Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Jon Oliva's Pain , Doctor Butcher, Savatage, Trans-siberian Orchestra

OLIVA - Raise The Curtain (2013)
Par JEFF KANJI le 7 Mai 2017          Consultée 397 fois

Il n'est pas forcément facile de suivre Jon Oliva. Celui qui a entamé en 2013 une cure d'amaigrissement en arrêtant notamment la picole et en surveillant son alimentation a souvent créé spontanément de nouvelles entités en fonction de ce que son inspiration lui commandait. Quand il a souhaité revenir au Heavy sombre de "Sirens", il a fondé DOCTOR BUTCHER en parallèle de SAVATAGE, il a au final transformé un quasi premier essai solo en album du combo ("Handful Of Rain") et fondé son propre projet après la mise en sommeil de SAVATAGE pour continuer à faire sa musique avec son frère (même si c'était par procuration) en fondant Jon Oliva's PAIN.

Après les évènements dramatiques qui l'ont une nouvelle fois privé d'un partenaire de choix en la personne de Matt LaPorte (RIP), Jon est resté relativement silencieux avant de recruter Bill Hudson (de CIRCLE II CIRCLE) puis de se décider à utiliser les dernières idées de son frère encore exploitables mais pas forcément évidentes à imbriquer dans un album de JOP. Ainsi, le matériel plus divers composé au fil des ans par Jon (comprenez moins Heavy Metal) se marie une nouvelle fois à la musique composée par le regretté Criss Oliva. Et en toute logique ce sont les idées les plus anciennes qui sont exploitées sur "Raise The Curtain", un disque plus léger que tout ce qu'on a connu de Jon jusqu'à présent et qui lui permet de faire parler d'autres influences.

Comme le dit Jon lui-même, il est amusant (mais finalement assez logique) de voir que ce sont les idées les plus anciennes qui se retrouvent sur cet album solo de Jon Oliva, certaines étant de l'époque AVATAR voire antérieures, à l'époque où les deux frères partaient de Californie pour la Floride et que le Rock Progressif et le Hard Rock faisaient partie intégrante de leurs influences. Les frères apprenaient à écrire des chansons à l'époque. Et aujourd'hui, Jon Oliva boucle la boucle, achevant sa promesse de faire en sorte que la musique de Criss voit la lumière du jour… et réalise aussi son rêve d'être crédité en tant que guitariste soliste.

Et incontestablement, "Raise The Curtain" est un album différent. Si le style Oliva est toujours reconnaissable, il est vrai que ce disque dénote par rapport à la luxuriance débridée des opus de Jon Oliva's PAIN et au Heavy sombre de SAVATAGE ou DOCTOR BUTCHER. Mais il est devenu aussi du coup une sorte de fourre-tout, un terrain de jeu sur lequel Jon Oliva laisse s'exprimer sa créativité sans aucune barrière. Et c'est à la fois ce qui fait tout le charme de cet opus mais aussi son côté bordélique.

"Raise The Curtain" ressemble un peu à "Global Warning" de JOP de ce point de vue. On y retrouve la même hétérogénéité exigeante pour l'auditeur qui doit naviguer dans des eaux parfois pas très claires, entre un "Soulchaser" accrocheur et "Big Brother" au riff charnu dans la droite lignée de "Festival", un "Father Time" à la fois funky et protéiforme avec ces guitares qui fusent de toutes parts, ou encore ce "Ten Years" où le côté opératique s'invite sur la scène de Broadway, preuve aussi que le songwriter n'a même plus besoin de Paul O'Neill (1) pour dépasser les limites des genres, et je ne doute pas que la deuxième tête pensante de SAVATAGE ait énormément apprécié ce disque.

Jon Oliva confirme son retour en forme en proposant une interprétation vocale hallucinante de versatilité, retrouvant la capacité de partir dans les aigus clairs avec la même autorité que ses screams arrachés légendaires. Il faut dire que "Raise The Curtain", à mi-chemin entre QUEEN et URIAH HEEP fait son effet en ouverture, et l'enchaînement sur le plus direct "Soulchaser" fait son effet. Qui dit Jon Oliva dit aussi ballades, et si "Soldier", sans être transcendante s'inscrit dans la lignée de ce qu'il fait depuis quinze ans, "Can't Get Away" est plus surprenante avec son feeling 70s et ses couleurs FLOYD-iennes qui le parcourent. D'autant que les guitares clean et acoustiques viennent se mêler à l'accordéon pour terminer sur une note mélancolique et belle.

"Raise The Curtain" est un disque surprenant dans tous les sens du terme, n'ayant aucun complexe à s'éparpiller, ce qui fait aussi sa faiblesse, alternant très bon et moyen, d'où une notation logique de 3, ce qui ne m'empêchera pas de me ruer dessus, car quand les frères Oliva s'y mettent à deux il y a encore cette alchimie qui parvient à toucher.

(1) Paul O'Neill, producteur, parolier et compositeur pour SAVATAGE depuis 1987, ainsi que le cerveau du TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA est décédé des suites d'une maladie chronique quelques temps avant la parution de cette chronique, j'en profite pour adresser un hommage à ce visionnaire pour qui la transmission d'une émotion par le biais de la musique ou de l'image était primordiale.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


The DARKNESS
Hot Cakes (2012)
Les gâteaux de mamie sont toujours aussi bons !




DEF LEPPARD
Pyromania (1983)
1/3 hard + 1/3 fm + 1/3 heavy = album parfait

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jon Oliva Guitare Lead Et Rythmique, Bas
- Christopher Kinder (batterie, percussions, chœurs)
- Dan Fasciano (piano, claviers)
- Jim Morris (guitare)
- Laurian Maohai (guitare)
- Dana Piper (guitare)
- Howard Helm (claviers)
- Usf Horn Section (saxophone, cuivres)
- Jesse Morris (chœurs)
- Tom Morris (chœurs)
- Lindsay Vitola (chœurs)
- Progpower Usa Choir (chœurs)
- Dave Kaminsky (guitares additionnelles)


1. Raise The Curtain
2. Soul Chaser
3. Ten Years
4. Father Time
5. I Know
6. Big Brother
7. Armageddon
8. Soldier
9. Stalker
10. The Witch
11. Can't Get Away
12. The Truth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod