Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : NaÐra, Sinmara, Carpe Noctem
 

 Site Officiel (418)
 Myspace (280)
 Facebook (101)

MGŁA - Groza (2008)
Par PERE FRANSOUA le 11 Août 2016          Consultée 990 fois

Un jour on tombe amoureux de MGLA et l'on se passionne pour toute leur production.
"Groza" est leur premier album. Un disque un peu délaissé car éclipsé par les deux chefs d'œuvres qui suivront. Quartes titres seulement pour 36 minutes, il passerait presque pour un EP.

Pour ceux qui auraient raté tous les épisodes, je rappelle ici que MGŁA joue un Black Metal à la fois archi-classique et en même temps totalement rafraîchissant, que ces 2 membres qualifient eux-mêmes de "Norsecore" (en suivant la sainte trinité norvégienne "Transilvanian Hunger"-"Filosofem"-"Nattens Madrigal") mais qui transcende largement cet héritage, et réussit le tour de force de faire cohabiter la radicalité de DARKTHRONE, la virtuosité de ULVER et le cafard de BURZUM, et ainsi offrir un avenir au genre. Son Black Metal véhicule des émotions puissantes par sa musique et un nihiliste existentiel par ses textes profonds, le tout servit par une production organique, des mélodies évidentes et une voix rauque et audible.

"Groza" est un petit pavé opaque. On y rentre par un petit roulement de batterie, et il se donne à vous tout entier, sans fioritures ni froufrou. Pas de structure tape à l'œil sur "I", seulement des mélodies fort simples en trémolo picking dont la beauté paisible et triste vous serre le cœur.
On se laisse bercer par ce son noir et clair, on suit les variations subtiles du jeu de batterie, les jolis trémolos et les arpèges mélancoliques qui s'égrainent durant ces 10 minutes de mid-tempo lancinant.
"II" nous gratifie d'une montée irrésistible qui vient nous chatouiller l'oreille, tandis que le chanteur nous répète la célèbre phrase de J. R. Oppenheimer (l'inventeur de la bombe atomique) "now I am become death...", puis un blast arrive sans crier gare et vient récompenser l'auditeur, on entend le kit de batterie cliquer en tous sens, le tremolo picking bâtit sur deux notes vous vrille le cortex.

Ainsi passent sur vous la rage et le désespoir, les quelques blast et les nombreux groove quasi rock, les dialogues délicats d'arpèges dissonants entre les deux guitares, la basse libre de ses mouvements, les textes vociférés par une voix moins vindicative que sur les opus suivants (et plutôt en recul au niveau du mix).
Le cafard existentiel de "III" et la tristesse paisible de "IV" ne font rien pour nous sauver de cette grisaille infinie, même quand la batterie s'emballe, sur un trémolo entêtant où sur cet arpège désespéré répété encore et encore à la fin du dernier morceau.
L'effroi et l'horreur ("groza" en polonais dans le texte) que procure l'expérience intime du nihilisme est criée à la face de l'auditeur avec la rage et l'énergie du désespoir sur la troisième piste. "Groza... groza… groza..." nous répète-t-il sur tous les tons, avant de conclure par un "hail nothing full of nothing", glorification cynique du mal à l'âme.

"Groza" est moins long, moins rapide, moins riche, moins évident et moins jouissif que les deux chefs d'œuvres à suivre. Pourtant on aimera tendrement et profondément cette beauté naturelle en dégradé de gris sombres qui vous enveloppe de son désespoir charmeur, servit par des ingrédients bruts et purs. Une œuvre extrême mais sans excès, et qui n’écœure jamais. Les meilleurs plats sont ceux qui, simples et bons, ne vous lassent jamais.

A lire aussi en BLACK METAL par PERE FRANSOUA :


SORDIDE
Fuir La Lumière (2016)
En route pour la joie




MYSTICUM
In The Streams Of Inferno (1996)
Et le Black Metal Industriel fut...


Marquez et partagez







 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- M. (vocaux, guitares, basse)
- Darkside (batterie)


1. I
2. Ii
3. Iii
4. Iv



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod