Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2019 Descender
 

- Style : Kingcrow, Full Nothing

AVANDRA - Descender (2019)
Par HAPLO le 30 Septembre 2019          Consultée 636 fois

J’ai longtemps hésité, pour illustrer cette chronique du dernier album d’AVANDRA, à utiliser (ou pas…) l’image quelque peu clicheteuse mais ô combien parlante, d’une jolie petite fleur aux couleurs pimpantes qui parvient à pousser tant bien que mal sur un vieux tas de gravas ou de décombres gris… Et pourtant, cela colle parfaitement à l’expérience (transposée en musique) vécue par le chanteur-compositeur-instrumentiste du combo, j’ai cité l’honorable Christian Ayala Cruz, aussi connu sous le pseudo de « Volteau ».

Ainsi, cher lecteur, amateur de riffs endiablés et de double grosse caisse fumante, pose-toi quelques instants entre deux écoutes et entends l’histoire sombre mais joyeuse du peu connu et fort sympathique AVANDRA !

Musicien touche-à-tout imbibé de Metal Prog/Atmosphérique et résidant humble mais optimiste de l’île caraïbesque de Porto-Rico, l’ami Christian Ayala aka Volteau réalise son rêve d’enregistrer un premier album studio en 2016-2017. "Tymora" ne révolutionne alors pas le genre même si il reçoit un accueil bienveillant sur les médias régionaux qui évoquent les petites erreurs de jeunesse mais soulignent surtout l’importance du travail effectué sur l’atmosphère de l’offrande. Pour ce premier-né, Volteau a pourtant déployé toute son énergie, assurant seul les parties chants / claviers / guitares jusqu’aux programmations des parties batterie qu’il confiera finalement à un ami instrumentiste. Suite au succès local de l’album, il constitue d’ailleurs, pour assurer les parties live de "Tymora", un line-up en chair et en os et recrute à cette fin des musiciens du cru. L’herbe verte et grasse connaît donc quelques difficultés à pousser sur le sable des plages ensoleillées de Porto-Rico… Mais l’espoir est bien là !

Or, le temps vire plutôt à l’orage en septembre 2017 : L’ouragan « Maria » menace et fini par lâcher toute sa fureur sur l’île qui en sera d’ailleurs la principale victime (Maria aurait fait au total 3 000 morts, dont 2 900 à Porto Rico). Sur place, les dégâts sont considérables et c’est quasiment un retour à l’âge de pierre pour les survivants. Traumatisé, claquemuré dans un abris durant plusieurs jours, Volteau se réfugie dans le seul exutoire qu’il apprécie : la composition musicale. C’est la conception de "Descender" qui meublera ces heures sombres et angoissantes.

Saisi par l’histoire de ce jeune compositeur et de ses sbires démunis (on peut raisonnablement penser que les studios d’enregistrement de l’île avaient également été balayés), un chroniqueur local féru de Metal les recommande auprès du label de Metal Extrême Blood Music (PERTURBATOR, MASTER BOOT RECORD…) pour lui vendre le projet de futur album et… Bingo !! Nos insulaires des Caraïbes se retrouvent ainsi catapultés auprès du prestigieux Magnus Lindberg (NO ONE IS INNOCENT / KONGH / ASTRONOID..), référence de choix en enregistrement et mix Rock / Metal Alternatif. Aussi le conte de fée n’étant pas terminé, nos musiciens y sont rejoints par des guests plus qu’honorables en les personnes de Richard Henshall (HAKEN), Kevin Moore (Ex-DREAM THEATER ex-FATES WARNING) ou encore Daniel Schwartz (ASTRONOID) qui vont prêter quelques notes, et surtout leur soutient, à l’album en construction.

Mais je m’aperçois que tu piétines Ô lecteur : bon ok pour la belle histoire, mais qu’est-ce qu’il a dans le bide ce "Descender" ? La grenouille donne t’elle une belle princesse des Caraïbes ou un immonde Troll velu et baveux ?

Plus vivant et étoffé que "Tymora", cette seconde offrande d’AVANDRA demeure néanmoins cohérente avec le premier-né, explorant un Metal Progressif dynamique (voire musclé !) mais qui sait laisser la part belle à des teintes atmosphériques. Les huit morceaux qui composent "Descender" déploient une ambiance très riche assortie d’une belle musicalité : l’utilisation récurrente de séquences de piano, la présence de chœurs et jusqu’à la structure travaillée des compositions, sont autant de traces indiquant une vraie recherche mélodique sur cet opus.

Ce qui surprend et séduit de prime abord, c’est la grande cohérence artistique et la profonde ambiance qui marquent "Descender". Le fil conducteur en est essentiellement la voix faussement indolente de Christian Ayala aka Volteau qui donne aux morceaux un cachet très particulier, fait de mélancolie, de soutient et parfois de force. Les musiciens ne restent cependant pas les bras ballants et, s’exprimant par le biais de structures soignées, s’illustrent soit par des lignes rythmiques particulièrement élaborées ("Beyond The Threshold Part 1", "The Narrowing Of Meaning"), des transitions intelligentes entre moments puissants et séquences calmes ("Beyond The Threshold Part 2" et le long "Ader’s Bite") ou encore des passages / arrangements atmosphériques prenant (« A Decision Must be Made », « Even/You »)…
Le syncopé "Derelict Minds" m’a particulièrement accroché ; fort d’une rythmique peaufinée et originale, d’accélérations synchronisées à la ligne rythmique, de son solo de synthé sympa (aah Kevin, gratte-moi le dos en faisant des gammes!) et à la tension qui l’habite jusqu’à son terme.
Et à l’inverse, une petite question sur l’opportunité du titre "Q.E." dont les samples batterie tout comme la courte durée rompent avec la teinte artistique développée par "Descender".

Ainsi doté d’une ambiance riche et d’une belle musicalité, cet album offre à l’amateur du style des morceaux structurés, sachant alterner des passages aux riffs puissants, des transitions bien pensées et des plongées atmosphériques apaisantes. Le chant, qui participe pour beaucoup à la couleur générale, réclame quand même une petite adaptation et devra peut-être évoluer dans ses variations pour ne pas risquer de tomber dans le linéaire. Autant d’éléments qui font qu’avec "Descender", AVANDRA nous offre plutôt une bonne surprise qui, si elle ne finira pas en haut des charts, donnera du plaisir à ceux qui sauront l’apprécier… Il faudra qu’AVANDRA sache également affiner sa patte et trouver puis mettre en évidence son originalité, car les groupes de cet acabit sont aujourd’hui légion, sachant que les guests ne font pas systématiquement le déplacement…

Posant délicatement une jolie cloche en verre sur la petite fleur aux couleurs pimpantes juchées en haut de son tas de gravas, j’y adjoins une note réelle de 3,5/5 sous forme d’encouragement pour cette belle histoire (et l’effort de musicalité !).

- pour ne pas mourir idiot : "Derelict Minds",
- pour continuer à se faire du bien : "Beyond The Threshold Part 1 & 2"
- à oublier car en trop: "Q.E.".

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


The CHRONICLES PROJECT
When Darkness Falls (2015)
Le pari gagné des voleurs d'âmes !




FULL NOTHING
Full Nothing (2015)
Success-story argentine


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Christian Ayala Cruz (voix, guitares, claviers)
- Luis Javier Rivera Guilbot (guitares)
- Gabriel Alejandro Rodríguez Martínez (basse)
- Adrián Arroyo Schuck (batterie)
- Guests:
- Christopher De León Jones (guitare solo sur 2)
- Richard Henshall (second solo sur 4)
- Israel Romero Pérez (solo sur 5)
- Kevin Moore (solo clavier sur 7)
- Daniel Schwartz (programmation percussions sur 8)


1. Beyond The Threshold: Part 1 - Helios Awakens
2. Beyond The Threshold: Part 2 - Helios Descends
3. A Decision Must Be Made
4. The Narrowing Of Meaning
5. Even/you
6. Adder's Bite
7. Derelict Minds
8. Q.e.



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod