Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH TECHNIQUE/MÉLO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Arsis
 

 Bandcamp (2)
 Chaine Youtube (2)

ALLEGAEON - Apoptosis (2019)
Par MEFISTO le 22 Mai 2020          Consultée 321 fois

Cette chronique contient de l'ironie, du sarcasme et de la provoc', alors si le confinement a cogné dur sur ta patience et ta susceptibilité, ami lecteur, tu sais quoi faire… Eh ben oui, lis, pardi !

Hey toi, le jeune ou moins jeune qui est incapable d'encadrer le Death Metôl Technique. Oui toi, qui trouve que ce sous-genre est l'équivalent d'une excroissance aux formes changeantes sur la face du Death Mélo, voire le visage de goule vaseuse du Death. Toi qui ne comprends pas pourquoi une musique si complexe peut être si lumineuse, colorée et progressive, et simultanément, si violente dans sa livraison. Toi qui aurais préféré que les gueulards de ces groupes laissent le chant grave aux true eveul chantres poilus Deatheux raw classiques.

Oui, toi qui refuse de voir et d'entendre, de toucher à la grâce, de savourer autre chose… ALLEGAEON est pour toi. Pourquoi ? C'est grâce aux Américains que tu entreprendras ton long périple vers la réconciliation, l'acceptation et l'excitation.

"Apoptosis" est le cinquième album du quintette le plus accessible de la planète Death Technique. Probablement le plus mélodique aussi. Depuis la venue avec fracas de "Fragments Of Form And Function" il y a dix ans, ma vision du Death alambiqué a changé. Et je ne suis pas le seul à avoir été séduit par cette approche archi sympa, basée évidemment sur la technicité des compos, mais surtout sur du riff organique, des rythmiques accrocheuses et dansantes, un groove et des soli de ouf ainsi qu'un orage mélodieux qui forme le cœur et l'esprit du combo. Je ne peux pas écrire les mêmes éloges sur une autre entité. La seule qui pourrait s'en approcher, musicalement et philosophiquement, serait OBSCURA, mais jamais les Allemands n'atteindront le degré de « gentillesse » d'ALLEGAEON.

Alors toi, oui toi le dédaigneux, ne te laisse pas décourager par ce que tu as expérimenté dans le passé et laisse-toi imprégner du talent de ces Américains du Colorado. Je te rappellerai au passage que le Colorado, état montagneux austère, est surtout reconnu pour ses artistes Black, alors qu'une douce brute aux hurlements bestiaux comme ALLEGAEON en soit issu devrait piquer ta curiosité.

Pour moi, ce "Apoptosis" est une suite logique du parcours franchi par mes chouchous. Il surpasse même le dernier album sorti en 2016 et injecte une dangereuse dose de plaisir, comparable à celle ressentie en 2009 sur le tremplin. Est-ce donc un retour à des sources plus confortables, un élan de nostalgie ? Non, non, disons que c'est le résultat d'une maturation qui éclate au grand jour. ALLEGAEON a trouvé sa niche et divertit comme rarement il l'a fait. Et cela avec un seul changement mineur au line-up, soit un nouveau bassiste.

ALLEGAEON offre quelques-unes de ses meilleures plages, que vous trouverez notamment sur le podium. Je voudrais simplement préciser, pour ton bénéfice, ami détracteur du Death Technique, que si tu ne trouves pas des pièces comme "Exothermic Chemical Combustion" et "Interphase // Meiosis" absolument irrésistibles, que tu ne respectes pas la prestance de "Metaphobia" ou de la pièce-titre, ou si tu ne ressens pas le besoin de te transformer en balle de flipper sur "Extremophiles (A)", "The Secular Age" ou "Stellar Tidal Disruption", je me demande ce qui te fera craquer. Il faudra que tu ailles consulter mon pauvre vieux, ou plutôt, ma pauvre vieille, car on sait tous que le chant grave ne plaît pas à la grosse majorité des bobonnes de ce monde sourdingue qui est le nôtre… Haha ! Allez, lancez-les vos tomates, bande d'hypocrites ! Ensuite, vous écouterez le duo plus calme "Tsunami And Submergence" – "Colors Of The Currents" pour reprendre le contrôle… Non, mais…

Bref, si tu ne kiffes pas cet "Apoptosis" pour ce qu'il est, une coche idéale dans la case accostable de l'Extrême et une porte d'entrée parfaite vers ce style, il faudra remédier à ce qui te taraude. Dors-tu bien ? Manges-tu à ta faim ? Abuses-tu d'un anabolisant ? Bon, trêve d'ironie, tu DOIS au moins faire l'effort de mordre dans le fruit que tu t'es défendu jusqu'au bout, de peur de rater le train une bonne fois pour prout.

Une grosse claque, au même niveau que "Formshifter" et "Elements Of The Infinite".

Podium : (or) "Metaphobia", (argent) "Exothermic Chemical Combustion", (bronze) "Apoptosis" et "Interphase // Meiosis".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en DEATH TECHNIQUE par MEFISTO :


HIDEOUS DIVINITY
Adveniens (2017)
Rital un jour, mais pas toujours...




GOMORRAH
The Haruspex (2016)
Chirurgical, classieux et... groovy.


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Riley Mcshane (chant)
- Greg Burgess (guitare)
- Michael Stancel (guitare)
- Brandon Park (batterie)
- Brandon Michael (basse)


1. Parthenogenesis
2. Interphase // Meiosis
3. Extremophiles (b)
4. The Secular Age
5. Exothermic Chemical Combustion
6. Extremophiles (a)
7. Metaphobia
8. Tsunami And Submergence
9. Colors Of The Currents
10. Stellar Tidal Disruption
11. Apoptosis



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod