Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLO/BLACK/PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


IN VAIN - Currents (2018)
Par MEFISTO le 27 Février 2018          Consultée 969 fois

Putain, 2018 commence avec une déception… Autant vous le dire tout de suite, les amis.

Vous savez peut-être que la majorité des musiciens d'IN VAIN sont habitués d'étirer les frontières créatives comme un élastique, par leur nature et le fait, notamment, qu'ils aient joué live pour SOLEFALD en compagnie du sieur Lars Nedland et de Cornelius. Pas mal comme écurie. Et quand on écoute la disco des Norvégiens, bien que courte, on se rend rapidement compte qu'ils aiment décocher à droite et à gauche pour pimenter leur Black moderne/Death Mélo/Prog.

Un mélange équilibré qui rappelle autant les bonzes de Göteborg que les compatriotes d'INSOMNIUM, AMORPHIS et BARREN EARTH, mais surtout les poids lourds du Death Mélo suédois IN MOURNING, qui lorgnent allègrement du côté progressif de la force. Les seules limites sont celles que nous nous infligeons n'est-ce pas? Oui, infliger. Comme le fouet. Eh bien, IN VAIN n'en a pas d'ultra rigides, sinon celles d'un Death/Black Mélo qui torture intelligemment, avec une touche expérimentale du côté des crampes cervicales atmosphériques, du chant clair et de l'emploi inopiné d'instruments classiques.

Premier constat pour le fan avisé que je suis : les Norvégiens ont coupé 15 minutes au compteur, soit l'équivalent de deux pièces. Ce qui est énorme, surtout si on kiffe le produit… Et effectivement, de neuf morceaux sur le colossal "Aenigma", on passe à sept sur "Currents", dont une suite dira-t-on, de "Times Of Yore", gravé sur "Aenigma". À ce sujet, le groupe a repris la moins bonne partie, soit la sempiternelle mélodie de la fin, en la placardant presque de la tête à la queue, ce qui est foutrement agaçant et inutile. Voyons cela comme du gaspillage, idem sur "la quelconque "Origin" et la juste correcte "Seekers Of The Truth".

J'ai l'impression que cet échantillon résume un peu mon sentiment de "Currents" : de la dilapidation de talent, pourtant si flamboyant et étalé d'un bout à l'autre des trois albums précédents. Ici, pas d'avalanche de tubes accrocheurs et progressifs tels que "Against The Grain", "Hymne Til Havet" ou l'extraordinaire "Culmination Of The Enigma". Pas d'hymnes ou de morceaux qui vous cloueront au pilori, sinon la médaille dorée de mon podium. "Aenigma" aurait donc été ce fameux album de la maturité pour IN VAIN ? Facile à comprendre, après un début de carrière aussi percutant, à commencer par "The Latter Rain", un des meilleurs premiers albums de ma discothèque.

"Currents" offre tout de même le minimum syndical chez du IN VAIN qui se respecte, soit du riff béton et des atmosphères prégnantes Death Mélo, de la vélocité et de l'agressivité bien contrôlée, des breaks acérés et une aura Black moderne toujours aussi maîtrisée. La nuance entre les styles demeure ainsi la pierre d'accise de la magie des Norvégiens. Les fans peu enclins à décortiquer des grenouilles en cours de bio applaudiront à tout rompre, alors que les plus exigeants comme moi déploreront l'absence de claques dont il est difficile de se relever sans saigner.

Le podium vous fournira un bel éventail des réussites de "Currents", dont ce "Soul Adventurer" avec Matt Heafey de TRIVIUM comme chanteur invité et, encore une fois, ce "As The Black Horde Storms", qui envoie la purée la plus efficace du skeud. Excellente pièce dans la lignée des immortelles du groupe. Notons aussi "Blood We Shed", qui saura rallier la majorité des chapelles avec sa facture aigre-douce des plus pugnaces. Quant à la clôture, "Standing On The Ground Of Mammoths", elle rue dans les mêmes brancards lyrico-musculeux que son homologue de 2013, "Floating On The Murmuring Tide".

Cinq ans pour accoucher de cet album, après un "Aenigma" ouvrant grandes les portes du Panthéon précoce ? Nan. Je n'achète pas... littéralement ! Mini déception donc, au diable les critiques de la critique !

Note : 3,5/5.

Podium : (or) "As The Black Horde Storms", (argent) "Soul Adventurer", (bronze) "Standing On The Ground Of Mammoths".

Indice de violence : 2,5/5.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par MEFISTO :


GHOST BRIGADE
Iv - One With The Storm (2014)
La qualité dans la continuité, mais...




OMNIUM GATHERUM
Beyond (2013)
Toujours plus loin


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Johnar Håland (guitare)
- Sindre Nedland (synthé)
- Andreas Frigstad (chant)
- Kjetil D. Pedersen (guitare, chant)
- Alexander Lebowski Bøe (basse)


1. Seekers Of The Truth
2. Soul Adventurer
3. Blood We Shed
4. En Forgangen Tid (times Of Yore Pt. Ii)
5. Origin
6. As The Black Horde Storms
7. Standing On The Ground Of Mammoths



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod