Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2021 Skywards
 

- Membre : Edge Of Forever, Hardline, Sunstorm, Voodoo Circle
- Style + Membre : Edguy, Jorn, Silent Force

The GRANDMASTER - Skywards (2021)
Par GEGERS le 7 Janvier 2022          Consultée 857 fois

Naturellement grisé par le succès et l'accueil de ses récentes réalisations "solitaires" (on le serait à moins), Tobias Sammet a semble-t-il décidé de consacrer l'entièreté de ses efforts créatifs à son gargantuesque bébé AVANTASIA, laissant orphelins les amateurs de la musique d'EDGUY. Il s'agit d'un choix artistique tout à fait respectable, puisque c'est le sien, mais ce faisant le père Tobias, s'il donne de temps en temps du boulot à son camarade batteur Felix Bohnke, nous prive des prestations savoureuses des autres membres du groupe, et notamment du guitariste Jens Ludwig, le seul six-cordiste capable de faire se bidonner sa guitare (rappelez-vous le morceau "Return To The Tribe" sur l'album "Rocket Ride"). Bien sûr, libre à ce bon Jens de rejoindre le groupe de son choix et de laisser éclater son talent. Seulement voilà, le bonhomme semble porter la discrétion en étendard, et il a ainsi fallu attendre cette chaotique année 2021 pour que le maestro daigne accepter d'enregistrer un album non estampillé du logo d'EDGUY.

Car oui, c'est bien ce bon vieux Serafino de Frontiers qui est allé titiller le manche du réservé Jens, lui offrant sur un plateau un album largement composé et chapeauté par l'homme à tout faire du label, Alessandro Del Vecchio (ce mec-là compose et arrange vos morceaux, joue de tous les instruments, produit votre album et vous sert le café sans problème). Ainsi, à la folie douce d'EDGUY s'oppose une machine carrée, bien huilée, une sorte de mélange parfaitement calibré entre Hard Rock et Heavy Metal, un album livré clé en mains, sans vie et à l'œil vitreux. Comme les trois6quarts des albums publiés par Frontiers chaque année, en somme.

C'est dommage, car il y a du beau monde autour de la guitare de Jens. Le chanteur brésilien Nando Fernandes, par exemple, œuvre dans l'esprit de Russell Allen, Jorn Lande, proposant une interprétation réussie dont les subtilités se dévoilent au fil des écoutes. Le batteur Mirkko De Maio (The FLOWER KINGS) complète le line-up, naturellement éclipsé par la forte attente liée à la prestation du sieur Ludwig. Hélas. Déception. Tristesse. Le guitariste, dont les compétences ne sont pas à remettre en cause, tente en vain d'insuffler de la vie dans ces compositions formatées, calibrées pour s'inscrire dans cette mouvance Hard / Heavy moderne, claviers en avant et arrangements "contemporains", qui tendent à aseptiser un propos artistique réduit à sa plus simple expression. Tous les morceaux sont sortis d'un même moule, se font le plus souvent des manifestations mid-tempo d'ambiances faussement intenses et torturées, mais dont on ne retire pas grand chose. L'illusion fonctionne de manière épisodique, notamment sur l'alambiqué "Skywards – Earthwards" qui pour le coup témoigne d'une audace salvatrice, porteur d'une richesse mélodique et d'une intensité savoureuse sur le refrain. Plus énergique, le groupe n'est parfois pas loin de nous cueillir, maîtrisant son interprétation sur "Someday Somehow". Mais l'effet ne dure que le temps de quelques écoutes. Car il n'y a guère plus que de la poudre aux yeux. Bien moins théâtral que Nando Fernandes, Jens Ludwig se voit contraint de favoriser l'efficacité, ses soli étant contraints de tenir dans quelques mesures, là il bénéficiait chez EDGUY d'un plus large espace d'expression qui lui permettait la mise en oeuvre de soli plus alambiqués. Forcément, les espoirs sont déçus, et ces schémas répétitifs, basés sur des formules pré-établies, deviennent bien vite lassants.

Quel dommage de retrouver Jens Ludwig sur un album faiblement inspiré, calibré pour répondre au cahier des charges visiblement strict de Frontiers, qui semble profiter d'une certaine position de force pour "canaliser" les artistes et les faire rentrer dans son moule. L'expression artistique est ici proche du néant, et les guitares vivaces, espiègles et audacieuses de Ludwig chez EDGUY sont ici mécaniques, éteintes, dénuées de toute envie d'explorer. Empêtré dans son format, "Skywards" voit l'attention de l'auditeur s'éroder à mesure que l'album progresse, faisant de sa prédictibilité son principal défaut. Un manque d'imagination rédhibitoire, qui ne nous permet pas, à notre grand regret, de savourer le travail de Jens Ludwig à sa juste valeur. Un gâchis.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


POWERWOLF
Blood Of The Saints (2011)
Les démons de minuit

(+ 1 kro-express)



DURBIN
The Beast Awakens (2021)
Le nouveau défenseur de la foi ?


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Nando Fernandes (chant)
- Jens Ludwig (guitare)
- Alessandro Del Vecchio (basse, claviers)
- Mirkko De Maio (batterie)


1. Lunar Water
2. The Tempest
3. Someday Somehow
4. Dead Bond
5. Cannot Find The Way
6. Song Of Hope
7. Skywards – Earthwards
8. True North
9. Surrender
10. Turn The Page
11. The Source



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod