Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Facebook Officiel (27)
 Bandcamp (29)

HETROERTZEN - Uprising Of The Fallen (2017)
Par T-RAY le 22 Mai 2017          Consultée 439 fois

HETROERTZEN nous vient d’Allemagne. Euh, non, pardon… Après vérification dans le dictionnaire allemand qui prenait la poussière sur la bibliothèque, "Hetroertzen" ne veut rien dire dans la langue de Goethe. Alors HETROERTZEN nous vient de Suède, c’est là-bas qu’ils ont enregistré leurs derniers albums et qu’ils vivent et… euh… en fait non. Non, malgré un nom germanisant et une résidence scandinave, le groupe nous vient plutôt… du Chili ! Un pays ou l’on ne parle pas vraiment une langue germanique, encore moins l’allemand. Quoiqu’à une certaine époque…

Laissons-là les sous-entendus historiques teintés d’humour noir et concentrons-nous sur ce HETROERTZEN au parcours pour le moins atypique. Car si l’on joue du Black Metal partout dans le monde, il est vrai que l’Amérique latine, en dehors de noms ronflants comme INQUISITION, n’est pas tant connue pour ses groupes de Black que pour ses combos de Death, de Thrash ou de Heavy. Pourtant HETROERTZEN y a fait ses armes et toute sa première partie de carrière… avant de déménager à Västerås, au cœur de la Suède des lacs. Un choix de vie, un choix de carrière, un choix aussi de proximité stylistique. Car bon nombre des influences de son Black Metal viennent de là.

Alors pourquoi HETROERTZEN n’obtient une certaine renommée internationale qu’au bout de six albums ? Parce que le sixième, celui qui nous intéresse aujourd’hui, est paru sous un label de renom, distribué correctement et ce, partout dans le monde. J’ai nommé Listenable Records. Et c’est presque dommage pour lui que cela n’arrive que maintenant, car son créneau de Black aujourd’hui est presque trop bouché ! Oui, HETROERTZEN propose ici un Black Metal rituel. En témoigne le morceau d’ouverture, “Uprising”. Stridence des guitares, tempo de marche, voix déclamée sur un ton pas si éloigné de celui d’un Attila Csihar période “Ordo Ad Chao”.

Mais le Black ritualiste qui fait fureur aujourd’hui ne tient évidemment pas du MAYHEM de cette époque, plutôt de groupes bien plus récents et plus est-Européens que scandinaves. S’il y a parfois du WATAIN sur cet album, l’air septentrional se fait moins sentir que l’air oriental. Quoi qu’il en soit, cet “Uprising Of The Fallen” est la réponse de HETROERTZEN à une tendance actuelle, quand son passé récent l’emmenait plutôt vers des territoires plus travaillés et moins raw. Avec “Uprising”, HETROERTZEN nous invite à une cérémonie, celle du soulèvement d’un ordre noir, avec déclamations encourageant à l’insurrection. Le tout sur un lit de guitares Black sachant accélérer mais restant globalement sur une allure modérée.

Tout n’est pas logique, tout n'est pas cohérent chez le groupe latino-scandinave, mais l’ensemble se tient très bien et s'avère immersif. HETROERTZEN, sur “Zealous Procreation” (et à peu près tout l’album) entend surtout nous immerger dans une ambiance cérémoniale. Et comme dans un discours, comme dans une homélie, la voix d’Anubis module ses intonations en fonction du message déclamé. L’arrivée d'une partie Heavy surprend, car là aussi incohérente. Elle ne sera pas le dernier cheveu sur la soupe. Malgré de curieux choix musicaux de-ci, de-là, HETROERTZEN tient tout de même bien son cap. Et heureusement, car sur un Black certes cérémonial mais somme toute assez basique dans l’exécution, mieux vaut ne pas commettre d’impair.

N’empêche, certains quasi impairs sont de bon aloi. Comme ce solo Heavy et distordu sur “The Trial”. D’autres inspirations s’avèrent pleines d’à-propos. “Perception Of The Unseen”, beaucoup plus proche du Black traditionnel, est l’occasion pour la voix de Frater D, fondateur du groupe, de faire son apparition. Une apparition plus proche des standards du Black classique et ramenant le groupe à ses toutes premières années. Mais c’est sur “Lost And Betrayed”, beaucoup plus riche d’ambiances et de variations que le reste de l’album, que le savoir-faire de HETROERTZEN se ressent véritablement.

Les voix d’Anubis et de Frater D s’y répondent longtemps et un côté atmosphérique se dégage. Puis le morceau vire Doom pour conclure, lent et sur des sons de guitare clean, dissonantes et riches d’écho. De quoi affirmer que, oui, HETROERTZEN est capable de bien plus que le seul Black Metal ritualiste sur lequel il surfe aujourd’hui. Les Chiliens devenus Suédois ont la chance de profiter d’une tendance très actuelle. Mais au moins savent-ils qu’ils ont le background nécessaire pour faire mieux que suivre les modes ?

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


HEGEMON
Chaos Supreme (2000)
Un chaos diablement ordonné




AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Anubis (guitares, vocaux)
- Frater D (batterie, vocaux additionnels)
- Åskväder (guitares)
- Ham (basse)


1. Uprising
2. Zealous Procreation
3. The Fallen Star
4. Path Bearer
5. The Trial
6. Upon The Thresholds
7. Perception Of The Unseen
8. Lost And Betrayed



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod