Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK / CROSSOVER / HXC  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Those Bloody Arms
 

 Myspace (165)
 Facebook (162)

BLACK BOMB A - Black Bomb A (2018)
Par CHAPOUK le 3 Décembre 2018          Consultée 1097 fois

Une beigne, une calotte, une mornifle, un pain, une mandale, une taloche, un soufflet, une châtaigne, une torgnole, un marron… Trouvez le synonyme de "grosse baffe" qui vous plaît, parce que c'est ce qui définit le mieux ce nouvel album de BLACK BOMB A, sobrement intitulé "Black Bomb A".

Et ouais, le groupe pèse tellement dans le game du Crossover/Thrash/Hardcore français que le patronyme de la formation se suffit à lui-même pour intituler ce nouvel album !

Pour résumer, ce skeud est un parfait indicateur de ce qu'est BBA en 2018. Il est dans la droite continuité de "Comfortable Hate", mais sans le côté pataud que pouvoir avoir ce dernier. Pourtant je peux vous dire que ça avoine sec sur cette galette, dès les premières secondes de "Arrogance" on comprend que ça va être du sale mais surtout on ressent bien (grâce à l'intro) que l'ambiance globale, assez brute de décoffrage, donne un côté live aux compos.

Sur les plus vénères, ça nous permet de bien capter toute l'énergie Punk que les zikos ont inclus dans ce skeud. Et ce, à grands renfort de growls et de hurlements "Pounesques" sur le presque Crust "Brand New Pleasure", ou à grands coups de riffs incisifs et d'urgence dans le chant sur "Fight The System", ou encore, grâce à ce break monstrueux, qui comporte une moshpart dantesque, sur un "Civil War" Crossover Thrash à souhait et qui invite aux émeutes. C'est pour quand les gilets jaunes qui moshent sur les ronds-points sur cette bande-son ?

Parce que s'ils ont pas la technique pour mosher, c'pas grave j'ai plus simple…
Avec "Greed" ils pourront expérimenter le circle-pit ! Mieux adapté à l'ergonomie du rond-point, en plus !
Dès le premier scream de Poun vous pourrez donc les voir créer une spirale jaune fluo qui accélère tellement que si elle continue elle va créer un trou noir et faire s'effondrer le rond-point sur lui-même entraînant avec lui, par la même occasion, l'univers entier dans sa chute… Heureusement que le pré-refrain vient casser le rythme quelques instants (d'ailleurs Poun nous livre ici des lignes de chant surprenantes mais intéressantes), parce que c'est déjà reparti. La fin du monde est uniquement évitée par ce gros break qui les calme tous mais qui annonce un final jumpy. Après le coup de l'accélérateur à particules voilà maintenant : le tremblement de terre / tsunami. Le rond-point est pris d'assaut par une marée de gilets jaunes qui saute et se secoue dans tous les sens de manière désordonnée, tandis qu'Arno s'arrache les cordes vocales et que Poun s'occupe de la partie plus mélodique, pour un final énorme dans la joie et dans la sueur.

Pardon, j'ai complètement pété les plombs, mais j'espère que l'image sera assez parlante pour vous donner une idée du son…

Bon bref du Punk il y en a sur ce skeud, que ce soit dans des hybrides Thrashy ("Kill Yourself"), dans ce côté "gros Hardcore qui tâche" façon HATEBREED sur la fin d'album qui ne fait que monter en intensité ("No Time To Say Good Bye" mais l'apothéose c'est sur "Wake Up" avec ce déferlement de double en intro), ou encore dans ce côté Metalcore que peuvent avoir certaines lignes de chants de Poun qui sont beaucoup plus mélodiques mais restent vraiment chouettes même incrustées dans ce torrent de violence. Exemple sur "Brainwashed", qui de toute manière est un des morceaux les plus "calmes" de ce skeud, "Bulletproof", ou dans le final de "Not Time To Say Goodbye". Ce Punk vient donc prendre une place très importante au milieu de tous ces riffs Thrash et Core, ce qui vous vous en doutez n'est pas pour me déplaire, mais il ne prend pas toute la place quand même. Il est juste assez dosé pour s'intégrer parfaitement aux autres influences et en même temps pour prendre une couleur BLACK BOMB A.

D'une certaine manière cet album me rappelle un peu "Speech Of Freedom" mais avec une essence Punk / Hardcore beaucoup plus prononcée et bizarrement sans ce côté parpaing dans ta gueule que peuvent parfois avoir certains skeuds du groupe, sûrement grâce à toutes ces petites mélodies catchy glissées ici et là (dans un riff, un chœur, une ligne de chant…) et à son groove omniprésent malgré tout.

En somme une, très belle réussite des cinq Frenchies en cette année 2018, qui constitue un parfait résumé de leur carrière à un moment T de leur discographie.

4,5/5 arrondi à 4/5.

A lire aussi en HARDCORE par CHAPOUK :


HOLD FAST
Filling Lungs, Snitching Tongues (2013)
Pas vu le temps passer !




KING 810
La Petite Mort Or A Conversation With God (2016)
Se manger un mur au ralenti


Marquez et partagez






 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Arno (chant)
- Poun (chant)
- Hervé Coquerel (batterie)
- Jacou (basse)
- Snake (guitares)


1. Arrogance
2. Brand New Pleasure
3. Civil War
4. Bulletproof
5. My Last Resort
6. Kill Yourself
7. Greed
8. Brainwashed
9. Fight The System
10. No Time To Say Goodbye
11. Wake Up



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod