Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nile, No Return
- Style + Membre : Dies Irae

VADER - Revelations (2002)
Par MOX le 1er Décembre 2002          Consultée 4438 fois

Pologne: Solidarnosk, Karol Wojtila ou autres mauvaises blagues sur Lech Walesa. Vader, et ils nous l'ont déjà montré, n'a pas envie de rire. D'ailleurs, vue la pochette, on peut se douter des thèmes abordés. Et on ne s'y était pas trompés, Vader officie toujours dans le death.

Ce qui surprend dès le départ, c'est le son particulièrement propre de l'ensemble: ni brouillon, ni trop clair bien sûr car les guitares sont très sous-accordées. Néanmoins la batterie ne ressemble pas à un bruit que ferait une baguette sur un coussin.Pour un ex du bloc de l'est, autant dire que les préjugés tombent. Ce qui surprend moins après, c'est ce chant guttural caractéristique du death. Mais là pas de problème, il ne s'agit pas d'une succession de beuglements même si le tout reste puissant.. Et puis d'autre part la batterie. Bon certes elle peut paraître répétitive, n'empêche les blast-beats fusent de partout et le batteur martèle avec une telle rapidité tout au long de l'album qu'on se demande s'il est humain. Il le dit d'ailleurs lui-même: il a énormément de mal à jouer "lentement".

Non ce qui fait que Vader se dégage du peloton, c'est l'originalité de ses riffs. Vader ratisse large large dans l'horizon death-metalleux. Les riffs sont simples, tantôt rapides tantôt très lourds. C'est ce qui caractérise chaque morceau: une alternance de moments lents et d'autres purement furieux( Epitaph, When Darkness Calls). Chacun est constitué d'un riff "trame principale" sur lequel se greffent les changements de rythme. Chaque mélodie est différente car chaque jeu est différent. Vader passe d'un death brutal très rapide(aux alentours de 2 minutes) pour Torch of War ou Whisper, à un death qui lorgne sur le thrash (toujours à cause des riffs) dans The Code, voire même parfois heavy (enfin ce qui "rapelle" le heavy) pour When the Darkness Calls.

Dans tous les cas le résultat reste agressif, carré et épaulé par de superbes solos rivalisant de rapidité avec la batterie, et ce n'est pas peu dire. C'est là que prend l'efficacité des morceaux courts: brutaliser l'auditeur et ne lui laisser aucun moment de répit.
Et pour ceux qui douteraient de leurs compétences, Vader termine par ses 7 minutes de Revelations of Black Moses, surprenant de recherche artistique pour du death: un morceau en plusieurs parties, avec intro, plusieurs solos; comme pour montrer qu'ils savaient étaler leur musique sur le temps.
De toute façon ce morceau, il le fallait bien, vue l'extrême petitesse du CD, 33 minutes c'est peu quand même. Alors effectivement c'est du death, c'est bourrin et ça tâche. Pour peu que vous ne soyiez pas rebutés par l'archétype du death brutal, ce Vader est hautement recommandable, surtout car il ne se cantonne pas au death brutal. Et pour peu qu'à la base vous aimiez le death, alors c'est les yeux fermés que vous pouvez vous jeter dessus.
Destruction, mort, guerre...Ils sont pessimistes ces groupes de death.

A lire aussi en DEATH METAL par MOX :


BOLT THROWER
Honour, Valour, Pride (2002)
Death metal

(+ 1 kro-express)



BOLT THROWER
Warmaster (1991)
Death metal


Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Peter (guitares, chant)
- Doc (batterie)
- Mauser (guitares)
- Simon (basse)


1. Epitaph
2. The Nomad
3. Wolftribe
4. Whisper
5. When Darkness Calls
6. Torch Of War
7. The Code
8. Lukewarm Race
9. Revelation Of Black Moses



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod