Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Judas Priest, Saxon, Steve Vai , Ted Nugent , Tigertailz, Tipton, Entwistle & Powell, Toto, Yngwie Malmsteen , Warrant, Zeno, Kelly Keeling , Snakecharmer, Red Zone Rider, Richie Kotzen , Racer X, Paul Gilbert, Black Sabbath, Scorpions, Ufo, Dio, Fastway, Foreigner, G3, Derek Sherinian , Michael Lee Firkins , Meat Loaf, Kingdom Come, Joe Satriani , Impellitteri
- Style + Membre : Michael Schenker , Ozzy Osbourne , Praying Mantis, Rainbow, Thin Lizzy, Whitesnake, Wami, Wild Horses, John Norum , Alcatrazz, Badlands, Baton Rouge, Contraband, Deep Purple, Dokken, Gary Moore , George Lynch , Helix, Jagged Edge, King Kobra
 

 Site Officiel De Michael Schenker (836)
 Myspace (246)

MSG - Rock Will Never Die (1984)
Par JEFF KANJI le 23 Mars 2017          Consultée 462 fois

Quand sort ce deuxième opus live de MSG, le groupe n'existe quasi plus, Michael Schenker ne s'entendant plus avec Barden, allant jusqu'à l'abandonner dans un hôtel sans un sou en poche en cours de tournée après une ultime altercation, résultat de la lassitude croissante ressentie par plusieurs membres du groupe quant à l'annulation répétée de dates. Prié par le management d'enterrer la hache de guerre, Gary Barden reprend la route avant qu'une ultime prise de tête en avril 1984 ne scelle le départ définitif du chanteur, suivi de près par Chris Glen, pourtant fidèle depuis les débuts.

Capté en plein milieu de la tournée britannique de promotion de "Built To Destroy" lors de deux dates au mythique Hammersmith Odeon, "Rock Will Never Die" est l'occasion de montrer le nouveau visage un peu plus FM observé sur le quatrième album du Blond Germain, notamment via l'apport d'Andy Nye et de Derek St Holmes, qui remplacent Paul Raymond dans ses attributions. Et il faut avouer que les arrangements ont ce côté plus riche, plus léché, avec le renfort d'un guitariste rythmique. Cela se ressent aussi au niveau des chœurs, Derek St Holmes ayant largement fait ses preuves sur la version américaine de "Built To Destroy". Il est d'ailleurs d'un grand secours pour Gary Barden, chantant comme sur disque "I'm Gonna Make You Mine" ainsi que le "Rock You To The Ground" de Graham Bonnet.

Le principal reproche que je ferai à ce disque c'est qu'il sonne plus daté que son prédécesseur, et ce majoritairement à cause d'un son de batterie particulièrement synthétique (la caisse claire surtout - une horreur) et de claviers kitsch pas aussi travaillés qu'en studio assez représentatifs d'une époque donnée, précédant de peu l'arrivée du Hair Metal.

Le deuxième problème vient de Gary Barden, qui se met en danger régulièrement, peinant à tenir sa voix sur pas mal de classiques sur lesquels il était deux ans auparavant bien plus à son aise. Après le jeune Anglais n'a jamais été un frontman particulièrement brillant mais là sur "Red Sky" notamment ça fait mal… Et heureusement qu'il peut compter sur le soutien de ses collègues sur "Cry For The Nations" où il semble à bout de souffle. De même il n'arrive pas à redonner son lustre au "Attack Of The Mad Axeman" et ce malgré un Michael Schenker particulièrement en verve et "Rock Will Never Die" perd un peu plus de cette aura épique qu'on pouvait généreusement lui attribuer sur "Built To Destroy".

Après le concert a ses bons moments, notamment ce très UFO-esque "Looking For Love" extrait de MSG et ce final en forme de bœuf géant où les deux frères Schenker sont réunis sur scène avec Klaus Meine pour un "Doctor, Doctor" endiablé. Le Schenk' malgré ses excès se montre sous un jour lumineux et le soutien de Derek St Holmes lui laisse la place pour s'exprimer, nous régalant de pas moins de trois instrumentaux et d'un pont flamboyant sur "Attack Of The Mad Axeman". À noter que je me suis basé sur le remaster de 2009 qui réintègre pas moins de six titres absents du pressage original, la version de base de neuf titres n'ayant franchement aucun intérêt.

Pour finir la tournée, Michael Schenker embauchera, en sus d'une nouvelle section rythmique, un intérimaire du nom de Ray Kennedy, un songwriter américain ayant collaboré avec les plus grands (des BEACH BOYS à FLEETWOOD MAC en passant par Dizzy GILLEPSIE ou encore Buddy RICH), qui malgré un look excentrique, fera admirablement le job, comme le bootleg capté en Japon permet de le constater, presque mieux que Gary Barden d'ailleurs… C'est l'implosion du MICHAEL SCHENKER GROUP dont on n'entendra plus parler jusqu'en 1986. "Rock Will Never Die" est un album live sympathique et honnête, mais qui soutient mal la comparaison avec l'anthologique "One Night In Budokan" en dépit d'une setlist plus variée et qui au final le témoignage du calme avant la tempête, un chant du cygne pour la glorieuse ère du MSG.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


DEF LEPPARD
Adrenalize (1992)
Retour des riffs et perte d'un guitariste

(+ 1 kro-express)



DAMN YANKEES
Damn Yankees (1990)
Le supergroupe à retenir


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Michael Schenker (guitare)
- Gary Barden (chant)
- Derek St Holmes (guitare rythmique, chœurs, chant sur 5,11)
- Chris Glen (basse)
- Andy Nye (claviers, chœurs)
- Ted Mckenna (batterie)
- Klaus Meine (chant sur 15)
- Rudolf Schenker (guitare sur 15)


1. Captain Nemo
2. Rock My Nights Away
3. Are You Ready To Rock
4. Cry For The Nations
5. Rock You To The Ground
6. Attack Of The Mad Axeman
7. Into The Arena
8. Courvoisier Concerto
9. Rock Will Never Die
10. Desert Song
11. I'm Gonna Make You Mine
12. Red Sky
13. Looking For Love
14. Armed And Ready
15. Doctor, Doctor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod