Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Soul Sirkus, Bad English
- Style + Membre : Revolution Saints

JOURNEY - Next (1977)
Par DARK BEAGLE le 20 Juillet 2017          Consultée 501 fois

"Next" est déjà le troisième album pour JOURNEY, un groupe qui se cherche encore un peu et qui n’a toujours pas entrouvert la porte du succès. Il faut bien convenir que si les deux premiers opus s’écoutent sans réel déplaisir, ils ne vivent qu’à travers quelques fulgurances et il est assez logique que toute cette période pré-Steve Perry soit aujourd’hui presque complètement oubliée. Ou, du moins, nettement moins mise en valeur quand on évoque ce géant du Hard FM américain. Mais doit-on la négliger pour autant ?

"Next", même si on ferme les yeux sur la suite de la carrière du combo, ressemble déjà à la fin d’un chapitre, comme si les musiciens étaient pleinement conscients qu’ils avaient fait le tour de la question, qu’ils ne pourraient guère dire plus sur le sujet. En effet, ce disque ressemble à une espèce de synthèse de ce qui a été fait en amont, tout en ouvrant des portes sur un futur possible d’un point de vue musical. Il n’est donc pas étonnant de nous retrouver face à un Rock qui parfois tend vers le Hard avec quelques aspects progressifs, parfois légèrement Jazz Rock, mais sur des durées plus courtes, plus abordables.

Et s’il peut être difficile d’entrer directement dans ce disque via un "Spaceman" étrangement planant où les interventions à la guitare de Neal Schon se font désirer, on se laisse par la suite facilement capter par l’expression toute en subtilité d’un groupe qui n’a toujours pas trouvé son point d’équilibre, mais qui s’affine grandement, à l’image de "I Would Find You" et son solo de guitare lumineux. Tout en nuance, la formation cherche une formule qui lui soit propre et qui lui permet de sortir du lot, sans toutefois la trouver. Il y a des idées, mais elles ne sont pas toujours bien exploitées, certaines compositions auraient mérité bien mieux, un grain de folie, une mélodie plus mordante. De l'inspiration, tout simplement ?

Ici, JOURNEY va dégager quelque chose d'assez spatial, dans son sens le plus éthéré, avec quelques interventions aux claviers qui vont sonner de façon très SF, un peu kitsch, comme on l’imaginait à cette époque, avant que Alien ne vienne casser tout cela pour nous rappeler que dans l’espace, personne ne nous entend crier. JOURNEY va dans un premier temps se montrer assez planant donc. Il faut attendre la face B, soit à partir de "Hustler", pour arriver sur quelque chose de plus tranchant. De l’éther, nous allons heurter le sol et le contact va rapidement nous réveiller.

À partir de là, ce n’est plus tant le clavier de Gregg Rolie qui va mener la danse, mais plutôt la guitare de Neal Schon et là, on franchit tout de suite un palier en terme d’agressivité. C’est plus sec, plus aride, on se retrouve même avec des parties instrumentales assez furieuses ("Hustler", "Karma", "Nickel And Dime"). Et forcément, avec cet afflux d’électricité, l’intérêt de l’auditeur se trouve aiguisé, comme l’appétit devant la photo d’un plat préparé avec soin et amour.

Et effectivement, JOURNEY entre dans une autre dimension et nous invite à le suivre. Le côté spatial est toujours présent, il fait quasiment office de ligne directrice sur ce disque concis et attachant. Les mélodies sont finement ciselées même si elles manquent parfois de la pertinence nécessaire pour qu’elles restent bien en tête, un défaut que JOURNEY gommera bien vite par la suite. Les interventions de Schon sont toujours savoureuses, on se surprend assez rapidement à les guetter. Son style, tout en fluidité, apporte ce qu’il faut aux morceaux pour se sortir de la masse et faire en sorte que ce disque se tienne bien même si au final, on reste sur quelque chose de correct, mais pas indispensable non plus.

"Next" est un album soigné, un brin plus aventureux que ses deux grands frères alors qu’il en est la synthèse. Il ne sera pas inoubliable pour autant, même s’il mérite que l’on se penche sur son cas, pour voir à quoi ressemblait le JOURNEY d’avant, celui dont on ne parle jamais (contrairement à Voldemort dont on ne prononce pas le nom). Atypique mais agréable à écouter, "Next" n’est pas à proprement parler le véritable début du voyage, mais plutôt le sas de décompression, avant de se jeter dans l’immensité de la discographie d’un groupe dont on ne parle, en définitive, pas assez.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


KANSAS
Masque (1975)
The man behind the mask




KANSAS
Song For America (1975)
Quand l'Amérique est belle


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Aynsley Dunbar (batterie)
- Ross Valory (basse, chœurs, piano)
- Neil Schon (guitare, chant)
- Gregg Rolie (chant, claviers)


1. Spaceman
2. People
3. I Will Find You
4. Here We Are
5. Hustler
6. Next
7. Nickel And Dime
8. Karma



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod