Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O DOCUMENTAIRE  |  B.O FILM/SERIE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1970 Zz Top's First Album
1972 Rio Grande Mud
1973 Tres Hombres
1975 1 Fandango!
1976 Tejas
1979 Degüello
1981 El Loco
1983 1 Eliminator
1985 1 Afterburner
1990 1 Recycler
1996 Rhythmeen
1999 XXX

B.O FILMS/SERIES

2022 Raw

COMPILATIONS

2004 Rancho Texicano: The Very Best...
 

1970 Zz Top's First Album
1972 Rio Grande Mud
1973 Tres Hombres
1975 Fandango
1976 Tejas
1979 Degüello
1981 El Loco
1983 Eliminator
1985 Afterburner
1990 Recycler
1993 Antenna
1994 One Foot In The Blues
1996 Rhythmeen
1999 Xxx
2003 Mescalero
2012 Texicali
  La Futura
2016 Tonight At Midnight
 

- Style : Stocks
- Style + Membre : Billy Gibbons And The Bfg’s

ZZ TOP - Raw (2022)
Par DARK BEAGLE le 6 Août 2022          Consultée 1389 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Voir revenir ZZ TOP avec un nouveau disque en ce mois de juillet 2022 laisse un drôle de goût en bouche. Parce que Dusty Hill s’en est allé et qu’il manquera certainement énormément aux fans du trio texan. En revanche, Raw n’est en aucun cas un nouvel album puisqu’il s’agit de la bande-son du documentaire "That Little Ol’ Band From Texas", enregistrée en 2019 au Gruene Hall, connu pour être la plus ancienne salle de bal de leurs terres. Là, présenté comme ça, ça ne fait pas particulièrement envie, que l’on ait vu le documentaire ou non. Cela ressemble à une compilation, cela a le goût d’une compilation, mais c’est un peu plus que cela.

Le but de l’enregistrement, c’était de revoir une douzaine de titres d’un répertoire assez riche sans tous les artifices du studio. Juste trois gars dans une salle à l’acoustique particulière, qui jouent simplement, sans public. Il se dégage quelque chose de fort, parfois même puissant, avec une touche plus intime qui n’est pas à négliger. Et ZZ TOP qui joue de façon primaire, ça donne quelque chose de chaud, de pas forcément sophistiqué, en aucun cas surproduit. L’amour du Blues qu’ont ces trois types transparaît clairement le long des morceaux choisis qui forment ce disque.

Ne cherchez pas de titres récents, il n’y a rien passé 1983. Si l’on peut s’étonner de trouver un morceau de "El Loco" ("Tube Snake Boogie"), le fait d’en croiser quatre de "Fandango!" est une véritable surprise quand on connaît la qualité des vieux albums du TOP (imaginez un peu : "Tejas" a tout simplement été écarté). Les fans de longue date sont donc en terrain connu. Parce qu’il faut bien l’admettre : pour beaucoup, la bande à Gibbons ne valait plus grand-chose passé certains opus des années 80 qui ont été certes populaires, mais également source de discorde entre les musiciens et leur public de base.

"Raw" peut ressembler à une façon de rabibocher tout le monde. Parce que "Raw" porte très bien son nom. Le disque est cru. Cela ne veut pas dire qu’il est sauvage pour autant. Le groupe joue ses morceaux. Avec une certaine rudesse dans l’approche. Ça transpire le Blues, mais un Blues très électrique, sec comme un coup de trique. Gibbons est parfaitement à son aise, la basse de Dusty Hill est bien présente, gonflée à bloc tandis que Frank Beard est toujours aussi précis et efficace qu’à l’accoutumée. Est-il utile de préciser qu’il possède un jeu très ample, bien plus riche et varié que ce qu’il proposait dans les années 80 (période de pain noir pour bon nombre de cogneurs des ’70). Écoutez comme il fait claquer le charleston sur "Legs" (1), délivrant un groove imparable qui booste parfaitement le titre.

Si les classiques évidents sont presque tous là (faire l’impasse sur "La Grange", souvent trop entendue dans les reportages automobiles, serait quand même une sacrée faute de goût), ZZ TOP nous gratifie de morceaux plus rares, qui ont forgé le groupe. Nous avons ainsi le plaisir de retrouver un "Brown Sugar", tiré du premier album, qui reste une petite merveille de Blues malsain, "I’m Bad, I’m Nationwide" toujours aussi bon, un "Certified Blues" qui ne ment pas sur la marchandise. On ne va pas dire que la formation met les petits plats dans les grands, les chansons sont toutes relativement connues, mais bon sang, ce que ça fait du bien de les entendre jouer ainsi, le plus naturellement du monde, comme des gosses dans un garage qui balancent la sauce sans se soucier du lendemain, profitant du plaisir présent.

Certes. Mais cela ne suffit pas forcément pour faire un grand disque. Cette BO à l’identité live déguisée en faux best-of (en même temps, sur scène, ZZ TOP ne joue quasiment plus rien post-1983) ne mériterait à priori pas de sortie physique. Il convient d’y voir un hommage de Beard et Gibbons à leur frère d’armes tombé au combat, le livret (… Ok, le digipack une fois déplié, sobre de toute information utile) est un cri d’amour pour le bassiste défunt. Autrement, les musiciens ne font que ce que l’on attend d’eux, ni plus, ni moins, avec pour mission de ne pas se viander sur un répertoire qu’ils connaissent par cœur.

Le fan de Blues prendra très certainement plaisir à écouter ce disque simple, dépouillé, l’amateur de Hard Rock risque quant à lui de s’ennuyer malgré le nombre de classiques joués et une envie bien présente. Se déguster "Tush" ou "Gimme All Your Lovin’" sont toujours des plaisirs loin d’être coupables. Le disque aurait été mis en boîte en une journée, histoire de garder toute la spontanéité du moment et le résultat est plutôt convainquant. Mais on ne va pas se mentir, pas entre nous. On aurait certainement préféré autre chose, comme du matériel neuf sur lequel Dusty Hill aurait posé ses lignes de basse, un ultime opus pour rêver, pour revoir le trio infernal balancer son Blues teigneux en se foutant éperdument de ce qui l’entoure.

On fera donc contre mauvaise fortune bon cœur. "Raw" est un disque appréciable à défaut d’être vraiment primordial dans leur discographie. Le plaisir est là, pour l’auditeur, qui va rapidement se retrouver à taper du pied, à suivre le rythme du bout des doigts, à fredonner des airs qu’il connaît certainement sur le bout des doigts. Pour les jeunes qui se demandent pourquoi il y a tout ce ramdam autour du groupe, hormis les barbes, une écoute pourra se révéler fort instructive quant aux capacités des Texans, qui survolent ici leur âge d’or en quelques escales bien senties. Sinon, l’intérêt reste toutefois minime.

(1) À noter que ce titre ne figure pas sur tous les pressages.

A lire aussi en HARD BLUES par DARK BEAGLE :


Rory GALLAGHER
Deuce (1971)
Rory Gallagher²




CREAM
Disraeli Gears (1967)
RIP Ginger Baker


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Billy Gibbons (chant, guitare)
- Dusty Hill (basse, chant)
- Frank Beard (batterie)


1. Brown Sugar
2. Just Got Paid
3. Heard It On The X
4. La Grange
5. Tush
6. Thunderbird
7. I'm Bad, I'm Nationwide
8. Legs (1)
9. Gimme All Your Lovin'
10. Blue Jean Blues
11. Certified Blues
12. Tube Snake Boogie



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod