Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (3 / 9)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Arch Enemy, At The Gates, Raintime, The Sons Of Talion , Degradead, The Duskfall , World Under Blood, Callenish Circle, Nightrage, Witchery, Children Of Bodom
- Membre : Hammerfall, Passenger
- Style + Membre : Dark Tranquillity
 

 Mysweetforum (forum - News - Bio Etc...) (953)
 Site Officiel (274)
 Myspace (301)
 Chaîne Youtube (243)

IN FLAMES - The Jester Race (1996)
Par FENRYL le 11 Juin 2014          Consultée 4334 fois

"The Jester Race" est un album à part pour moi... Oui, je suis conscient que je vous l'ai déjà faite un paquet de fois cette phrase, mais là on parle du Death Mélo, mon genre de prédilection. Cet opus est donc une pierre angulaire, une masterpiece dans le domaine. C'est un objet culte, que l'on place presque sous une vitrine, que l'on déflore avec le respect dû à son rang, en connaissance de cause. C'est une sortie culte. Le mot est prononcé, écrit et c'est un fait.

Il fait partie des 3 galettes qui ont révolutionné mon approche du Metal à un moment de perdition musicale. Vous savez, cette période de votre vie de metalleux, de connaisseur, qui vous fait réfléchir sur vos centres d’intérêts, vos fondamentaux. Ce temps du bilan intermédiaire...
À l'époque, j'étais en plein dans "finalement avec tout ce que je me mange à longueur de journée, quel est le type musical dans mon Metal chéri que je voudrais garder s'il fallait choisir ?...".
Parfois, la réponse est évidente et là, devant vous, sans grande complexité.
Il me faut mon trio DARK TRANQUILLITY/AT THE GATES/IN FLAMES de la grande époque...

Ainsi, avec "The Gallery" et "Slaughter Of The Soul", ce "The Jester Race" a su insuffler le renouveau dans un genre en putréfaction à l'époque : le Death Metal.
Sur certaines cendres encore fumantes (mais à base de phénix, celui qui renaît...), IN FLAMES, en compagnie de ces deux autres combos, a su donner la vie à ce genre si jouissif qu'est le DEATH Mélodique, avec ses touches si caractéristiques.
Car le modus operandi va dès cet album prendre toutes ces marques :
- Une mélodicité exacerbée à base de riffs leads entêtants dès la première écoutes, incluant très souvent des parties acoustiques ("Moonshield" ou "Artifacts Of The Black Rain" par exemple).

- Des titres instrumentaux reposant sur la première caractéristique décrite, au point que certaines intros de track vous font penser à un titre sans parole lors de leur découverte ! ("The Jester's Dance" et "Wayfaerer").

- Un chant démoniaque de rage, de complaintes alliant en même temps fureur et mélodie : Fridén s'impose de suite comme une référence absolue du genre.

- Des breaks parfaitement sentis, toujours à propos, redonnant à chaque fois un coup de nitro ou au contraire, posant le rythme sur des sphères plus lancinantes... À ce sujet d'ailleurs, les petits liens vers le Heavy/Speed ne sont pas anodins comme remarqués sur "Artifacts Of The Black Rain" ou sur le solo de la title track par exemple. L'arrivée des claviers et de la mélodicité à outrance est à noter sur le final de "Wayfaerer" (guitar hero style !)

- Une alchimie ULTIME : rarement il m'a été donné la possibilité de mesurer une telle complémentarité dans un combo. La section rythmique alimente parfaitement nos gratteux qui nous servent sur un plateau des lyrics "aux p'tits oignons". C'est bien simple on sent que cet opus a fait l'objet de beaucoup d'efforts de travail, de cohésion. Un collectif semble né.

On retrouve par moments cette furie propre au Death stricto sensu comme avec "December Flower" qui gagne en puissance (notamment au niveau de la voix) mais sait parfaitement nous combler par son aspect mélodieux par l'intermédiaire d'un riff rythmique ultra efficace et surtout par un solo absolument immédiat, totalement blindé de feeling !

Même si indéniablement AT THE GATES a clairement influencé toute la scène Mélodeath à l'époque, il est impossible de ne y voir clairement un hommage total sur un morceau comme "Gravelands" : la voix de Anders est totalement calquée sur celle de Tomas Lindberg, en retenant les hurlements de ce dernier. C'est à s'y méprendre ! Si vous connaissez les deux frontmen, tentez l'expérience en fermant les yeux, c'est diaboliquement troublant !
En signant chez Nuclear Blast, IN FLAMES prend une autre dimension et signe là un pilier. Même si, objectivement, la suite de la discographie saura m'enthousiasmer presque davantage (affection tout à fait subjective de ma part, j'en conviens !), "The Jester Race" est un essentiel discographique pour son contexte, son empreinte et ses conséquences. C'est un must have de tout metalleux digne de cette appellation.

IN FLAMES grave ici son nom dans la roche pour l'éternité en composant un essentiel du Metal en général, du Death Mélodique en particulier.

Si vous deviez mettre une oreille pour découvrir ce genre en toute "quiétude", c'est assurément celui-ci qu'il vous faudrait savourer pour franchir le cap... Attention, il n'y aura pas de retour en arrière possible, je vous l'affirme !

Note réelle : 4,5/5 car la suite déchire encore plus !

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par FENRYL :


ARCH ENEMY
Burning Bridges (1999)
Le quatrième mousquetaire du Death mélo...

(+ 1 kro-express)



The DUSKFALL
Delivrance (2001)
Le véritable potentiel de ce groupe à l'époque !


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   CANARD WC
   FIGHTFIREWITHFIRE
   PIERRE
   POSSOPO

 
   (5 chroniques)



- Anders Friden (chant, percussions)
- Jesper Strömblad (guitare, claviers)
- Glenn Ljungstrom (guitare)
- Johan Larsson (basse, chant)
- Björn Gelotte (batterie, guitare)


1. Moonshield
2. The Jester's Dance
3. Artifacts Of The Black Rain
4. Graveland
5. Lord Hypnos
6. Dead Eternity
7. The Jester Race
8. December Flower
9. Wayfaerer
10. Dead God In Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod