Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLO/DOOM  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


NAILED TO OBSCURITY - King Delusion (2017)
Par MEFISTO le 19 Mars 2017          Consultée 401 fois

Je ne referai pas mon laïus sur le Death Mélo moderne, aux racines sirupeuses et aériennes, qui tranche de la première vague made in Göteborg, marquée par un caractère plus direct, violent et sans trop de fioritures. Ce qui est intéressant est comment ce sous-genre s’est rapidement mondialisé et est devenu un phénomène divisant les amateurs encore plus que lors de la première vague. Facile de comprendre pourquoi, les durs n’aiment pas trop montrer leurs émotions et encore moins encaisser celles des autres. Pour eux, le Death n’aurait jamais dû baisser sa garde ainsi et demeurer un genre en acier trempé, sans miel, sans arc-en-ciel.

Les Allemands de NAILED TO OBSCURITY sont des enfants de cette seconde vague. Le quintette a été fondé en 2005 et son troisième skeud "King Delusion", répond aux "normes" actuelles du Death Mélo. Un habile mélange d'OMNIUM GATHERUM pour la dureté des riffs et pour le chant, de KATATONIA ou NOVEMBER'S DOOM pour le côté Doom et de GHOST BRIGADE pour les mélodies et les atmosphères aériennes. Ajoutez-y vos combos préférés dans le genre et "King Delusion" se dévoilera plus facilement.

Je garde en tête pour ma propre analyse que NAILED TO OBSCURITY est un mix entre OMNIUM GATHERUM et GHOST BRIGADE ; du Death Mélo hollywoodien produit par Victor Santura (TRIPTYKON, DARK FORTRESS), sans fausse note, assez doucereux et très onctueux, dégoulinant de références à la dépression ou le mal-être, de troubles psychos, d'espoirs déchus et de chemins tortueux. Toute cette peine passe comme une lettre à la poste grâce à ces bonnes vieilles guitares chiant du trémolo, du riff et de la mélodie comme sur une chaîne de montage. Il s'en échappe même… du satané espoir, oui, comme on en entend sur tous les albums de Death Mélo moderne, INSOMNIUM en tête. Il est vrai aussi que la guimauve sonore est reine sur les balades musclées d'un GHOST BRIGADE ou d'un IN MOURNING, qui eux aussi explorent les tréfonds de l'âme de l'homo sapiens accroc à l'iPhone.

NTO a donc le chic pour nous hypnotiser avec ses hymnes musclés et envahissants comme sur la pièce-titre, qui nous immerge tout de suite dans l'atmosphère convenue du Death Mélo moderne à la Doom sucré. Que dire du petit riff aérien et accrocheur de "Memento", de la mélancolie de "Deadening" et des deux dernières plages, ou des détours sur le morceau-fleuve "Uncage My Sanity" ? Tout y est pour vous faire flancher. Que dire du solide duo de départ, "King Delusion"-"Protean", qui nous assène sans trop tergiverser les coups que nous prendront pendant 53 minutes ; du riff lourd bien appuyé par une base qui n'a pas peur de s'imposer pour noircir le propos, une rythmique flirtant constamment avec le mid ou le sub-mid tempo, bref, du Death assez gentillet à la sauce mammouth.

NAILED TO OBSCURITY ne réinvente quand même rien au sous-genre Death Mélo, mais alors absolument rien. Ce n'est pas son allure de destrier obèse et fatigué qui nous impressionnera, mais la qualité de ses grattes perçant un silence de mort. J'ai une préférence pour le chant clair de Raimund Ennenga, mais le type abat un boulot honnête même en hurleur de service. Encore une fois, ça cadre dans les normes du Death Mélo moderne et ça vient trancher avec les airs propres du combo.

On ne peut enfin dire que les Allemands sont de gros parieurs, car la prise de risques est au minimum syndical. Rien ne renverse sur "King Delusion", de sorte qu'après de nombreuses écoutes, on se lasse un peu. C'est nous qui devenons les rois de la délusion.

Pas un mauvais album, loin de là, les fans adoreront cette dose de mélodicité costaude. Après, la subjectivité s'empare du plancher et elle décidera d'absolument tout.

Podium : (or) "Uncage My Sanity", (argent) "King Delusion", (bronze) "Memento".

Indice de violence : 1,5/5.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par MEFISTO :


NEURAXIS
The Thin Line Between (2008)
Les rois du Death Mélo québécois !




The ARCANE ORDER
The Machinery Of Oblivion (2006)
Le nec plus ultra du Death Mélodique


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Jan-ole Lamberti (guitare)
- Volker Dieken (guitare)
- Jann Hillrichs (batterie)
- Carsten Schorn (basse)
- Raimund Ennenga (chant)


1. King Delusion
2. Protean
3. Apnoea
4. Deadening
5. Memento
6. Uncage My Sanity
7. Devoid
8. Desolate Ruin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod