Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (3 / 14)
Metalhit
Lexique viking metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vintersorg, Falkenbach, Einherjer, Sig:ar:tyr, Enslaved, Ereb Altor, Aura Noir

BATHORY - Blood Fire Death (1988)
Par POSSOPO le 29 Juillet 2003          Consultée 11091 fois

Il était une fois au début des années 80 un jeune suédois fan de heavy metal. Comme nombre de ses congénères, son goût des sonorités électriques le poussa à taper sur ses premiers fûts de batterie, à gratter ses premiers accords à la guitare puis à composer ses premiers riffs. Le temps passant, les riffs se firent chansons et le garçon décida de donner plus de corps à ses idées. Il se trouva un pseudonyme (difficile de parler de nom de scène alors que le groupe n’a jamais tourné) et des camarades afin de concrétiser le projet. Ainsi naissait Bathory (du nom de la comtesse mal famée). Après moult aventures –une apparition sur la compilation Scandinavian Metal Attack, le départ de ses musiciens…), Quorthon (le voilà ce fameux pseudonyme) sort un premier album éponyme qui restera gravé dans les tablettes comme le tout premier album de black metal. Le son est absolument horrible, les morceaux crus et la voix oublie toute notion de mélodie mais aussi de rectitude (autrement dit, notre bonhomme chante faux !).

Le sieur commet deux autres méfaits (il joue d’ailleurs seul de tous les instruments sur ses trois premières galettes) avant de nous offrir ce Blood Fire Death, pierre angulaire du métal viking.

En effet, l’imagerie et les paroles du groupe se détournent des pentacles pour nous plonger au sein de la mythologie scandinave (la pochette représente la Horde Sauvage ou Oskorei, figure des légendes des pays nordiques). Ce Blood Fire Death est d’ailleurs le premier opus d’une trilogie viking qui s’achèvera 4 ans plus tard . La musique devient plus riche, les rythmes ralentissent, le chant se fait moins caverneux (serait-ce en partie dû à l’adjonction de nouveaux musiciens ?).

L’album commence donc avec une longue intro aux relents Conaniens (oui, oui le film avec Arnold). Le premier véritable morceau (a fine day to die) est bâti sur des riffs épiques et des chœurs non moins grandiloquents. La voix éraillée de Quorthon, si elle n’est pas parfaite, se marie pourtant bien avec la musique. Quelques bruitages (un hénissement de cheval…) renforcent l’atmosphère de cette hymne long de 8 minutes. Le titre final (blood fire death) engendrera les mêmes commentaires. Si golden walls of heaven et Dies Irae se révèlent plus sauvages et agressifs, leur présence ne dépareille pas tout en rappelant le Bathory des débuts (en très inspiré).

Malheureusement, les compositions gravés en milieu de disque (pour les mieux les cacher, peut-être) sont d’une fadeur à faire pâlir un cadavre. Aucun sens de la dynamique, riffs sans intérêt, l’ennui a tôt fait de pointer le bout de son nez. La palme de la platitude revient à un pace ‘till death dont la médiocrité n’a d’égal que le ridicule de son titre.

Vous comprenez ici tout le problème de cet album. Vous entamez la grimpée de l’Everest et voilà qu’à mi-chemin, une terrible tempête vous ramène au métro de Katmandu. Vous ressortez de la ville, reprenez l’escalade mais épuisé, vous ne parvenez pas à dépasser le point déjà atteint avant l’intempérie. Vous vous dites que sans cette maudite tempête, vous auriez pu planter votre drapeau et admirer le plus beau des horizons. Malheureusement, il vous faut entamer la descente avec cette impression d’inachèvement.

Quorthon rectifiera le tir sur Hammerheart en proposant un disque plus abouti et sans fautes de goûts.

Malgré ses défauts fort gênants, Blood Fire Death reste le point de départ de tout un courant musical (le viking metal) et influencera nombre de groupes de metal extrême.
Si vous disposez d’un lecteur cd à mémoire, évitez les pistes 4, 5 et 6, vous passerez outre les déboires climatiques de l’alpiniste lambda et profiterez de la vue incomparable offerte jadis à Edmund Hillary (j’ai fait ma petite recherche).

A lire aussi en VIKING METAL par POSSOPO :


PRIMORDIAL
The Gathering Wilderness (2005)
Nouvelle beauté celte

(+ 2 kros-express)



BATHORY
Hammerheart (1990)
Viking metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Quorthon (chant, guitare)
- Kothaar (basse)
- Vvornth (batterie)


1. Odens Ride Over Nordland
2. A Fine Day To Die
3. The Golden Walls Of Heaven
4. Pace'till Death
5. Holocaust
6. For All Those Who Died
7. Dies Irae
8. Blood Fire Death



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod