Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  E.P

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Krypt
 

 Site Officiel (546)
 Myspace Officiel (553)

TSJUDER - Throne Of The Goat [reissue] (2018)
Par T-RAY le 27 Août 2018          Consultée 667 fois

Les rééditions d’E.P.s sont toujours à manier avec des pincettes… Surtout quand l’E.P. en question pèse à peine plus lourd qu’un Maxi Single. Ce qu'était, à peu de choses près, le "Throne Of The Goat" de TSJUDER, paru initialement en 1997, après trois démos consécutives réalisées par le groupe norvégien. Deux vrais morceaux, tout juste encadrés par une "Intro" et une "Outro". Emballez, c’est pesé ! Sauf que lorsque l’on est un second couteau du Black - ce que TSJUDER reste malgré tout, nonobstant la qualité de son matériel sonore - donner une nouvelle vie à son premier E.P. sur support physique implique quelques efforts de plus qu’un simple remastering, si l’on veut attirer le chaland (car les plus “true” des “true”, eux, auront déjà entendu le contenu de "Throne Of The Goat" depuis longtemps et par d’autres moyens).

Nag et Draugluin s’en sont évidemment rendus compte et en ont tiré de saines conclusions. Non seulement, rééditer "Throne Of The Goat" passait par un nouvel artwork, parce que les pandas dans la neige, flambeaux en mains, c’est “so 90s”. Mais cela passait surtout par une dose de musique supplémentaire. Le contenu musical en lui-même ne pouvait dignement s'arrêter aux seuls titres déjà présents sur l'enregistrement de 1997. Plutôt que de dénaturer l’ouvrage en le gavant du contenu des démos qui l’ont précédé, par exemple, ceux qui restent du TSJUDER de l'époque ont préféré réenregistrer les quatre titres originaux, "Intro" et "Outro" comprises, pour donner à entendre ce à quoi peuvent ressembler des compos d'époque avec le matos et l'expérience dont ils disposent aujourd'hui.

Bien leur en a pris car l’on découvre des titres presque différents, tant les moyens du TSJUDER de 1997 sont sans commune mesure avec ceux de 2017, date de réenregistrement des quatre titres. Marqués par un petit côté Old School en 1997, "Throne Of The Goat" et "Dying Spirits" sont, sur la première partie du disque, fidèles au son du TSJUDER d’aujourd'hui. Les “Huh” à la Tom G. Warrior sont toujours là mais c’est tout ce qui rappelle l’influence pourtant palpable d’un CELTIC FROST sur la version originale de l’E.P. Les nouvelles itérations de ces deux titres ont beaucoup plus de coffre, davantage d’épaisseur sonore, mais un peu moins d'âme que les précédentes. C’est l’incandescence que nous promet TSJUDER avec elles, quand les versions d’origine nous exposaient plutôt à une brûlure par le froid mordant de l’hiver scandinave. Des versions qui avaient un petit truc en plus également.

En effet, TSJUDER, à l'époque, doit presque autant à la “première” (vraie-fausse, plus fausse que vraie) vague Black Metal des BATHORY, HELLHAMMER et CELTIC FROST qu'à celle qui l’a vu naître, la deuxième, la “true”, dans la première moitié des 90s. Et cela s’entend très certainement lorsque l’on pose l’oreille sur les enregistrements de l’E.P. d'origine, ceux qui constituent la seconde partie de cette galette. Rien que sur "Throne Of The Goat", le morceau-titre, le beat de batterie qui cavale entre la trentième seconde et la minute, ainsi que le riff de guitare qui l’accompagne, sentent bon les 80s et les relents des groupes précités. Sans plaisanter, le final du morceau nous ramène à cette même époque, en témoigne son solo de guitare maigrelet et plaintif, bien, bien rare dans le Black norvégien des années 1990. Fort sympathique, ma foi.

Évidemment, entre les deux passages évoqués, puis sur le glacial et tempétueux "Dying Spirits" (dont l’atmosphère bénéficie encore pleinement de cette sous-production d’origine), TSJUDER respire cette Norvège Black Metal qui l’a bercé. Et c’est tant mieux, car ce que révèle le mélange des deux époques est relativement intéressant, à défaut d'être pérenne, puisque l’on sait combien TSJUDER va muscler son jeu par la suite et représenter une sorte d'évolution bodybuildée ultime du Black traditionnel norvégien. Ce que nous permet de constater la première partie de cette réédition. Quant à la seconde partie, elle permet tout simplement de mesurer le chemin parcouru en vingt ans. Voilà sans doute la principale qualité de cet E.P. plutôt recommandable, tout compte fait.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


HELLHAMMER
Demon Entrails (2008)
Petit pas pour Hellhammer, grand pas pour le Black




AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Nag (basse, vocaux)
- Draugluin (guitares)
- Diabolus Mort (guitares)
- Desecrator (batterie)


1. Intro (2017 Re-recording)
2. Throne Of The Goat (2017 Re-recording)
3. Dying Spirits (2017 Re-recording)
4. Outro (2017 Re-recording)
5. Intro
6. Throne Of The Goat
7. Dying Spirits
8. Outro



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod