Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Civil War, Marius Danielsen

CRYONIC TEMPLE - Into The Glorious Battle (2017)
Par JEFF KANJI le 21 Novembre 2017          Consultée 733 fois

Il arrive, quand on chronique régulièrement (enfin beaucoup surtout), qu'on se retrouve face à des disques qui nous désarçonnent, qui nous interloquent parfois, et d'autres qui nous mettent franchement mal à l'aise. Et pour cette dernière catégorie il y a dans ma situation deux cas de figure :

- On sait à l'avance que l'on va écouter du kitsch, assumé, dans un style parfois suranné (le Power) ou encore dans des styles encore considérés par pas mal de metalleux à l'ancienne comme étant à la marge (le Neo). En gros on sait très bien ce dans quoi on se fourre, et on le fait avec bon cœur car après tout, seules les émotions comptent en définitive, l'activité d'écoute de la musique relevant certes pour moi parfois du travail, mais pas seulement (et heureusement, sinon j'aurais déjà été contraint de quitter ce site que je lis depuis plus de dix ans, faute de matière supposée pertinente à fournir) : exemple parfait : "Tales Of Ancient Prophecies" de TWILIGHT FORCE.

- L'autre option est clairement la moins agréable des deux, car on sait qu'on va non seulement ramer pour trouver de la matière sortant d'un banal descriptif de l'état des forces du groupe, même si, féru d'Histoire, je ne pourrai m'en empêcher, car moi-même je souhaiterais voir ces informations dans une chronique pour pouvoir resituer le disque dans son contexte et comprendre ce qui a pu amener l'artiste dans une direction ou l'autre (d'autant que pour des formations de petite/moyenne envergure, les informations sont rarement légion). Ça c'est pour la partie technique. Pour la perception sensorielle en revanche ça se complique un peu plus. Prenons l'exemple de cette chronique qui n'a pas encore réellement débuté : CRYONIC TEMPLE – "Into The Glorious Battle". Je suis partagé entre une forme d'admiration devant la ténacité d'Esa Ahonen, qui pas loin de dix ans après le dernier effort de son groupe, s'acharne à aller de l'avant, quitte à remonter une équipe toute neuve, mais une fois la galette introduite, et ce, avant même que le premier titre ne soit terminé, les jeux sont faits… Et là l'incompréhension, mâtinée d'une expression de rejet, se manifeste.

CRYONIC TEMPLE n'a aucune raison d'être aujourd'hui et ce pour plusieurs raisons.

Déjà, CRYONIC TEMPLE n'existe plus concrètement, c'est un Esa Ahonen band, complètement vidé de la substance qui anime habituellement les groupes, surtout quand on pratique un Heavy Metal codifié à l'extrême. Si CRYONIC TEMPLE n'a jamais fait montre d'un génie démentiel, il avait toutefois dégagé, dès son premier opus, une certaine fraîcheur toute nordique, certes un peu gauche, mais suffisamment communicative pour qu'on ait envie de suivre, de soutenir le groupe. Et puis c'est une époque où l'écriture était partagée, même si Esa, son guitariste, tirait déjà la couverture à lui (sur le second album, que je veux vous chroniquer depuis longtemps déjà - je l'avais même posté dans la Boîte À Demandes – sic), la plupart des titres étaient cosignés par le groupe dans son ensemble). Toutefois, CRYONIC TEMPLE était de la cohorte des suiveurs, mais pas des talents plus précoces comme SONATA ARCTICA qui est de sa génération. Les lignes ont beaucoup bougé entre 2002 et 2008, et seul Esa est resté.

"Into The Glorious Battle" est un retour absolument inutile et raté. Esa Ahonen et ses quatre sbires n'ont rien à dire artistiquement (cet album est pourtant présenté comme un concept album sur les guerres du futur avec leur quota de récits de héros se battant pour la liberté). Mais ils sont des maîtres du par cœur et de la récitation. Car ce cinquième opus de la formation suédoise est un galimatias de plans vus et revus à tel point que le kitsch en devient pathétique. CRYONIC TEMPLE n'a plus aucune âme, et le prouve tout au long des quatorze titres. Passé un déluge symphonisant inutile, "Man Of A Thousand Faces" est une collection de recettes de grand-mère. Cette façon de structurer, d'arranger, ces lignes de chant, tout ça est interdit depuis quinze ans au moins. CRYONIC TEMPLE est ridiculement daté ("This War Is Useless" mon Dieu…), et Esa Ahonen s'est mis en tête d'apporter des couleurs symphoniques qui alourdissent inutilement son Power Metal sans âme.

Si vous voulez quelque chose de réussi dans le même style pour comparer, essayez pour voir l'éponyme d'ASTRALION, qui marquait le retour aux affaires d'ex-OLYMPOS MONS avec les mêmes ficelles mais un supplément d'âme et une conviction démesurément absents de "Into The Glorious Battle".

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


SERIOUS BLACK
As Daylight Breaks (2015)
Le demi-frère Heavy d’UNISONIC

(+ 1 kro-express)



SONATA ARCTICA
Successor (2000)
Bouillon de culture


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Roland Westbom (basse, chœurs)
- Markus Grundström (guitare, chœurs)
- Matias Lilja (chant, piano)
- Esa Ahonen (guitare, chœurs)
- Micke Dahlkvist (batterie)
- Karin Fechner (chant féminin)


1. The Beginning Of A New Era
2. Man Of A Thousand Faces
3. All The Kingsmen
4. Prepare For War
5. Heroes Of The Day
6. Mighty Eagle
7. Into The Glory Battle
8. The Speech
9. Mean Streak
10. Flying Over The Snowy Fields
11. Can't Stop The Heat
12. This War Is Useless (eulogy)
13. Heavy Burden
14. Freedom



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod