Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 I

BUFIHIMAT - I (2017)
Par MEFISTO le 5 Février 2018          Consultée 1045 fois

C'est quoi la Russie en 2018 ? De la poutine surtout, mais aussi la grosse mafia sale qui poursuit son expansion et surtout, sa scène métallique réactionnaire, polluée aux émanations des centrales et aux magouilles des puissants. Une scène forte, irrévérencieuse, froide comme la mort et pétaradante (CYTOTOXIN, KARTIKEYA), parfois Folk et beaucoup progressive (DOMINIA, MECHANICAL POET), même épique comme nos bons vieux Scandinaves (WALKNUT, KAUAN). Bon, on est loin de l'image du leader, mais il faut avouer que le pays le plus étendu sur Terre a su, depuis une dizaine d'années, tirer son épingle de la botte de foin. Car oui, il y en a en quantité industrielle du foin, en Russie…

BUFIHIMAT, lui, représente depuis 2008 cette scène extrême sous la bannière du Black et, maintenant, du Grindcore. Mais pas n'importe lequel. On parle ici d'un Grind très près du Death pur jus, mais boosté aux effets dévastateurs du guitariste Maxim, qui n'hésite pas à tirer de la distorsion et des notes stridentes – produites bien entendu sous la torture – de son instrument. Ivan et Sergey, les pauvres, ne peuvent que suivre le rythme imposé par le leader du groupe underground, qui, ô ironique surprise, n'est pas signé encore. "I" est son premier album, après un EP sorti il y a huit ans, alors il n'est pas difficile d'imaginer comment BUFIHIMAT a pu passer sous le radar…

Certains chanceux qui aiment jouer à la roulette, ou quelques chroniqueurs chevronnés qui sont un peu trop curieux, ont toutefois réussi à croiser la route du trio russe. Et le bilan de ce monologue débile de 27 minutes est dithyrambique. BUFIHIMAT s'inscrit dans la continuité des maîtres du genre, alors que ces derniers dévoraient tout sur leur passage dans les années 90. Certes, il y a du CARCASS dans l'air, mais les Russes sont tellement balèzes qu'on les associe également au dark Death Technique moderne (ULCERATE, GORGUTS), surtout en raison de leur technicité, du chant monstrueux et de la complexité des compositions. Certes, on n'en est qu'à 27 minutes, mais le trio prouve en huit titres qu'il est possible de fusionner tornades guitaristiques, double pédale épileptique et hurlements ravageurs sans sonner dépassé. Le potentiel de réécoute est juste irrévocable.

"I" s'avère ainsi un album ultra fouillé pour une diablerie de cette concision dévastatrice, les Russes adorant mettre l'accent sur le drame, la surabondance et la déstabilisation, sans toutefois perdre le contrôle. On ressent une frustration latente dans cet amas de coups de surin dans les tripes, on revit des décennies de vache maigre, d'austérité et de mensonges. Ces damnés mensonges qui ne sauraient mieux inspirer des artistes comme BUFIHIMAT, qui ici, nous tend un bien drôle de passeport. Pas certain que je le laisserais entrer dans mon pays comme supposé touriste… Mais comme performer, pas de souci.

Défoulement 101 ici, n'allez pas chercher plus loin. Le Grind n'a pas été inventé pour les cerveaux pesant cinquante livres. Quoique… C'est un sacré défi de décortiquer celui de BUFIHIMAT, qui semble condamné à cracher sa haine radioactive sous couvert de peintures abstraites. De nombreuses écoutes ne risquent pas de vous aider à saisir la démarche de ces grands pollués de l'hypothalamus, donc il vous suffit d'encaisser le choc et de vous désagréger au contact des éléments chimiques illégaux formant cette entité inconnue au bataillon.

Ben… Plus maintenant du moins.

Dire que les Russes jouaient du Black en 2008… Moi, j'aurais changé de nom.

Podium : heu… C'est du Grind, ducon !

Indice de violence : 4/5.

A lire aussi en GRINDCORE :


WHOURKR
Concrete (2008)
Avant igorrr et corpo-mente




JIG-AI
Katana Orgy (2008)
La deuxième orgie japano-tchèque


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Sergey (batterie)
- Maxim (guitare, basse)
- Ivan (chant)


1. Splited
2. Qualia
3. Decline Of The Fading Suns
4. Human Hive
5. Digging The Hole
6. Thy Flesh Consumed
7. Last Journey Through Pain
8. He Saw Himself



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod