Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2011 Grace For Drowning
2013 The Raven That Refuse...
2015 Hand.cannot.erase
2016 4 1/2
2017 To The Bone
2020 Personal Shopper
2021 The Future Bites
 

- Style : Godsticks, Lazuli, Louise Patricia Crane, Lewis
- Membre : Asia, Necrophagist
- Style + Membre : Porcupine Tree
 

 Site Officiel (457)

Steven WILSON - 4 ½ (2016)
Par JEFF KANJI le 9 Mars 2021          Consultée 730 fois

Il n'aura échappé à personne que "The Raven That Refused To Sing" et "Hand. Cannot. Erase." représentaient les deux visages de Janus, le premier tourné vers le passé, et l'autre vers l'avenir. Mais pour arriver à la métamorphose relativement rapide de "To The Bone", Steven WILSON va passer par toute une phase d'écriture qui l'aura amené à faire des choix, les pièces Prog à la KING CRIMSON se faisant plus rares, à mesure que l'efficacité Pop prend sa place, avec un succès populaire à la clef. Ainsi, et les éditions deluxe que sort l'artiste à chaque fois permettent d'en témoigner, Steven est du genre à laisser couler l'inspiration, mais au moment de construire ses albums, il n'hésite pas à mettre de côté des pièces entières.

Et comme, il l'a bien compris, il faut occuper le terrain pour rester visible sur le marché, vient l'idée de réhabiliter un format quasi inusité désormais : le mini-album. Pas un EP, mais un album court qui transmet un faisceau cohérent de titres. Steven WILSON nous invite à assister à la mutation de son style avec cinq pièces composées entre 2012 et 2015, ainsi qu'une relecture d'un vieux titre de PORCUPINE TREE en compagnie des musiciens qui accompagnent désormais le petit prince du Progressif et de l'irrésistible Ninet Tayeb dont la prestation, sobre mais toujours intense, transfigure l'original de 1999.

Une véritable armada de musiciens entoure Steven, mais comme les titres sont issus de sessions différentes c'est peut-être même pire que d'habitude. Guthrie Govan ne joue que sur "Happiness III" par exemple, tout comme Marco Minnemann. Mais Nick Beggs et Adam Holzman constituent le noyau dur des collaborateurs, et d'ailleurs, l'apport de ce dernier sur "Don't Hate Me" est tout aussi décisif que celui de Ninet au chant.

Les six titres sont étrangement cohérents et représentent en définitive le point d'équilibre avant que Steven ne parte sur son versant actuel. Et d'ailleurs, si certains titres sont encore fermement ancrés dans le Rock Progressif pur ("Year Of The Plague"), "Book Of Regrets" est dans la droite lignée des titres à la fois catchy et ambitieux de "Hand. Cannot. Erase." et une perle qu'il aurait été effectivement dommage de laisser dans un tiroir, brillant par son alternance de mélodies efficaces et de passages instrumentaux plus atmosphériques. Idem pour l'instrumental "Vermillioncore" qui au départ m'ennuyait un peu, mais qui avec ses rythmes échevelés et son groove inaltérable (entre Drum'N'Bass et Jungle) laisse place à des torrents de distorsion qui font un malheur en live. On n'est pas loin de "The Creator Has A Mastertape" dans l'esprit et Steven s'y est repris à plusieurs fois pour le terminer. Il aura en tout cas son succès en live, puisqu'il sera inclus au "Home Invasion" de 2018.

Son titre, "4 ½" prend tout son sens, car effectivement on est pile entre deux eaux, à l'image de sa pochette intrigante, dissimulée dans un fourreau argenté perforé de quatre barres et demi. Et on y retrouve à la fois les qualités et les défauts des deux époques. Par exemple, je n'arrive toujours pas à écouter "Year Of The Plague" sans avoir envie de m'endormir. Et "Happiness III" malgré la présence de musiciens davantage rompus aux musiques plus rentre-dedans ne parvient pas à atteindre la justesse Pop qui sera celle de Steven sur "To The Bone", sans doute parce que les vocaux façon BEATLES ne siéent pas tant que ça à notre petit génie anglais. En voulant sortir un titre frais et pas prise de tête, Steven ne réussit qu'à moitié son pari. Peut-être le "½" du titre…

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


Steven WILSON
Home Invasion (2018)
Rock'N'Roll hall of fame




Steven WILSON
To The Bone (2017)
Le "So" de la décennie


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Steven Wilson (chant, guitare, basse, claviers, autoharp, mellotron, piano,)
- Adam Holzman (claviers)
- Dave Kilminster (guitare sur 1,6)
- Guthrie Govan (guitare sur 3)
- Nick Beggs (basse sur 1,3,4,6, chapman stick sur 5)
- Craig Blundell (batterie sur 1,5,6)
- Marco Minnemann (batterie sur 3)
- Chad Wackerman (batterie sur 4)
- Theo Travis (flûte sur 4,6, saxophone sur 6)
- Ninet Tayeb (chant sur 6)


1. My Book Of Regrets
2. Year Of The Plague
3. Happiness Iii
4. Sunday Rain Sets In
5. Vermillioncore
6. Don't Hate Me



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod