Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH/METALCORE  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Megadeth, Shadows Fall, Eidolon, Jag Panzer

ACT OF DEFIANCE - Birth And The Burial (2015)
Par T-RAY le 29 Septembre 2017          Consultée 809 fois

Ce n’est un secret pour personne : Dave Mustaine est un mec complexe, avec qui il est souvent compliqué de s’entendre sur le plan artistique. Chris Broderick et Shawn Drover, comme beaucoup de leurs prédécesseurs musiciens au sein de MEGADETH, en ont fait les frais. Et s’ils n’ont pas forcément été virés comme des malpropres, c’est aussi parce qu’ils avaient une porte de sortie qu’ils s’étaient construite, à deux. Un projet commun nommé ACT OF DEFIANCE. Appréciant de jouer ensemble et sans doute pas forcément satisfaits de ce qu’ils faisaient dans le 'DETH de "Super Collider", ils ont invité Matthew Bachand, guitariste de SHADOWS FALL, qui passe ici à la basse, à les rejoindre, ainsi qu’Henry Derek Bonner, vocaliste du groupe de Metalcore THROWN INTO EXILE.

Tout ce beau monde a donc travaillé au premier album qui nous intéresse ici. Seulement, personne dans le groupe ne semble avoir tout à fait coupé le cordon avec ce qu’il faisait auparavant, dans d’autres formations. En vrac, on retrouve sur "Birth And The Burial" des restes de MEGADETH, du Thrash sous de nombreuses formes, du Metalcore à plus ou moins forte dose, un soupçon de Death Mélo, du bon gros Heavy ricain qui fume, un mélange de voix claires et de gros vocaux virils. Décrit comme ça, vous devez vous demander quel goût peut avoir cette tambouille. Eh bien elle laisse un goût mitigé… Avant de révéler des saveurs intéressantes. Non, sérieusement !

J’étais le premier à voir le verre à moitié vide, sur ce coup, ce qui contredit totalement ma personnalité. Conscient de ce paradoxe, j’ai tâché de me débarrasser d’un certain nombre d’a priori sur ce groupe, sa musique et ses membres. Parce que j’aime MEGADETH et Mustaine, mais que je sais que son caractère de cochon et ses positions radicales peuvent avoir bridé ses anciens collaborateurs. Parce que j’apprécie moyennement le Metalcore standard mais que j’éprouve un goût véritable pour la musique de certains pratiquants du genre. Parce que je suis un sceptique de longue date sur ce que l’on appelle la NWOAHM (New Wave Of American Heavy Metal), mouvement fourre-tout qui, malgré tout, révèle certains fils rouges.

J’ai donc secoué ma boîte à préjugés pour la vider un peu, et tâché de considérer le pertinent du moins pertinent sur ce disque. Et le pertinent, ça commence dès les premières notes de "Throwback", titre pêchu quoiqu’un peu long, qui ouvre cet album de bien belle manière, avec une séquence mélodique qui signe la parenté d’ACT OF DEFIANCE avec le MEGADETH des années 2000. Logique. Mais approprié. Puis c’est un Thrash plus couillu que ce que le ‘DETH propose aujourd’hui, que le quartette balance. La voix, plus agressive et plus franchement Thrash, tire ensuite vers ce Metalcore que pratique Bonner au quotidien. Une approche Metalcore qui se renforce avec l’usage de voix claire, aussi courante dans le genre que les vocaux "harsh", alternés ici avec efficacité. Côté solo, c’est pas mal du tout non plus avec un Chris Broderick plutôt affûté.

Sur un tel morceau, malgré quelques fragilités – certains plans plus plan-plan, des longueurs et des redondances – la tambouille évoquée plus haut commence à prendre. Certaines saveurs se révèlent plus que d’autres, par la suite. Contre toute attente, c’est quand ACT OF DEFIANCE se la joue Metalcore qu’il est le plus percutant. "Refrain And Re-Fracture", avec sa guitare clean hispanisante et ses twin-guitars en guise d’intro, cache un titre qui, certes, emprunte encore pas mal à MEGADETH, mais encore bien plus aux combos de Metalcore qui fleurissent depuis vingt ans Outre-Atlantique, voire même au Death Mélo quand les guitares les plus lourdes sont de sortie. Une "méchanceté" que la voix claire, très présente, vient adoucir, avec un refrain très catchy. Ah ç'aurait fait un single de choix pour les radios US, avec cet aspect mélodique recouvert de ce qu'il faut d’agressivité pour rester punchy, et ces vocaux clean très en avant ! Avec ce titre, ACT OF DEFIANCE prouve surtout qu'il est très à l'aise avec les tempi modérés. Peut-être une voie à explorer davantage à l’avenir.

On le ressent à nouveau sur l’efficace "Dead Stare", qui entérine ce côté Heavy moderne typique de la NWOAHM. ACT OF DEFIANCE nage en plein dedans sur ce morceau. Ici, toutefois, c’est bien exécuté, contrairement à ce qu’on entend chez pas mal de groupes ainsi labellisés : on garde de ce titre l’un des meilleurs souvenirs du disque, et le morceau a tous les atouts pour bien défoncer en Live. Le riff principal est efficace et accrocheur, on l'écoute avec plaisir, et le travail sur le refrain rend celui-ci catchy bien comme il faut. S’il ne fallait écouter qu’un seul titre de ce premier L.P., c’est celui-ci ! Au rang des réussites, du moins des morceaux qui passent bien, on trouve le morceau-titre, avec sa guitare introductive aux sonorités d’ICED EARTH, ainsi que "Obey The Fallen", et son riff MEGADETHien mis à la mode du son d’aujourd’hui, c’est-à-dire musclé ! Les vocaux clairs sur un son agressif ancrent définitivement ce titre dans notre contemporanéité.

À côté de ces bonnes surprises, d’autres tombent un peu plus à plat. Oui, un "Legion Of Lies" encore plus MEGADETHien fait plaisir à entendre pour qui aime MEGADETH, comme moi, mais avec le recul, il faut admettre que ça ressemble davantage à une chute de studio refusée par Mustaine qu’autre chose ! Le riff n’est pas mauvais, mais pas excellent non plus, on pourrait l’avoir entendu sur l’un ou l’autre des albums du 'DETH enregistrés avec Broderick et Drover. Jusqu’aux soli, encore, on nage en plein Heavy/Thrash Mustainien, sans la patte caractéristique de MegaDave, hélas. Une IA formée au solo de Thrash aurait pu en pondre à la douzaine, des comme ça. "Thy Lord Belial" a beau nous emmener tout droit dans les années 80, avec son Thrash burné Bay Area style et son solo décousu et ébouriffant à la SLAYER, on pourrait l’avoir tiré au hasard dans une compil’ de l’époque… Et il ne se serait pas distingué des autres…

Plus préoccupant, le reste de l’album emprunte au Metalcore et au Heavy US actuel leurs traits les moins remarquables. Même en flirtant avec le Death Mélo, "Disastrophe (A New Reality)", s’avère banal et symbolique ce que l’on peut reprocher à beaucoup de groupes de la NWOAHM : aucune personnalité, aucun groove, des grosses guitares lourdingues standardisées à outrance. "Poison Dream", lui, derrière ses violons et piano inauguraux, est le titre des breaks anti-dynamiques et des idées en vrac, bonnes pour certaines, mais qui n’avaient aucun intérêt à être ensemble. En cela, voilà un titre qui reflète bien involontairement les défauts attribués au Metalcore qui, trop souvent, cherche à marier les contraires avec plus d’échec que de réussite. Du même acabit, "Crimson Psalm" sonne Heavy US moderne, flirte sévèrement avec le Metalcore, et abuse sérieusement de passages en voix claire sur ce qui aurait pu être le morceau le plus agressif de l'album… Dommage.

Néanmoins, le groupe maîtrise les mid-tempi qui cognent fort, ce qui est encourageant. Le problème d’ACT OF DEFIANCE, pour l’instant, est qu’en tant que groupe de Heavy/Thrash ricain moderne, le train dans lequel il vient de grimper arrive en bout de course, et le quartette est plus près du wagon de queue que de la locomotive, partie depuis bien trop d’années. Il va donc falloir se montrer un poil plus original pour sortir véritablement du lot. Sans aucun doute, Chris Broderick et Shawn Drover ont perdu plus qu’une place de choix et beaucoup d’oseille en quittant MEGADETH. Mais ils ont des idées à la pelle et je suis bien curieux d’entendre le deuxième album à venir...

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


POSSESSED
Agony In Paradise (2004)
Remarquable relique d'un âge d'or




KREATOR
Live Kreation (2003)
KREATOR plus vivant que jamais


Marquez et partagez







 
   T-RAY

 
  N/A



- Chris Broderick (guitares, vocaux additionnels)
- Shawn Drover (batterie)
- Matthew Bachand (basse)
- Henry Derek Bonner (vocaux)


1. Throwback
2. Legion Of Lies
3. Thy Lord Belial
4. Refrain And Re-fracture
5. Dead Stare
6. Disastrophe (a New Reality)
7. Poison Dream
8. Obey The Fallen
9. Crimson Psalm
10. Birth And The Burial



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod