Recherche avancée       Liste groupes



      
SINGERIE OLD SCHOOL  |  STUDIO

Lexique speed metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


GEHENNAH - King Of The Sidewalk (1996)
Par CITIZEN le 23 Mai 2016          Consultée 564 fois

C’est marrant comme chaque groupe peut être immédiatement identifié à ses fans- que ce soient les Turbojugend, les mecs avec leur veste BLS et toutes les tribus typées rock’n’roll. Pour GEHENNAH c’est d’autres indices qui sautent aux yeux, et je m'imagine toujours avoir affaire à eux par exemple quand je lis des histoires de pieux cachés dans des lacs en Finlande pour faire des tours aux vacanciers, des Isérois qui tuent leur voisin à coup de fusil ou des faits divers avec des types bourrés. Hasard du calendrier, j’étais en pleine rédaction de la chronique de ce deuxième album de 1996 juste au moment où GEHENNAH sort sa nouvelle obscénité après quelques années de reformation, mais je fais confiance aux lecteurs pour aller voir par eux-mêmes les chros de cet album plus actuel.
Complément thématique parfait à la Metal Inquisition de PILEDRIVER et à Neil Tanaka, mascotte de METALUCIFER, avec qui il forme la trilogie officieuse de la metalsploitation à travers les années, GEHENNAH est un peu le Dirty Harry schlag du hard qui patrouille inlassablement les sorties de salle de concert, le badge cousu au dos de la veste et la tronçonneuse sur le siège passager. De l’humour et aussi peu de subtilité que possible, là où même les punks se donnent l’impression de défourailler contre les posers ou le système, GEHENNAH défouraille contre tout ce qui a le malheur de ne pas ressembler à du metal avec pour seule justification la vertu inhérente au volume sonore le plus puissant possible. Le reste ? Beuverie et inceste (si j'ai bien lu en filigrane dans certaines interviews). Moins poussif que le premier album (qui contient tout de même mon mantra personnel, le morceau "Hardrocker"), "King Of The Sidewalk" jouit de riffs joués à la vitesse de l’éclair et d’une basse-pilon qui fait l’effet de s’allonger sur une autoroute et de se faire passer dessus par un convoi de camions.
Rauque comme les premiers BULLDOZER mais en remplaçant le côté vaguement occulte par une machine à hits, "King Of The Sidewalk" fout sévèrement les glandes avec un florilège de chansons que j’ai pas besoin de toutes évoquer pour en traduire l’idée, foutons à l’arrache le morceau-titre avec "Demolition Team", "Bitch With A Bullet Belt" ainsi que "Rock’n’Roll Patrol" et peut-être "Bang Your Heads For Satan" (notez que je ne choisis même pas les morceaux en fonction de leur titre, y a encore mieux (pire) dans cet album !) dans le sac des chansons qui se dégagent du lot. J’ai cité à peu près la moitié des titres ? Vous voyez où je veux en venir, et c’est pour une bonne raison que je vais essayer de pas trop causer de l’autre moitié : disons que Mr Violence et Rob Stringburner sont plus les rois du trottoir que de la guitare, et que s’ils ont toujours une bonne punchline qui justifie ce trop-plein de chansons, c’est plutôt par hasard qu’ils arrivent à aligner suffisamment de riffs vraiment puissants pour que quelques chansons valent quelque chose. Malgré son entrée en lice très accrocheuse avec un riff de basse à se damner, peu de morceaux réussissent à surprendre et mettre de la variété là-dedans (même s’il y a une reprise d’Elvis Presley !), et les morceaux que j’ai soigneusement sélectionnés réussissent également à être parfois emmerdants en gardant des gimmicks lourds (épeler tout D.E.M.O.L.I.T.I.O.N T.E.A.M je sais pas qui ils essayaient d’imiter mais c’est foireux).
Pour évaluer l’intérêt et la qualité, ne cherchez quand même pas plus loin que la maxime que le bon black-thrasheur crache tandis que le mauvais black thrasheur crache mais bon. J’ai déjà dû utiliser cette référence mais elle reste quand même vraie pour tous les genres de zique et a fortiori pour le Black-Thrash, parce que soyons sérieux qu’est-ce qui se fout plus des clichés qu’un groupe de venomcore qui a commencé en tant que groupe de reprises de VENOM mais qui sonne pour le coup plus comme un MOTÖRHEAD stérilisé ? D’ailleurs GEHENNAH ne font pas vraiment du black/thrash, mais ça n’aucune importance puisque chercher un terme plus approprié donnerait un truc ampoulé du style speed’n’roll ou je sais pas quelle connerie. Jveux dire l’essentiel dans le Metal c’est les vestes à patches non ? Hein, vous voulez dire que vous avez jamais passé plusieurs heures devant le Klub à vous geler les couilles en faisant n’importe quoi jusqu’à finir par snober un concert pour lequel vous avez quand même payé ?
En un mot comme en cent, GEHENNAH sont des vieux loups de mer qui font (du moins dans leur idée) du VENOM worship depuis le fond des temps ou c’était pas encore cool, et qui en ont si peu honte qu’ils sont même revenus en remettre une couche maintenant que chaque village dans certaines régions semble déborder de combos qui veulent absolument être les VENOMHEAD incontestés de leur département/lander/voivodie. Sauf qu’eux n’ont pas les couilles d’endosser le costume du clown à fond, même si ça les empêche pas forcément de se vautrer. GEHENNAH, à défaut d’en avoir quelque chose à foutre ou d’avoir écrit de réels hymnes ou riffs plus long que ce qu’il faut pour qu’un poing arrive sur un nez, reste donc le champion de son très étroit créneau et un groupe qu’il est toujours pertinent de voir squatter les scènes estivales (celles où la seule bonne raison de pas avoir de verre à la main, c’est que vous êtes tout nu dans le moshpit) et sur lequel il fait bon s’égosiller.

A lire aussi en SPEED METAL par CITIZEN :


MIDNIGHT [US]
Satanic Royalty (2011)
Black damnatioooeuarghh




KAT
666 (1986)
La quintessence du speed sinistre


Marquez et partagez




 
   CITIZEN

 
  N/A



- Hellcop (batterie)
- Ronnie Ripper (basse)
- Rob Stringburner (guitare)
- Mr Violence (chant)


1. Rock-n-roll Patrol
2. Hellstorm
3. Bitch With A Bulletbelt
4. King Of The Sidewalk
5. (you're The) Devil In Disguise
6. Bang You Heads For Satan
7. Chickenrace
8. Tough Guys Don't Look Good
9. Saturdaynight Blasphemer
10. Bulldozer
11. Demolition Team



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod