Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  REMIX/ARRANG.

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (872)
 Myspace (573)

CELTIC LEGACY - Celtic Legacy Redux (2022)
Par GEGERS le 18 Novembre 2022          Consultée 1252 fois

CELTIC LEGACY aura dû faire face à toutes les galères durant sa carrière : des conditions d’enregistrement pourries, des mixages hasardeux, des dettes financières difficilement surmontables, une impressionnante valse de musiciens et de chanteurs (cinq vocalistes différents ont œuvré sur les cinq albums sortis par le groupe, vous voyez le tableau), et même la destruction d’un certain nombre de bandes d’archive à la suite de l’inondation du garage dans lequel elles étaient entreposées. S’ajoutent à cela un rejet des labels et une indifférence médiatique, autant d’éléments qui, combinés, rendent finalement inespérée et exceptionnelle la subsistance de la formation irlandaise, vingt-cinq ans après sa création. Épisodique, intermittente, marqué par des espoirs et des échecs, des déceptions aussi, la carrière en pointillés de CELTIC LEGACY doit surtout et avant tout à l’abnégation, à la volonté et au dévouement de son leader, le guitariste Dave Morrissey, dont l’animal-totem doit certainement être le phénix.

L’idée trottait dans la tête du bonhomme depuis un moment : réenregistrer complètement le premier album de CELTIC LEGACY, publié en 1998, avec en tête l’idée de mettre fin à deux décennies de frustration, liées aux conditions d’enregistrement de l’époque, à l’impossibilité de finaliser certains morceaux par manque de temps, d’argent, et d’incompatibilités artistiques entre le groupe et son chanteur de l’époque. Autant d’éléments expliquant l’envie de mettre en branle ce projet de ravalement de façade initié en 2018. Pour l’accompagner dans cette noble entreprise, Dave Morrissey trouve rapidement un collaborateur de choix, en l’occurrence le chanteur John Bohnam (aucun lien), ancien de l’émission "The Voice Ireland" et membre depuis 2013 du groupe OLD SEASON. Dave aurait pu, comme il l’avait fait lors de l’enregistrement de l’album "The Lie Of The Land", en 2014, se charger de l’intégralité des instruments et de la partie technique. Néanmoins, comment retravailler sur cet album fondateur sans invoquer la présence de Dave Boylan, bassiste et parolier de son état, artisan de cette œuvre juvénile au même titre que Morrissey, démissionnaire en 2009. Les deux Dave rabibochés, le trio se met à la tâche, travaillant par intermittences, tributaire de ses capacités financières, des contraintes liées à la pandémie récente, et des disponibilités de l’occupé John Bonham. D’avril 2018 à septembre 2022, CELTIC LEGACY nouvelle formule, sous l’impulsion de son leader, s’attelle donc au réenregistrement de son premier album, avec une idée en tête : proposer enfin, tant au niveau du son et des compositions, la vision initiale que le groupe n’avait pas pu concrétiser en 1998.

Distribué au format digital et ayant fait l’objet d’un pressage CD financé intégralement par les préventes, "Celtic Legacy" version "Redux" propose ainsi une tracklist qui répond, enfin dirait Dave Morrissey, à l’intention originelle du groupe. En effet, le groupe présente, après une courte introduction instrumentale, le morceau "Long Ride Home", non enregistré à l’époque alors qu’il aurait dû devenir le morceau d’ouverture de l’album, à cause des difficultés du chanteur d’alors pour concevoir et interpréter de manière convaincante des mélodies vocales. "Talk To Me", également laissé de côté et présent uniquement en titre bonus sur la reédition de 2008, trouve également ici une place de choix (et de nouvelles paroles rédigées par John Bonham), à la place du moins convaincant "Rainman", qui, titre bouche-trou ajouté à l’époque en dernière minute, n’a pas été réenregistré pour cette version redux.

Il serait vain de jouer ici au jeu des sept erreurs. Reconnaissons simplement que, au charme initial des imperfections des enregistrements initiaux succède un professionnalisme et un talent d’interprétation qui font de cette nouvelle version du premier album du groupe une œuvre savoureuse et aboutie. Certains morceaux se voient enrichis d’éléments nouveaux (des extraits de concerts de THIN LIZZY sur "Glen Corr", hommage à Phil Lynott), et d’arrangements plus touffus qui leur donnent un nouveau visage ou une substance supplémentaire. C’est notamment le cas de la ballade "Waterfront", dont certaines intonations peuvent rappeler l’univers de RAINBOW, qui se voit agrémenté d’un long solo, gorgé de feeling, dont l’absence sur la version originale était une source de frustration pour Dave Morrissey.

Chanteur fort compétent, John Bonham reprend pour l’essentiel les lignes vocales originales, changeant simplement quelques mélodies et quelques intonations ici ou là, mais l’esprit des morceaux est conservé, respecté. C’est évident sur le direct "Wandering Free", brillante cavalcade que n’aurait pas renié le groupe de Steve Harris, ou sur "Lost Soul" dont les influences celtiques se font plus prégnantes. Car c’est bien là une des richesses du groupe, parvenir à distiller, par touches discrètes, son attachement à la culture irlandaise et aux sonorités mélodiques endogènes. L’épique morceau-titre, treize minutes au compteur, reste brillant de bout en bout, un véritable tour de force autant instrumental que textuel, qui nous fait nous demander comment un groupe de cette trempe n’a pu s’attirer les faveurs d’un label.

Vingt ans séparent ces deux versions du premier album de CELTIC LEGACY, finalement complémentaires pour comprendre le cheminement d’un groupe toujours exposé aux aléas climatiques. Artisan majeur de ce réenregistrement, Dave Morrissey à donné à cette nouvelle version un son compact, à la fois clair et massif, qui offre une sympathique cure de jouvence à des morceaux qui, s’ils n’en avaient pas forcément besoin, trouvent ici une vigueur nouvelle. En changeant quelques éléments, notamment au niveau de la tracklist, le groupe nous permet de se mettre dans ses chaussures et d’envisager finalement cet album comme une œuvre aboutie, socle, espérons-le, pour de futures créations musicales. Car CELTIC LEGACY, cet album en est la preuve, mérite toute attention et intérêt de la part des amateurs d’un Heavy Metal épique et mélodique.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


POWERWOLF
Blood Of The Saints (2011)
Les démons de minuit

(+ 1 kro-express)



DURBIN
The Beast Awakens (2021)
Le nouveau défenseur de la foi ?


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- John Bonham (chant)
- Dave Morrissey (guitare, claviers, batterie, choeurs)
- Dave Boylan (basse, choeurs)


1. From The Plains
2. Long Ride Home
3. Wandering Free
4. Catch The Wind
5. Glen Corr - The Spirit Of The Vagabond
6. Lost Soul
7. Shine
8. Talk To Me
9. Celtic Legacy.
10. Waterfront



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod