Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/DEATH  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (4 / 21)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Anathema, Khonsu, Aesmah, Be'lakor, Novembers Doom, Katatonia, Serdce
- Membre : Bloodbath, Amon Amarth, Witchery, Spiritual Beggars, Arch Enemy

OPETH - Orchid (1994)
Par MOX le 11 Février 2003          Consultée 15262 fois

Il y a des groupes comme ça... Alors que son précédent groupe, ERUPTION, mourrait doucement, Mikael Åkerfeldt en créa un autre, OPETH, du nom de la cité dans la Lune dans Opet de Wilbur Smith. Et là où ce groupe aurait pu simplement établir des bases, jouer ce qu'ils savaient jouer ou répandre un bruit énorme sans objectifs, OPETH passe avec "Orchid" la cinquième vitesse sans broncher.

Car c'est ici une véritable bombe que nous propose ces Suédois. Pour quelqu'un qui a découvert ce groupe avec "Still Life", c'est pratiquement un autre style que joue OPETH ici. À la limite avec un Black/Gothic froid, il reste cependant très atmosphérique. Le côté Death que le groupe abordera plus tard n'est que très peu présent.
Et il faut désormais saluer une grande chose : dès le premier album ils balancent d'énormes morceaux de plus de 10 min, comme si cela devenait naturel de composer de telles œuvres. On reconnaît quand même aisément cette patte caractéristique du groupe : un morceau long entrecoupé de multiples parties et où naît une grande complicité entre lenteur/émotion, et noirceur/violence. Ainsi donc des compos comme "In Mist She Was Standing" démarrent l'album, rudement il faut bien le dire.

Mais dès lors on s'aperçoit d'une part que la production est excellente et d'autre part que le niveau technique des musiciens est déjà élevé. Les guitares, particulièrement mises en avant, résonnent sombrement, la basse très sonore vient renforcer ce vrombissement caverneux. Puis la batterie est très variée tandis que le chant tend vers quelque chose d'assez Black, quoique saupoudré de relents Death, il est néanmoins puissant. Chaque morceau devient le siège d'un mélange impromptu de styles, l'auditeur qui, con il est con il restera, ne s'attendait à rien, reste surpris de chaque contre-pied : d'un passage éminemment bourrin se succède une longue partie calme, atmosphérique et noire et vice versa. Chaque guitare joue un jeu bien différent, et les envolées lyriques et mélodique du sieur Åkerfeldt sont déjà hautement recherchées.

OPETH semble cependant se chercher un peu : on ne lui tiendra pas compte des morceaux qui ne se ressemblent pas du tout, bien au contraire, mais par exemple "Under The Weeping Moon" contient plus de passages lents tandis que "The Twilight Is My Robe" ou encore "The Apostle In Triumph" se rapprochent plus du style qu'il présente dans "Blackwater Park" ou dans "Still Life", bien que "Apostle..." reste assez surprenant, rempli de rythmiques orientales et saugrenues. Et puis il y a "Silhouette": 3 min de bonheur pianisé. Entièrement au piano donc, ce morceau est truffé de tonalités sombres et de parties variées (oui oui en 3 min). Il rappelle un sombre propriétaire d'un sombre château jouant ses sombres morceaux. Magnifique. "Requiem" est lui aussi instrumental et entièrement à la guitare sèche : un peu en-deçà du reste.
Entre ponts émouvants, ambiance noire, passages rapides agressifs et abyssaux, l'auditeur se laisse vaguement prendre par ses parties longues lentes et douces, volontairement répétitives et superbes. Savoir manier une telle subtilité dans les morceaux et démontrer un tel talent dans des compos gargantuesques, et ce dès le premier album, ça a le mérite de faire tomber de haut.

Et hop par une telle intensité de musique, par une ambiance froide et peu réconfortante savamment introduite, OPETH marque son temps en signant là une grande oeuvre, pas convenue pour un euro. Vous me pardonnerez mais là, pour un coup d'essai c'est un coup de maître.

A lire aussi en BLACK METAL par MOX :


YOUR SHAPELESS BEAUTY
My Swan Song (2003)
Black/death metal




NEHEMAH
Requiem Tenebrae (2004)
Une froideur connue mais que l'on craint toujours


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   FIGHTFIREWITHFIRE

 
   (2 chroniques)



- Mikael Akerfeldt (chant,guitare)
- Peter Lindgren (guitare)
- Johan Defarfalla (basse)
- Anders Nordin (batterie)


1. In Mist She Was Standing
2. Under The Weeping Moon
3. Silhouette
4. Forest Of October
5. The Twilight Is My Robe
6. Requiem
7. The Apostle In Triumph



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod