Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2016 Nova
 

- Style : Blues Pills, Inglorious, Led Zeppelin

RAVENEYE - Nova (2016)
Par DARK BEAGLE le 10 Janvier 2017          Consultée 558 fois

Aujourd’hui, nous allons parler de RAVENEYE. Alors oui, c’est quoi encore que ce truc-là, RAVENEYE ? Il s’agit d’un power trio fondé par Oli Brown en… Stop ! Qui c’est encore ce Oli Brown ? Hein ? C’est vrai quoi, on balance des noms comme ça, comme si c’était une évidence. Je vous dirais bien d’aller faire un tour sur Google, qui est votre ami autant que le mien, mais la charte de Nightfall me susurre gentiment que j’ai un devoir envers vous tous mes p’tits loups, alors je vais vous répondre le plus gentiment possible (imaginez des petites fleurs autour des mots) : Oli Brown est un jeune guitariste britannique qui a déjà sorti trois albums de Blues Rock ainsi qu’un live, capté alors qu’il assurait la première partie de Joe SATRIANI. Sa plus grande influence ? Jimi HENDRIX (le mec qui a l’art de placer la barre haut d’entrée de jeu. Soit c’est du masochisme, soit c’est avoir une confiance en soi qui frise le suicidaire).

Bref, Oli Brown a monté RAVENEYE en 2014 et sorti un premier EP en 2015 et va se retrouver rapidement à ouvrir pour des formations comme BLUES PILLS ou DEEP PURPLE, sans oublier un passage remarqué à la dernière édition du Hellfest. "Nova", le premier véritable album du groupe, représente un véritable test pour Brown, qui veut pérenniser son projet et prouver que dans le domaine du Hard Rock, il n’est pas qu’un feu de paille. C’est Frontiers Records qui hérite du bébé, les draps qui l’entourent sont propres quoique bizarres.

Outre Oli, on trouve également Aaron Spiers à la basse, à la base un solide musicien de Jazz, tandis que la batterie est tenue en studio par Gunner Olsen qui a aussi bien joué avec SHAKIRA que Bruce SPRINGSTEEN. Là, vous devez être au point où vous devenez pâles et imaginez un sacré bordel sonore. En fait, il n’en est rien. RAVENEYE dispense un Hard Rock classieux, capable et coupable de passages burnés bien comme il faut.

Il y a quelque chose d’accrocheur dans cet album. Une énergie communicative se dégage de l’ensemble et ça fait plaisir à entendre. La formule du power trio convient très bien à la formation, cela donne un gros son où la batterie claque avec autorité. Olsen possède une véritable frappe de brute et certaines de ses interventions sont très appréciables, comme sur "Wanna Feel You" ou encore "Inside". Il y a du feeling, la guitare sait remplir la place qui lui est allouée. Du Hard Rock bien ficelé donc et Brown chante bien, ce qui ne gâche rien, bien entendu, que ce soit sur les titres les plus posés ("Eternity") ou les plus rentre-dedans ("Hero").

Mais ce qui fait la force de ce "Nova" fait également sa faiblesse. A force de trop vouloir en faire, de balancer la sauce en continu, l’album finit par devenir très, trop homogène. Passée la première moitié, difficile de rester concentré et de réellement différencier les morceaux les uns des autres. Forcément, cela devient problématique, même si pris individuellement les morceaux sont plutôt bien foutus. C’est bien gentil de vouloir se forger une identité, de se trouver un son, mais quand cela se fait au détriment de l’inspiration, cela pose toujours un problème.

Parce que, lorsque l’on écoute ce que fait ce fameux Oli Brown en solo, son Blues Rock raffiné, on peut regretter que le jeune homme ne prenne pas plus de risques, qu’il cherche une zone de confort où il va s’enfermer. C’est vraiment dommage car c’est là LE défaut de ce disque, le truc qui fait qu’il ne va se voir octroyer que trois étoiles seulement quand la quatrième lui tendait les bras. Mais ce sera peut-être pour la prochaine fois. Le potentiel est là, les musiciens sont rodés et, sur scène, RAVENEYE va finir par s’imposer comme une machine de guerre.

On va arrêter d’accabler ce pauvre Oli, il n’en demande pas tant et il ne mérite pas autant de haine. Rien que pour la montée en puissance de "Wanna Feel You", pour la classe d’un "Come With Me", ce disque mérite que l’on s’y attarde. Après, on peut parler d’un chroniqueur peut-être un brin blasé, qui prend plaisir à descendre gratuitement un disque qui mériterait mieux (là encore, on va invoquer la charte du site qui m’empêche de vous dire « mais euh, çaihentoubientouthoneur » !). Soit. Mais si ce disque vous plait, franchement, c’est tant mieux. RAVENEYE est un groupe en devenir, il peut aller loin. A condition de savoir se renouveler.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Dreamboat Annie (1975)
Dames de cœur




BLUES PILLS
Lady In Gold (2016)
Essai transformé


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Oli Brown (guitare et chant)
- Aaron Spiers (basse et chant)
- Gunnar Olsen (batterie)


1. Wanna Feel You
2. Come With Me
3. Inside
4. Hero
5. Supernova
6. Walls
7. Oh My Love
8. Madeline
9. Hate
10. Out Of The Rain
11. Eternity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod