Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2016 Interitus

ESCARNIUM - Interitus (2016)
Par MEFISTO le 13 Janvier 2017          Consultée 563 fois

Je crois que c'est la première fois que je fais ça, mais bon, voilà. Je traduis le paragraphe de conclusion d'un chroniqueur de l'Europe de l'est, qui a évidemment chroniqué cet "Interitus", deuxième album d'ESCARNIUM. Je vous préviens, la syntaxe est pourrie, le type a sans doute 13 ans, mais ça me fait rigoler autant que l'imagerie Death.

ESCARNIUM a sorti cette année un album de Death Metal poussiéreux, malsain. Le nihilisme se fait ressentir dans chaque note. On dirait qu'"Interitus" est recouvert de couches de boue des années 90. Pouvez-vous entendre les échos venant de l'au-delà? Vous retrouverez de la spiritualité occulte, de la froideur de vieille tombe oubliée, de la noirceur de tunnel caché sur ce nouvel album. Ça et des riffs acérés, un chant dévastateur et une urgence morbide. Sentez-vous le besoin ? Bienvenue au Death old school et à une session d'occultisme. Les barrières de l'Enfer sont ouvertes ! Cet album a dû être enregistré dans un mausolée isolé. Allumez les chandelles, ouvrez votre âme noire et brûlez les vieux livres de rituels que résonnent les chorales de l'au-delà! Ce Death Metal assassine dans le couvert de la noirceur mystique !

Vous en avez assez ? Et si je vous disais qu’ESCARNIUM est comparé aux vieux routiers d’INCANTATION, d'EMTOMBED et BOLT THROWER, première période ? Ça vous tente ? Comme tout groupe de Death old school avec le moindrement de vécu, INCANTATION, par exemple, a été capable du meilleur comme du pire, les riffs assassins se pointant parfois, effaçant les redites au niveau des ambiances classiques. Chez ESCARNIUM, on retrouve l’essence porcine et gore des combos de Death traditionnel, avec la vase et le groove des trop rares artistes assassins provenant d’Amérique du Sud.

Oui, car ESCARNIUM est Brésilien et ça s’entend. Ce son sale et fangeux, mais à la fois sec et râpeux, qui vous prend aux tripes, vous connaissez sûrement. Ce qui nous plaît particulièrement dans les fondements du Death, le old school de surcroît. Le plus beau est que le groove, les solos et les riffs molosses pimentant "Interitus" sont sublimés par une thématique certes déjà exploitée, mais gravement rude : la mort, qui se présente ici sous la forme de massacres et d'abus sur la race humaine. La pochette nous ouvre la voie, mais l'écoute de ces 37 minutes de Death froid et direct est la meilleure preuve qu'ESCARNIUM est un putain d'émissaire de vous savez qui.

L'interprétation sur "Interitus" est assez carrée dans le genre, sans trop d'excès au niveau des atmosphères ou des breaks. ESCARNIUM éparpille certes quelques bridges ici et là, des solos bien réussis, doublés par une batterie nerveuse et une basse sublime qui font lever le soufflé dans cette fournaise endiablée. La production est à cheval entre le passé et les prouesses actuelles des réalisateurs, donnant le maximum à "Interitus" pour qu'il rende hommage à une époque que le groupe n'a pas connu, lui qui a été fondé en 2008.

Ceci étant clamé, ESCARNIUM ne réinvente rien, il ne fait que répéter ce que ses aînés ont vomi dans les décennies précédentes. C'est le cruel piège dans lequel les jeunes formations tombent souvent, à moins d'être touchés par la grâce de Lucifer. Bien sûr, il y a un podium, ces trois pièces se détachent un peu de lot et valent le détour. Mais il reste qu"Interitus" demeure un bon album sans explosions extravagantes.

Les fans de Death old school devraient fondre sur ce skeud comme un oiseau de proie. Je l'ai fait. Ce qu'accomplit ESCARNIUM, il l'accomplit de brillante façon.

Podium : (or) "Omnis Mortuus Est Interitus", (argent) "Genocide Ritual", (bronze) "While the Furnace Burns".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


DESOLATE SHRINE
The Sanctum Of Human Darkness (2012)
Quand on est entré, la porte se verrouille...




FLESHGOD APOCALYPSE
King (2016)
Prendre son temps, c'est royalement payant.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Victor Elian (chant, guitare)
- Mauricio Sousa (guitare)
- Vitor Giovanni (basse)
- Nestor Carrera (batterie)


1. The Horror
2. While The Furnace Burns
3. Starvation Death Process
4. Radioactive Doom
5. Omnis Mortuus Est Interitus
6. Macabre Rites
7. Genocide Ritual
8. The Gray Kingdom
9. 100 Days Of Bloodbath
10. Human Waste



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod