Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY DOOM  |  E.P

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Redlights
 

 Facebook (2)

ORDER OF ELEPHANTS - Moonshiners (2019)
Par JEFF KANJI le 8 Septembre 2019          Consultée 629 fois

On se demande souvent ce qu'il peut se passer quand on réunit trois pelés dans un local de répétition, fondus de Metal, mais qui n'ont encore jamais joué ensemble au sein d'une scène auvergnate grouillante mais qui peine souvent à dépasser la reconnaissance départementale. Et ben ils jouent ! Quand Thrash Processor, bassiste et animateur de radio croise la route de Grinder, rejeton de la défunte Thrash team clermontoise, et de Johnny, éminence grise d'un MORPHOSS moribond, aujourd'hui passionné par la batterie qu'il avait commencé à tâter au sein des REDLIGHTS, il va se diriger vers des influences pures (CANDLEMASS, IRON MAIDEN, VENOM (surtout pour le chant), et au fur et à mesure de répétitions ébaucher avec ses nouveaux acolytes des litanies Doom Trad solidement ancrées dans le Heavy des origines.

Finissant par s'organiser, les trois larrons, trois ans après leur formation (Dooooom) se décident à graver sur disque le fruit de leurs efforts. Pour ça ils vont faire appel à Nico Bourduche (SEASONS OF SILENCE, MORPHOSS) pour mettre en son leur Heavy Doom roots. Et bien sûr il m'incombe d'en toucher quelques mots après que Johnny, en excellent VRP, m'ait fait parvenir toutes les infos nécessaires.

Bon le Doom trad, perso j'aime bien même si je n'en écoute pas régulièrement, préférant souvent les speederies échevelées et un peu moins velues que les tréfonds du low tempo. Alors ORDER OF ELEPANTS m'amuse déjà avec le choix de son imagerie basée sur les proboscidiens, insistant sur la lourdeur et le manque de finesse de son propos. Et on ne va pas être déçu. Dégageant une atmosphère quasi nanardesque, "Fight At The Six Gates Of Hell" trahit des ambiances héritées de la NWOBHM voire du Black primitif, une sorte de DARKTHRONE éléphantesque. C'est que ça trompe énormément comme le disait si bien Audiard. Un EP certes, mais de six morceaux qui empruntent souvent bien plus au Heavy qu'au Doom, façon CANDLEMASS, bien que la spécificité des Auvergnats semble être la quasi absence de l'influence SABBATH-ienne.

On sent que ces gars-là connaissent très très bien le Metal et on pourra même trouver chez Thrash Processor une élocution qui fait autant penser à Cronos qu'à Dave Mustaine, le tout au service de titres parfois bien fleuris ("White Ass Fever", c'est Ted Nugent qui serait content). La mise en son, propre et nette, laisse la place à tout le monde, la musique d'ORDER OF ELEPHANTS se voulant volontairement dépouillée : une guitare, une basse et une batterie. La cohésion des trois est d'ailleurs l'un des points forts du groupe, Johnny ayant par ailleurs sacrément progressé en quelques années (bon le shuffle c'est toujours pas son truc). Dans les passages les plus débridés, et je ferai un nouveau parallèle avec le Black Metal, j'ai des évocations d'Abbath tenant l'instrument façon "Blashyrkh" (le final de "White Ass Fever").

Influences très Heavy Metal, à l'image de ce "Patronymous Incest" sur lequel on ne peut que penser à SAXON et son "Denim & Leather". Mais ce qui est agréable avec ORDER OF ELEPHANTS, c'est cette sensation que le trio ne se prend pas au sérieux et ne cherche pas à reproduire ou copier quoi que ce soit. C'est d'ailleurs pour ça que son manque d'originalité ne freine aucunement l'écoute de "Moonshiners", une première livraison sans doute inégale ("Witch Legacy" ne sort pas de son faux-rythme et son changement de tempo est mal négocié, le final "Blood & Fire" qui est le seul titre fondamentalement Doom façon BLACK SABBATH, manque d'une ligne de chant marquante qui en aurait sans doute fait autre chose, l'instrumental ne se suffisant pas à lui seul), mais sur laquelle les éléments de base d'un bon morceau de Metal, à savoir un bon riff et du gros son sont remplis la plupart du temps, et honnêtement, dans le cas d'ORDER OF ELEPHANTS j'en demande pas davantage !

A lire aussi en DOOM METAL par JEFF KANJI :


SUPERLYNX
New Moon (2019)
Comment résister à un nom pareil ?




PALLBEARER
Sorrow And Extinction (2012)
Un artwork aussi immersif que son contenu


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Thrash Processor (basse, vocaux)
- Grinder (guitare)
- Johnny (batterie)


1. Fight At The Six Gates Of Hell
2. White Ass Fever
3. Patronymous Incest
4. Witch Legacy
5. Blood & Fire



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod