Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


STEEL VENGEANCE - Call Of The Dogs (1985)
Par ERWIN le 28 Septembre 2019          Consultée 542 fois

Ah quand on est metalleux et qu'on a vécu son adolescence au milieu des eighties, il y a de fortes chances pour que vous ayez été bercés par les diverses productions de la maison locale française : Black Dragon ! Et ça n'a pas raté, MANILLA ROAD en tête, suivi par EXXPLORER, LIEGE LORD ou autres SACRED BLADE, je me les suis tous faits, certains ont rencontré le succès, le statut culte et même une petite carrière sympatoche. D'autres furent les oubliés de la cause. Parmi ces derniers, il convient de remettre un instant en exergue les Américains de STEEL VENGEANCE, qui ont livré quatre opus à la maison du dragon noir, ce n'est pas rien !

C'est le guitariste Michael Wickstrom qui met le groupe en place au début des eighties, on sera surpris par le nombre de patronymes suédois au sein de ce groupe US, mais finalement il est très naturel de se regrouper par communauté, on a donc ainsi un Carlson au chant, un Lindtsrom à la guitare et un Anderson à la basse ! D'ailleurs, ce nom, on pense à la culture de la mort qui tue bien métallique non, en cette époque pleine de Conan, la Fantasy et Dungeons & Dragons battaient leur plein ! Sinon, voyez donc cette pochette signée Eric Larnoy ! La classe franchement, on y reconnaît même le sabre de "Open The Gates" ! Toutefois, pas de Wikipedia et un microsite en jachère, voilà ce qui nous reste du groupe..

Petite cavalcade en introduction, "Night Turns To Day" pose les bases solides d'un Heavy Metal véloce et puissant mais avec finalement peu d'originalité. Inutile de vous faire lambiner d'ailleurs, je ne trouve dans cette galette que deux morceaux véritablement attrayants : la lancinante et rythmée "Dreams Come True", très aérée et touchante, mais c'est le rythme de "3 O'Clock In The Morning" qui emporte l'adhésion, il défonce très bien sa race et se pose dans la droite lignée des classiques d'un JUDAS PRIEST, vraiment sympa !

Hélas, hélas, je m'arrête ici pour les compliments... Car tant que nous sommes sur les prêtres de JUDAS, pas de doutes d'où sort la rythmique grasse de "Victim Of Love", mais le titre manque cruellement d'esprit, il ne suffit pas d'un beau riff pour pondre un classique, mais le chanteur Carlson y prouve pourtant la puissance de sa voix, et plus loin, "Midnight Machine" est presque difficile à entendre. Alors, bien entendu, quand on entend le riff simpliste de "Time To Live, Time To Die", on comprend mieux pourquoi la Vengeance de L'Acier n'a pas eu la carrière escomptée, le chanteur n'est pas mauvais, mais se contente de faire du sous-Ronnie Atkins, voire du sous Michael Kiske là ou on est en droit d'attendre un peu de charisme et de personnalité, c'est dommage.

Et ça continue ! "Devils Lair" manque de ressort avec un chant bien trop monocorde. "Queen Of The Night" nous replonge dans un Hard Rock plus rigolo, proche de KROKUS ou d'AC/DC, si ce n'est que le niveau n'y est pas, et que tout ceci manque cruellement de groove. "Our Love Was Yesterday" voit le chanteur Carlson perdre carrément le fil de la chanson, qui se veut un slow d'amour... "Comme seuls savent les faire les hardos", disaient les nanas de l'époque, mais nous sommes là fort loin d'une quelconque réussite.

Ah là là, que ce riff a mal vieilli : "Will Not Be Defeated" sonne abominablement eighties, je vous en déconseille vivement l'écoute chers camarades ! C'est tellement téléphoné que ça en devient drôle toutes ces années lus tard, mais il n'en demeure pas moins que cette compo trimbale aussi une part de nostalgie. Je dois à la vérité avouer que ça a une bien sale gueule aujourd'hui. Qui plus est comme gratteux, Michael Wickstrom est fort loin d'émuler les cadors présents sur Black Dragon tels l'excellent Kevin Kennedy dEXXLORER ou le divin barde Mark Shelton.

Bref, à l'heure de l'addition, nous voilà bien meurtris ! Certains groupes de Black Dragon se sont révélés des maîtres de l'art métallique, d'autres en revanche, n'auront pas même connu une gloire éphémère. Mais c'est tout simple : les STEEL VENGEANCE n'ont pas su composer une musique digne de passer le cap du temps, hélas ! Ce premier album à la superbe pochette vaut donc surtout pour les aficionados de cette période, mais ne trouve quelque grâce à mes yeux que par le biais d'un couple de morceaux bien sentis, ce qui est nettement insuffisant pour atteindre la note de deux étoiles !

A lire aussi en HEAVY METAL par ERWIN :


SACRED BLADE
Of The Sun And Moon (1986)
Vers les étoiles!




HEAVY DUTY
What We've Been Through (2010)
Et une révélation ! Une !


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Scott Carlson (chant)
- Bob Lindstrom (guitare)
- Michael Wickstrom (guitare)
- Steve Cavalier ( basse)
- Andy Anderson (batterie)


1. Night Turns To Day
2. Dreams Come True
3. Time To Live, Time To Die
4. Devils Lair / 3 O'clock In The Morning
5. Victim Of Love
6. Midnight Machine
7. Queen Of The Night
8. Will Not Be Defeated
9. Our Love Was Yesterday



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod