Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO/PAGAN  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SCÁTH NA DÉITHE - Pledge Nothing But Flesh (2017)
Par MEFISTO le 1er Juillet 2017          Consultée 487 fois

L'Irlande n'est pas reconnue comme une des nations les plus métalliques de la planète, même si Metal Archives arrivera toujours à surprendre avec son nombre de groupes répertoriés. C'est bien dommage que peu de ces formations aient réussi à percer, car si on réfléchit le moindrement sur les possibilités de thématiques émanant de cette chère Eire, ça fait saliver. Une histoire empreinte de rébellions et de si jolis panoramas ne peut demeurer lettre morte. Est-ce que SCÁTH NA DÉITHE saura lui rendre hommage comme elle le mérite avec son premier skeud ?

Stephen Todd et Cathal Hughes sont peut-être irlandais, mais leur Black Atmo indépendant se rapproche davantage de ce que nous admirons dans le Black anglais. Ne faisons pas de politique, il est normal que la culture de l'île soit collée à celle de sa grande sœur, l'Angleterre, et, à la rigueur, à celle de l'Écosse. Oh oui, c'est une autre histoire de famille dans laquelle chacun des membres essaierait sans succès de se dissocier de l'autre. Or, les gènes l'emporteront toujours en Enfer…

"Pledge Nothing But Flesh", avec ses quatre morceaux-fleuve et ses deux instrumentales, est une énième manifestation martiale de ce que les Blackeux païens anglais ont peaufiné avec les années : un jeu hyper organique, aux accents forestiers passionnants, à l'atmosphère lourde et brunâtre, pas trop grise, d'où quelques rayons filtrent ; est-ce de l'espoir, de la neurasthénie ? Et ces hurlements, sont-ils destinés à la Lune déversant sa lumière argentée dans nos globes oculaires prisonniers de sa beauté, ou sont-ce les échos d'un passé troublé de second violon ?

SCÁTH NA DÉITHE est définitivement épris d'une sourde colère, qui le rend attachant et poétique. Ça s'entend et ça se lit.

The Things I Wish I Could Unsee
The Music I could Silence
When We Are Left Behind
When Old Fears Grow Strong
Who Of This World Will See The Face Of God
When We Are Buried
When We Are Forgotten
When We Are Forced To Question
Mark Their Skin And Tear Their Hearts Out


Ces mots résonnent aussi crûment que le Black terreux qu'ils appuient de leur mieux. Cathal Hughes n'est peut-être pas le chanteur le plus marquant, mais son coffre est suffisamment puissant pour ajouter une couche de noirceur sur ces riffs à la rondeur et à l'acidité finement balancées. Cette description se prête bien à "The Shackled Mind" et son curieux riff supportant cette pièce construite en dents de scie.

Pour un premier effort, le boulot abattu par l'Irlandais, et son comparse Todd derrière les fûts, est fort louable. L'énergie déployée dans cette production imparfaite est remarquable et les traces qu'elle laisse sont indélébiles pour autant que vous appréciiez le style. Car SCÁTH NA DÉITHE ne fournit pas que le minimum syndical, il lève la barre un peu plus pour que les amateurs ne l'oublient pas. "Bloodless" est incontestablement sa carte de visite, celle qui lui permettra de rallier les brebis égarées, mais n'oublions pas les trois autres pavés, qui offrent de brillants moments, intenses et éthérés, dans la plus pure tradition anglaise… heu, irlandaise.

Ceci étant écrit, est-ce que le duo se distingue du troupeau ? Pas tout de suite. Il demeure que "Pledge Nothing But Flesh" n'est au final qu'un album de Black respectable, sans fioritures, qui vibre bien et qui envoie son lot de lames meurtrières aux bons endroits. Le classique du premier album me direz-vous, mais vous auriez tort, car les jeunes groupes redoublent de labeurs en ces temps saturés où chacun veut se tailler la part du lion.

Dans ce contexte, SCÁTH NA DÉITHE tombe à quelques pieds de la ligne d'arrivée. Mais il saura se relever et continuer cette belle progression en accéléré, il a toute ma confiance.

Note : 3,5/5.

Podium : (or) "Bloodless", (argent) "The Shackled Mind", (bronze) "Search Unending".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


WINTERFYLLETH
The Mercian Sphere (2010)
Suite parfaite pour ce jeune roi du Black anglais




NIGHTBRINGER
Hierophany Of The Open Grave (2011)
Autre cérémonie occulte affichant complet...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Stephen Todd (batterie)
- Cathal Hughes (chant, guitare, basse, synthé)


1. Sí Gaoithe
2. Bloodless
3. This Unrecognized Disease
4. Fáilte Na Marbh 01:50
5. The Shackled Mind
6. Search Unending



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod