Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2018 Macedon
2022 The Icewind Chronicles

ACHELOUS - Macedon (2018)
Par DARK SCHNEIDER le 15 Juin 2022          Consultée 238 fois

Aaaaalexander the greeeat, his name struck fear into hearts of men

À ma connaissance, IRON MAIDEN est le premier groupe de Metal à avoir consacré un morceau au célèbre conquérant macédonien. D'ailleurs, pour l'anecdote, sachez que Steve Harris s'est inspiré de la musique Folk grecque pour le motif rythmique du pont central de ce morceau, ce qui explique sa sonorité assez atypique dans la carrière des Anglais. Plusieurs décennies plus tard, la Grèce, petit pays par le nombre d'habitants, mais dont l'héritage culturel est absolument immense, s'est affirmée comme l'un des plus importants foyers de l'Epic Metal. Il va de soi que l'histoire antique prestigieuse du pays est une source d'inspiration sans fin pour les métalleux locaux. Et de fait, plus d'un combo du cru y est allé de son titre hommage au conquérant, quand ce n'est pas un concept album en entier. Il faut dire que ses exploits sont mémorables et ont toujours de quoi éveiller la fibre patriotique des Grecs.

C'est donc la voie choisie par ACHELOUS pour son premier album studio. On remarquera cependant, que contrairement à SACRED BLOOD et son "Alexandros", le groupe mené par Chris Achelous, à l'origine ici de toutes les compositions, préfère nommer son œuvre "Macedon". En effet, si ACHELOUS est avide de réciter des exploits guerriers, les paroles de ses morceaux ne se contentent pas d'être une simple glorification d'Alexandre Le Grand, et n'en oublie pas d'évoquer le peuple macédonien, du moins celui qui partit guerroyer en Asie. D'où l'utilisation fréquente de la première personne du pluriel. Après tout, il peut être plus simple pour l'auditeur de se prendre pour un Pezhetairoi, soit un simple soldat de l'armée macédonienne, plutôt que de se fantasmer dans la peau d'un Alexandre, personnage trop hors-norme pour le commun des mortels. C'est aussi une façon de rappeler que sans son peuple, le monarque n'aurait rien pu faire.

Ainsi, c'est bien lorsqu'ACHELOUS réalise un morceau sur l'une des principales victoires de l'armée d'Alexandre, "Gaugamela", qu'il nous délivre le titre le plus mémorable de l'album. Une basse vrombissante, un violon venant apporter une touche folklorique, un riff bien lourd afin d'évoquer cette image d'une armée invincible qui va écraser les troupes perses de Darius. Le refrain est implacable, porté par la voix vigoureuse et expressive de Chris Kappas, et il va vous rester en mémoire longtemps. Dans ce registre direct et soutenu, "Macedon" et son refrain plus lyrique et le virulent "Gordian Knot" se montrent pratiquement aussi efficaces. Si ACHELOUS n'affiche pas une ambition musicale très poussée, il sait y faire pour offrir des titres où l'héritage de MANOWAR se fait forcément sentir.

Le dernier tiers de l'album se recentre sur la personnalité d'Alexandre. Entre "Hephaestion" qui raconte la perte du compagnon d'Alexandre, "Final Day" qui évoque ses pensées lors des derniers jours de sa vie et enfin un véritable éloge avec "Al Iskandar". C'est l'occasion pour le groupe de montrer une autre facette de sa personnalité, plus nuancée, notamment avec "Hephaestion", morceau calme porté tout du long par un chant féminin (qui introduisait déjà le premier titre), le résultat n'est cependant pas totalement abouti et le groupe fera bien mieux sur l'album suivant.
On notera ainsi que ce "Macedon" n'est pas dénué de défauts. "Persepolis" contient des sonorités orientales plutôt convenues et prévisibles qui font retomber le soufflé après le tube de l'album, le riff de "Al Iskandar" peut paraitre redondant avec celui de "Gaugamela". Le groupe peut aussi donner l'impression de peiner à se distinguer de ses compatriotes tel que BATTLEROAR, le SACRED BLOOD du premier album, ou de REFLECTION.

Finalement, ce n'est pas cette fois-ci qu'un groupe grec parviendra à faire mieux que nos Anglais d'IRON MAIDEN, "Alexander The Great" reste bien supérieur à n'importe quel titre de cet album, en même temps, il atteint de tels sommets... Satanés rosbeefs ! Mais le Metal des méditerranéens respire l’honnêteté, la volonté de bien faire et surtout propose l'indispensable souffle épique tant désiré. Le public ciblé ici s'y retrouvera sans problème. Pour un premier album, ACHELOUS ne révolutionne en rien l'Epic Metal, mais n'en délivre pas moins une œuvre agréable qui ne démérite pas.

A lire aussi en EPIC METAL par DARK SCHNEIDER :


ETERNAL CHAMPION
Ravening Iron (2020)
Incontournable pour le genre




VISIGOTH
The Revenant King (2015)
Tribu germanique égarée dans la ville du lac salé

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Chris Kappas (chant)
- Chris Achelous (basse, guitares, clavier)
- George Mavros (guitares)
- Haris Dinos (guitares)
- John Roussis (batterie)


1. Bound For Glory
2. Macedon
3. Gordian Knot
4. Blood
5. Gaugamela
6. Persepolis
7. Warriors With Wings
8. Hephaestion
9. Final Day
10. Al Iskandar
11. Legends Never Die



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod