Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL MAORI  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2018
 

 Facebook (14)
 Site Officiel (16)

ALIEN WEAPONRY - Tū (2018)
Par FREDOUILLE le 6 Mai 2022          Consultée 500 fois

ALIEN WEAPONRY. Voici une fort belle curiosité de ces dernières années concernant la scène Metal. Ce trio originaire de Waipu et fondé en 2010 (!), composé des frères Lewis et Henry de Jong et d’Ethan Trembath est néozélandais et très jeune puisque à la sortie de ce premier album, signé mine de rien chez Napalm Records, intitulé "Tū" (Tū est une abréviation de Tūmatauenga, le dieu maori de la guerre), ces adolescents sont tout au plus âgés de dix-huit ans (seize ans pour Lewis De Jong et Ethan !). Leur particularité est qu’ils sont des descendants de tribus maories. Et bien évidemment pour libérer cet héritage historique et culturel, le jeune combo n’hésite pas à intégrer à son Thrash Metal moderne, percutant et groovy, des éléments traditionnels. Instruments (kōauau une flûte maorie, pūrerehua et pūtatara) – les introductions de "Kai Tangata" et celle de "Te Ara" plantent le décor - ainsi que leur langue culturelle (le Te Reo Māori qui est la langue indigène d'Aotearoa en Nouvelle-Zélande) à l’image de ("Whaikōrero") et chants maoris. C’est donc en cela que réside toute l’originalité de la musique d’ALIEN WEAPONRY.

L’ensemble est, on peut le dire, parfois intelligemment fait, les composantes traditionnelles étant présentes sur au moins la moitié des compositions (le reste est chanté en anglais et est malheureusement plus classique – cf. le très moyen "Hypocrite" de fin malgré de très bons riffs) et toujours incorporées à bon escient. L’utilisation des instruments traditionnels reste cependant très succincte. Un bon travail d’écriture a donc été réalisé comme en témoignent certaines des plus longues compositions du disque dont les variations sont parfois nombreuses et assez habiles ("Rū Ana Te Whenua", "Kai Tangata"), les quelques mélodies qui parsèment l'album sont assez soignées avec de vrais bons refrains (comme sur le lancinant "Holding My Breath" et ses riffs FIGHTiens, "Kai Tangata"), les arrangements de circonstance ("Rū Ana Te Whenua", la sirène sur "Holding My Breath", les subtils notes de piano sur "Urutaa", titre qui offre même un léger passage atmosphérique). L’ensemble propulsant du même coup des textes forts faisant référence à la politique ("Whispers"), à des batailles et guerres historiques sur les ancêtres maoris (cf. bataille de Gate Pa en 1864).

Il en résulte donc des morceaux assez massifs, très puissants, engagés, enragés aussi pour certains (pour ne pas dire sauvages), et dotés de moments d’agressivité, très ‘groovy’ je trouve, presque Nü Metal par endroits ("Urutaa"), à coup de gros riffs énergiques, parfois Thrashy et presque PANTEResques ("Urutaa", "Rauputu", "Kai Tangata"), d’assauts à la batterie laquelle est décidément très en vue ici ("Rage – It Takes Over Again", "Raupatu"), et à coup donc de chants et puissants chœurs guerriers maoris ("Rū Ana Te Whenua", "Raupatu"), impulsant du même coup un dépaysement total et garanti. En cela, on pourrait rapprocher la démarche d’ALIEN WEAPONRY à celle encore plus tribale de SEPULTURA dans le milieu des années 90s avec "Roots", album qui, si vous vous en souvenez avait repoussé encore un peu plus les barrières. SEPULTURA avait néanmoins été encore plus loin dans l’approche de mon point de vue. Cependant, le résultat sur "Tū" reste assez probant, et même plutôt impressionnant de la part de jeunes adolescents. Personnellement, je trouve la première partie de l’album très cohérente, et en très grande partie réussie grâce à des titres non seulement marquants (l’entrée en matière de "Rū Ana Te Whenua" est à souligner) mais également fracassants ("Rū Ana Te Whenua", l’explosif "Raupatu" et ses saccades rythmiques, le presque tribal "Kai Tangata").

Dommage que l’album s’essouffle irrémédiablement sur la longueur ! Malheureusement… En effet, plus on avance dans le disque (un peu long quand même, presque cinquante-six minutes au compteur tout de même !), plus on s’aperçoit que les compositions sont un peu répétitives, voire même ennuyeuses avec parfois des transitions que l’on pourra qualifier de poussives. Pour exemple le moribond "The Things That You Know" trop lisse globalement, presque même trop Rock avec sa guitare sèche sur la fin, mais sur lequel ALIEN WEAPONRY esquisse tout de même un semblant de solo (l'unique de l'album !). C'est à souligner. Bref, on a en effet la mauvaise impression et notamment en seconde partie d’album, qu’ALIEN WEAPONRY est tout simplement à court d’idées et que les thèmes arrivent réellement en bout de course et se rejoignent même d’un titre à un autre. Tant et si bien qu’on a le désagréable sentiment de ne pas pouvoir dissocier un titre d’un autre. Alors c’est vrai, il réside encore quelques riffs mordants ("Hypocrite", "Te Ara") qui relancent toujours un peu la dynamique ("PC Bro", sur l’anecdotique "Whispers" avec ce pourtant chant clair trop fade -limite Pop-, on préfère nettement lorsque Lewis officie dans des registres plus rageurs) mais c’est pour mieux occulter le vide de certaines compositions.

Il n’en reste pas moins que "Tū" reste tout de même une sacrée curiosité et mérite vraiment d’être écouté car quelques titres mémorables et addictifs valent ici quand même leur petit pesant de cacahuètes (en premier lieu "Kai Tangata" et "Rū Ana Te Whenua"). "Tū" démontre que ce jeune trio néozélandais, qui a déjà écumé quelques scènes dont le Wacken et Bloodstock entre autres, est une formation déjà bien établie et qui a des choses à dire, des nouvelles idées à proposer. Espérons juste que ces jeunes ne s’égarent pas trop en si bon chemin et qu’ils nous préparent une suite à "Tū" encore meilleure. Très encourageant pour la suite !

PS : pour ne rien gâcher, la production est très soignée, le son est presque pachydermique.
PS 2 : à souligner que la pochette est vraiment très jolie !

Morceaux préférés : "Rū Ana Te Whenua", "Kai Tangata", "Raupatu".

A lire aussi en THRASH METAL par FREDOUILLE :


ANNIHILATOR
Annihilator (2010)
Très bon cru du combo canadien !

(+ 2 kros-express)



MESHIAAK
Alliance Of Thieves (2016)
MESHIAAK ? Ça bute !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Lewis De Jong (guitares, chant, flûte traditionnelle)
- Henry De Jong (batterie, chant, coquille de conque)
- Ethan Trembath (basse, chant, rhombe de taureau)


1. Whaikōrero
2. Rū Ana Te Whenua
3. Holding My Breath
4. Raupatu
5. Kai Tangata
6. Rage - It Takes Over Again
7. The Things That You Know
8. Whispers
9. Pc Bro
10. Urutaa
11. Nobody Here
12. Te Ara
13. Hypocrite



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod