Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Fierce Bliss
 

- Style : Led Zeppelin, Suzi Quatro, Nancy Wilson
- Style + Membre : Heart

Ann WILSON - Fierce Bliss (2022)
Par DARK BEAGLE le 2 Juillet 2022          Consultée 494 fois

Bien que 2022 voit enfin des éléments bouger autour de HEART, les choses ne semblent pas encore vraiment apaisées entre les deux sœurs Wilson. Si une tournée mondiale est dans les clous, un nouvel album reste assez hypothétique, surtout que Nancy a publié son premier véritable album solo, "You And Me", l’année dernière et que fin avril, Ann sortait son troisième opus sous son nom seul. Sans qu’aucune ne soit invitée sur le disque de l’autre, ce qui en dit assez long sur l’ambiance qui règne entre les deux frangines. Bref, penchons-nous un peu sur ce "Fierce Bliss", à la pochette qui brûle un peu les yeux.

Habituellement, Ann Wilson propose des albums de reprises agrémentés de quelques morceaux originaux (sa version de "Immigrant Song" a le mérite d’être très originale et personnelle). Ici, elle va inverser la tendance puisque ce ne sont pas un, ni deux, mais sept compositions de sa plume qui parsèment ce LP pour quatre covers. Et clairement, elle est là pour rappeler que HEART n’est pas très loin tant cela ressemble à un disque oublié de la formation. Certes, il y a la voix, toujours aussi puissante bien que plus éraillée (Ann Wilson a 72 ans et elle assure encore derrière le micro malgré les pépins de santé), qui se reconnaît tout de suite. Puis il y a un style d’écriture qui ne saurait mentir, cette patte Wilson qui aura su faire plier les USA jadis.

"Greed" est parfait pour mettre les choses en place. Il s’agit d’un Hard Rock nerveux, à la guitare qui bave juste ce qu’il faut et qui offre un joli terrain pour Ann, qui ne se fait pas prier pour rappeler qu’elle est la 'Little Queen' du genre. Il y a quelques petits relents de Seattle, pas désagréables et surtout un savoir-faire qui semble intact. "Black Wing", plus mélancolique, fonctionne à merveille, avec ses accents plus Bluesy. Pour un peu, on reviendrait à l’époque de "Dog & Butterfly", ce qui reste une jolie référence. Mais voilà, le reste va progressivement se casser la figure. Alors, par quel bout prendre la suite de cet album ?

Pour commencer les reprises sont parfois un peu malheureuses. Ann va s’attaquer à QUEEN et va arrêter son choix sur "Love Of My Life" qui est un morceau qui lui correspond plutôt bien, sa puissance vocale pouvant rivaliser avec celle de Freddie Mercury. Mais il a fallu qu’elle en fasse un duo et là, ben ça le fait moins. Elle est accompagnée par Vince Gill, un nom qui ne doit pas forcément vous dire grand-chose. Il s’agit d’un musicien de Country et lui, pour le coup, s’il a une jolie diction, il n’a pas le coffre de Mercury, ni même de sa comparse et de fait, il vient faire baisser l’intensité de cette jolie ballade. Et c’est franchement dommage parce qu’Ann la tenait. Elle s’en emparait bien qu’elle n’en révolutionnait pas la mélodie.

Plus délicat, son interprétation du "Forget Her" du regretté Jeff BUCKLEY laisse dubitatif. Là encore, le thème de la chanson est parfaitement bien respecté, sans trop de folie, mais là où Jeff avait une voix un peu nasillarde et plus posée, Ann y va bille en tête. Bon, pour ceux qui la connaissent mal, ou pas du tout, Ann Wilson, c’est un peu l’équivalent féminin de Serge Lama. Tu lui confisques le micro, le dernier rang l’entend toujours. Alors forcément, sur une chanson qui demande de la retenue, si elle décide de la contourner, cela peut vite devenir problématique. Et c’est regrettable quand on en vient à trouver qu’un(e) chanteur(se) devient trop encombrant(e), que sa voix surclasse la musique par sa puissance, la reléguant réellement au titre de simple accompagnement.

Si "Bridge Of Sighs" ne va pas non plus provoquer de gros émois (bien qu’encore une fois, la version reste assez fidèle à l’originale et qu'Ann se montre plus à son aise sur le registre de Robin Trower), c’est surtout sur… "Missionary Man" d’EURYTHMICS que vous avez le plus de chances de vous éclater. C’est agressif, la batterie se développe et prend une place importante, le chant de Wilson fait oublier celui de Annie Lennox et nous sommes en face d’un sacré brûlot Hard Rock, qui nous fait immédiatement oublier le semi naufrage de "Love Of My Life". Et nous tenons là, la dernière pépite d'une œuvre plutôt bancale.

Parce que lorsque nous nous penchons sur les compositions originales, hormis les deux premières citées, cela peine à décoller, il manque clairement quelque chose. Les plus perspicaces ont certainement deviné à quoi je veux faire allusion. Il y a parfois un manque de puissance, comme sur "Gladiator", qui méritait certainement mieux, ou sur "A Moment In Heaven" qui ne tient pas toutes ses promesses non plus. Cela ressemble à du HEART, mais pas forcément du meilleur cru. Il va manquer une touche de finesse, de sensualité, que la guitare de Nancy amenait bien souvent et dont le manque se fait cruellement sentir ici.

Et au petit jeu des comparaisons, il est difficile de cacher la déception que représente "Fierce Bliss" par rapport à "You And Me" paru l’année dernière. Pourtant, Nancy avait gommé en grande partie sa facette Hard Rock pour explorer différentes voies, s’attardant sur le Rock, la Pop, la Folk et prenant le risque d’emprunter "The Rising" à Bruce SPRINGSTEEN et "The Boxer" à SIMON & GARFUNKEL avec beaucoup de justesse (et un Sammy Hagar content d’être là). Nancy avait prouvé qu’elle pouvait se passer de la puissance vocale de sa sœur Ann, mais que l’inverse ne semble pas aussi exact. Et "Fierce Bliss" en pâtit, il retombe comme un soufflé après les premiers morceaux, ne se montrant réellement savoureux que trop rarement par la suite.

Ce qui peut consoler, c’est de constater qu’à 72 ans, Ann Wilson en impose toujours autant (pas de blagues de mauvais goût sur son poids) derrière le micro et qu’elle a encore la foi. Cependant, elle n’a pas su forcément très bien s’entourer, le rendu est parfois brouillon du côté de l’instrumental et au bout d’un moment, cela se transforme en lassitude. Il reste à espérer qu’elle se rabiboche avec sa sœur et qu’elles décident de refaire de la musique ensemble. Même si l’âge d’or de HEART est révolu depuis longtemps, un nouvel album ne manquerait pas de combler les fans qui en attendent désespérément un depuis 2016. Mais bon, ce n’est pas comme si on n’avait pas l’habitude des hiatus avec les deux frangines…

A lire aussi en HARD BLUES par DARK BEAGLE :


The YARDBIRDS
Five Live Yardbirds (1964)
Alain Decaux raconte : les YARDBIRDS




Rory GALLAGHER
Jinx (1982)
La fin d'une époque


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ann Wilson (chant)
- Tom Bukovac (guitare)
- Tony Lucido (basse)
- Sean T Lane (batterie)
- Gordon Mote (claviers)
- Tim Lauer (claviers)
- Vince Gill (chant - invité)


1. Greed
2. Black Wing
3. Bridge Of Sighs
4. Fighten For Life
5. Love Of My Life
6. Missionary Man
7. Gladiator
8. Forget Her
9. A Moment In Heaven
10. Angel's Blues
11. As The World Turns



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod