Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK / OI! / NEW WAVE  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



PARIS VIOLENCE - Temps De Crise (1998)
Par CHAPOUK le 2 Janvier 2019          Consultée 820 fois

PARIS VIOLENCE voit officiellement le jour en 1994 et dès sa naissance ce groupe est à part dans la scène Punk / Oi! et affiliés de l'époque. Pourquoi ? Ben déjà faisant un petit point "contexte" pour voir d'un peu plus près cette bête curieuse.

Ce groupe aux influences diverses et variées s'articule principalement autour de Flav, qui en est la véritable tête pensante. Entre 91 et 92 il joue d'ailleurs régulièrement avec un certain Jérôme (batteur) puis un nouveau venu, Thierry, vient remplacer Jérôme tandis que l'ami Jéjé continue d'apporter quelques idées aux deux autres. Puis en 93 les trois compères, fortement inspirés par le son froid et mécanique des copains METAL URBAIN, décident eux-aussi d'utiliser une boîte à rythmes pour accompagner leurs influences New Wave. Les compos qui découlent de cette association sont majoritairement signées Flav (surtout les textes, le chant, la guitare, les claviers) tandis que Thierry et Jérôme se fixent respectivement à la seconde gratte / aux claviers et aux chœurs. Des choix artistiques qui les classent dès lors à part dans la scène alternative.
Et ils enfoncent le clou en revendiquant, déjà à l'époque, privilégier l'effort de recherche et de composition plutôt que la prestation scénique. Pas courant ça chez les neuskis et les keupons qui sont généralement friands de concerts qui sentent la sueur et la bière.

Là encore PARIS VIOLENCE va se démarquer grâce à ses textes à la fois urbains et poétiques truffés de références politiques ou historiques, et influencés par la plume d'auteurs tels que Baudelaire pour ce spleen ambiant (jetez un œil à "Spleen Et Banlieue") ou Cioran pour ce cynisme et ce nihilisme qui transpirent de beaucoup de morceaux, mais aussi par Céline, plus pour son style argotique qui dépeint une réalité brute de décoffrage plutôt que pour son antisémitisme (voir le morceau "Échec Total" où le groupe fait référence à un certain Ferdinand Bardamu). Ou encore, par Drieu la Rochelle, un immonde personnage collaborationniste qui a dû inspirer le groupe dans ses moments d'auto-dénigrement dépressifs (je vois que ça comme point-commun…) mais qui reste une influence vraiment peu reluisante de mon point de vue. Un argument de plus pour contenter les partisans de la théorie "PV c'est des fafs", une simple référence littéraire pour ceux qui séparent l'auteur de l'homme.

Bref, ce sont tous ces éléments qui durant la période 95-97 placent ce groupe dans une catégorie nettement à part de celle dans laquelle officient des KOMINTERN SECT, COLLABOS ou REICH ORGASM ce que certains ponks anars qualifient de groupes "beaufs" (désolée les mecs c'est pas moi qui le dit…). Leur diverses sorties (Demos K7, apparitions sur des compils, EP…) sont relativement confidentielles et distribuées en peu d'exemplaires, comme pour accentuer ce côté "inaccessible", "mystérieux" de la formation, que certains qualifieront carrément d'élitiste.

Et puis en 98 sort finalement ce "Temps de Crise".
Pas vraiment un premier album, puisqu'il est majoritairement constitué par les compos des précédentes sorties du groupe revisitées, mais qui comprend aussi quelques nouveaux titres, donc pour simplifier tout ça je vais appeler ça une compil, voire presque un best-of. Ouais carrément ! Parce qu'on a là le haut du panier de la discographie encore jeune de PARIS VIOLENCE.

Alors je préfère vous avertir direct : la prod est crasseuse et sent la banlieue sale, ça chante / ça joue faux régulièrement (mention spéciale aux chœurs a cappella de "Échec Total") et le sens du rythme des zikos est à géométrie variable. Personnellement je m'en cogne complet, j'ai aucun problème à passer au-dessus et limite je trouve que ça donne un peu plus d'authenticité à ce Punk / cette Oi! où l'on sent les efforts réalisés sur les arrangements et les éloigne justement de cette catégorie de groupe élitiste qu'on pourrait avoir envie de leur coller. Le seul bémol qui gâche parfois l'écoute des textes (surtout de cette qualité c'est dommage !) c'est le brouhaha qui résulte de cet ensemble et qui étouffe Flav. Ah si ! J'ajouterai ces claviers qui sonnent kitschouilles glissés ici et là et qui me font marrer malgré moi sur un titre pourtant déprimant au possible comme "Vers Le Nord", sur le break incongru de "Anywhere", ou sur "Skapitale" un morceau qui respire la joie de vivre à Paris sous Prozac.

Autrement c'est du tout bon et il y en a assez pour tout le monde.
Les pogoteurs à crête ou aux crânes rasés pourront s'en donner à cœur joie sur "Tintin Chez les Rmistes", où le groupe nous conte de façon narquoise une histoire de Tintin devenu prolo qui essaye de résoudre le mystère de la galère.

Les plus révoltés d'entre eux pourront dans le même temps s'époumoner sur des "Pas Marrant", "Anywhere" (ils te prennent dès le berceau, t'es recensé, classé, fiché. Ils te filent des flingues comme cadeaux, t'imposent leur putain de télé. T'es pas sorti du stade oral, qu'ils t'ont déjà foutu dans un bahut à la con. Tu es un pion parmi des milliards de la société de consommation.), "National-Déchéance" (tant d'années d'enseignement public, quota obligatoire d'instruction civique. À force de t'apprendre à leur obéir, ils t'ont donné envie d'en finir), ou encore sur "In Memoriam". La ballade anarchiste qui rend hommage, dans un cri venant du cœur, aux victimes du capitalisme (À ces générations baisées, au nom des flux économiques, envoyées crever par milliers dans la boue de tranchées merdiques. À tous ces vaillants jeunes gens, qui pour une poignée de vieux cons sont aller clamser à vingt ans à Verdun ou a Douaumont), à celles des régimes politiques totalitaires (À ceux qui sont tombés sous les balles de la Gestapo ou de la Tcheka, en Ukraine ou à Stalingrad, au Vel d'Hiv ou à Treblinka. Aux victimes des dictatures et à celles des démocraties, tout gouvernant est une ordure tout gouvernement est pourri. À la mémoire de tous nos potes et à celle des inconnus, qui ne reconnurent aucun despote et qu'on a sommairement abattu) et qui se termine sur une note des plus pessimiste ( Aucune page de l'histoire qui ne dégouline de sang, dès qu'un homme atteint le pouvoir il ne peut virer que tyran. L'homme est un salopard putride, l'homme est un salopard immonde. Et les hommes aussi tous ensemble sont égaux dans l'ignominie.).

Voilà qu'on crève tous ! De toute façon on mérite que ça !

Et si vous avez envie de vous démoraliser un peu plus en cette période hivernale, je ne peux que vous conseiller d'écouter des "Made In Paris", "Aller Simple" si vous souhaitez rajouter un peu de grisaille à votre vie, "Des Nuits Entières" pour vous remémorer vos plus douloureux râteaux, "Les Complexes d'Alphonse Larvis" ou "Sex-Shop" si vous préférez les ambiances glauques façon pluie battante et sex-shop douteux et si vous êtes un peu plus romantiques que ça, vous avez "Rendez-vous En Enfer" (Et te brûler encore de mes rayons glacés, en éclairant ta mort comme un soleil obscur. Explorer des années durant les antichambres de Satan. C'est épuisant comme enivrant.).

On ressort parfois de l'écoute de ce "Temps De Crise" avec un certain goût amer au fond de la gorge, pas parce qu'on est déçu mais parce que le groupe a su nous filer un cafard monstrueux, en toute simplicité et grâce à des airs et des textes mémorables.

Un album majeur de la scène française de l'époque, pour pas mal de keupons et neuskis ainsi que pour moi. Si vous l'abordez d'un point de vue plus Metalleux par contre, pas sûre que vous soyez totalement charmés, la faute à la prod et aux divers couacs musicaux qui sont tout de même légion sur le skeud. Vous devriez peut être plutôt démarrer avec PV par "L'Âge de Glace".

A lire aussi en PUNK par CHAPOUK :


AMEBIX
Arise! (1985)
Et ils surgissent dans la brume




WEDNESDAY 13
Monsters Of The Universe : Come Out And Plague (2015)
Plus de sérieux c'est parfois mieux


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
   CITIZEN

 
   (2 chroniques)



- Flav (chant, guitare, claviers, programmation)
- Jérôme (chœurs)
- Thierry (guitare, claviers)


1. Made In Paris
2. Echec Total
3. Des Nuits Entières
4. Aller Simple
5. Spleen Et Banlieue
6. Les Complexes D'alphonse Larvis
7. Tintin Chez Les R.m.istes
8. National-déchéance
9. Rendez-vous En Enfer
10. Vers Le Nord
11. Sex-shop
12. In Memoriam
13. Pas Marrant
14. Skapitale
15. Anywhere



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod