généreuse de riffs bien cartons. À la différence près que pour ce deuxième disque paru en 1985, et qui constitue également son premier grand classique (et une des valeurs sûres du Thrash en général), le quintet s'est fendu d'une bonne cure de maturité.

La musique de "Fistful Of Metal" demeurait assez primitive, et ANTHRAX allait se livrer sur "Spreading The Disease" à une revue des forces en présence pour n'en retenir que les éléments les plus effectifs. En résulta une musique davantage maîtrisée, dosant ses effets brutaux gavés de guitares saccadées et d'intenses martèlements de batterie en les tempérant de riffs plus carrés et basiquement Heavy (le mid-tempo "Medusa" est un exemple notable de cette adjonction) et d'effets de guitares fort bienvenus (l'intro de "Madhouse"). Quant aux vocaux de Belladonna, ils apportent un plus au groupe, qui n'aurait pu s'extirper d'un carcan Thrash trop marqué s'il avait retenu Neil Turbin au poste de frontman.

Le produit de ces multiples changements tient en neuf morceaux plutôt constants dans la qualité, même si l'oreille décèlera sans problème quelques bombes Heavy Thrash à l'efficacité démultipliée. Ainsi "Madhouse" est-il un mariage d'un rare bonheur entre les rythmiques de plomb du Metal et l'esprit Thrash certifié par ce son de guitare à décorner un buffle, tandis que "A.I.R" et surtout le surexcité et hyper-speed "Gung-Ho" se font les gardiens de la flamme Thrash qui anime alors majoritairement ANTHRAX.
Précisons toutefois : je ne parle pas ici d'un Thrash malfaisant à la SLAYER, ni d'une tuerie complexe et ambitieuse à l'image de la musique des trois premiers METALLICA, ni de ce Thrash aux airs apocalyptiques et ténébreux manié par MEGADETH, les trois autres membres du fameux carré d'as du Thrash des 80s. Non, ANTHRAX s'est préparé une étiquette à part, celle du Mosh, ce curieux mélange de la violence rythmique et massive de guitares Thrash, copinant avec un certain côté fun et remuant... Attention, j'ai pas dit Funk ! Non, c'est bien du Metal, et du costaud ("Gung-Ho" c'est du matos pour Dancefloor peut-être ?), qui ne rechigne pas non plus aux ambiances violentes spécifiques du Thrash.

Mais voilà, ANTHRAX n'affecte pas de grands airs farouches, et entend au contraire véhiculer un certain sens du deuxième degré. Écoutez un peu la coda de "Gung-Ho", "Aftershock" et surtout "S.S.C./Stand Or Fall" qui font naître les sourires... Eh oui, on peut s'éclater en écoutant du Thrash, sans se sentir obligé d'afficher ce rictus de tueur en quête d'humanoïde à mettre en charpie !
Bon esprit et énorme qualité musicale (rien que le travaillé et excellent "Armed And Dangerous", dans le registre du "Fade To Black" de qui vous savez, devrait pouvoir rabattre le caquet de ceux qui voient en l'esprit espiègle d'ANTHRAX une entrave au sérieux de son travail de composition) sont donc les mamelles de ce disque extrêmement réussi. Et on serait bien idiot de ne pas découvrir cette galette référentielle et pas prise tête d'un groupe pionnier, qui aura su injecter un peu de fun dans un univers d'où il semblait banni.

A lire aussi en THRASH METAL par JULIEN :


NAILBOMB
Point Blank (1994)
Chaos a.d. oublie les percus et invite la machine




MACHINE HEAD
The More Things Change... (1997)
Groove metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   CANARD WC
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Joey Balladonna (chant)
- Scott Ian (guitare)
- Dan Spitz (guitare)
- Frank Bello (basse)
- Charlie Benante (batterie)


1. A.i.r.
2. Lone Justice
3. Madhouse
4. S.s.c./stand Or Fall
5. The Enemy
6. Aftershock
7. Armed And Dangerous
8. Medusa
9. Gung-ho



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod