Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH ATMO  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Morbid Angel
- Style + Membre : Mithras, The Senseless

SARPANITUM - Blessed Be My Brothers... (2015)
Par METALOMANE le 27 Avril 2015          Consultée 5352 fois

Ne vous fiez pas aux apparences, car derrière cette pochette faisant plus penser à l’époque des Croisades qu’au détartrage de gencives à coup de pics à glace, nous avons bien affaire à du Death Metal. Et plutôt brutal même. Mais aussi mélodique, vu que ce n’est pas interdit de mélanger les deux. Alors pas mélodique pop-style à la IN FLAMES ou DARK TRANQUILLITY, non, non ! Là on est dans l’héroïque, l’épique, le glorieux ! Un champ de bataille béni où les frères d’armes répandent la bonne parole à grand coup de claymore dans la tronche, Dieu à leurs côtés (enfin ça c’est ce qu’ils croient !), se sacrifiant pour la gloire du Seigneur et se transformant en martyrs. Voilà qui n’est pas banal pour du Brutal Death, vous en conviendrez.

Le seul groupe auquel on pourrait rapprocher la musique de SARPANITUM serait MITHRAS, dans lequel officie également Leon Macey (comme par hasard), où l’on remplacerait le délire "nébuleuses, trous noirs et ovni" par "guerres saintes et génocides de masse pour cause de croyances incompatibles". Le groupe déploie une brutalité technique effarante, le niveau de jeu est de très haute volée et les soli, tous magnifiques, s’avèrent totalement injouables pour 99% du commun des mortels. Ce n’est toutefois pas du tout une machine à mosh ou à headbang, le credo du groupe étant de développer des atmosphères par le biais de compositions fluides et finement élaborées. Ceux qui ne jurent que par CANNIBAL CORPSE peuvent donc retourner fister des macchabées au couteau, on est entre gens civilisés ici ! Leon Macey dans son rôle de distributeur de blasts est absolument incroyable, accompagné de ses roulements supraluminiques. Son jeu fourni, très dense et hypervéloce est reconnaissable entre mille. Véritable homme à tout faire, c’est aussi lui qui s’est occupé de l’enregistrement et du mixage. Et il se révèle être tout aussi doué derrière les manettes que derrière sa batterie, la production étant parfaitement claire et puissante, très proche de celle de MITHRAS (forcément vu que c’est lui aussi), et mettant joliment en avant les nombreux soli et leads ultramélodiques illuminant l’album avec moult effets d’échos et de delay (comme chez… MITHRAS, bah putain vous allez finir par le savoir !).

L’intro instrumentale pose d’emblée l’ambiance de ce qui sera sûrement l’album Death Metal de l’année 2015 (sauf si le MITHRAS se décide enfin à sortir, on peut toujours rêver), une progression épique qui nous donne envie de crier "Hallelujah" avec ferveur juste avant que le premier titre nous explose à la tronche façon sainte-grenade dans Worms (mais si, le jeu vidéo avec les vers de terre qui se foutent sur la gueule !). Le clavier n’est là qu’en soutien, mais instaure de temps à autre une ambiance de cathédrale apportant une aura de légende aux morceaux, par exemple sur le final de "Glorification Upon The Powdered Bones Of The Sundered Dead" qui sonnerait presque comme une version death d’EMPEROR. Le début de "I Defy For I Am Free" est définitivement le moment le plus fort de la galette avec ce riff inoubliable sur lequel on pourrait très bien s’imaginer William Wallace dans Braveheart défiant ses ennemis, seul contre mille, en hurlant "Freedooooom!" pour ensuite aller faire un teabag sur la tête fraîchement décapitée d’un soldat adverse (ah ben oui, on reste dans le Death Metal tout de même !).

Au rayon des défauts, ça va être vite vu, il n’y a que les deux interludes qui, s'ils sont cohérents avec le reste de l’album, se révèlent dispensables surtout vu la durée de l’album, assez court. J’aurais préféré deux vrais morceaux à la place. Voilà, c’est tout. Le reste tutoie la perfection absolue que ce soit en termes de composition, d’inspiration ou d’exécution. Bref, enfin un disque de Death récent vraiment original et possédant une forte personnalité, signe d’un groupe qui veut peser dans la game. Ça fait du bien !

A lire aussi en DEATH METAL par METALOMANE :


MITHRAS
Worlds Beyond The Veil (2003)
Dans l'espace, personne ne vous entendra bander




The SENSELESS
The Floating World (2012)
En attendant la vague


Marquez et partagez






 
   METALOMANE

 
   MEFISTO
   POSITRON

 
   (3 chroniques)



- Tom Hyde (guitare, basse)
- Tom Innocenti (guitare, chant, claviers)
- Leon Macey (batterie)


1. Komenos
2. By Virtuous Reclamation
3. Truth
4. Glorification Upon The Powdered Bones Of The Sunde
5. Immortalised As Golden Spires
6. Thy Sermon Lies Forever Tarnished
7. I Defy For I Am Free
8. Homeland
9. Malek Al-inkitar
10. Blessed Be My Brothers



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod