Recherche avancée       Liste groupes



      
CRACK ROCK STEADY  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : LeftÖver Crack
 

 Facebook (109)

CHOKING VICTIM - No Gods, No Managers (1999)
Par CHAPOUK le 10 Mars 2015          Consultée 1245 fois

« Keuwa ? Du Crack Rock Steady ? Elle a dû en fumer pas mal du crack justement pour inventer des trucs pareils ! »
Voilà c’est possible que vous pensiez un truc du genre en vous rendant compte de ce que je vous propose aujourd’hui. Et bien sachez que le Crack Rock Steady existe bel et bien, c’est justement CHOKING VICTIM qui a introduit cette dénomination dans la scène Ska-Punk.

Alors que veut dire ce nom barbare ?
A la différence du Ska-Punk (qui utilise des cuivres et une rythmique à la fois Punk et Ska) et du Skacore (pas bien différent du Ska-Punk mais un peu plus burné puisqu’il prend des éléments du Hardcore pour faire sa sauce) le Crack Rock Steady est une musique de squatters joués par des squatters, à l’instar du Crust.
Musicalement on a des éléments Ska (cette rythmique si entraînante), Punk (des guitares bien crasseuses), Punk Hardcore et Crust (surtout au niveau des paroles et de la technique de chant) mais à la différence des deux styles cités précédemment pas de cuivres, c’est la guitare qui fait tout. Et surtout on ne retrouve pas vraiment cette ambiance joyeuse, festive, « pouet-pouet », souvent présente dans le Ska-Punk ou le Skacore. Ici c’est plutôt l’énergie, l’urgence et les cris qui dominent.
Pour vous situer on est plus proche de BLACK FLAG que de SKA-P.

Ok, et pourquoi Crack Rock Steady ?
Honnêtement j’en sais rien, ils auraient aussi bien pu choisir « Tartiflette Jelly Core » ça aurait été pareil à mon avis, c’est juste histoire de se différencier, et je suppose que ça doit également faire un clin d’œil à The CLASH et leur "Clash Rock Steady" (une reprise Rocksteady de "Death Or Glory") .

Bref tout ça pour dire que ce groupe a bien sa place sur NiME et que vous pourriez bien accrocher à ce qu’ils font si vous aimiez quand ça se déchaîne mais que ça donne aussi envie de bouger son popotin.

Premièrement, parce qu’il y a des éléments, Crust et même Metal dans leur musique. Le chant, les riffs (on entend même l’intro de "Raining Blood" au beau milieu d’un break de "In My Grave") tout y est. Par exemple, "Fuck America" débute sur un gros Death bien crado avant d’adopter une rythmique Ska et un refrain Punk hyper fédérateur. "Praise To The Sinners" après une intro samplée propose une mélodie Flammenco qui se transforme assez rapidement en une sorte de Black Metal qui débouche sans temps de répit sur "Living The Laws", un morceau purement Crust.

Deuxièmement parce qu’il y a évidemment beaucoup de Punk là-dedans : des titres comme "In Hell", "Fucked Reality", "Money" font facilement écho aux DEAD KENNEDYS, MINOR THREAT ou encore CIRCLE JERKS. "Suicide (A Better Way)" et "War Story" quant à eux rapprochent aisément CHOKING VICTIM des SUBHUMANS ou The DESCENDENTS. Pas besoin d’en dire plus, ces groupes sont des valeurs sures.

Et troisièmement parce qu’il y a des soupçons de Ska un peu partout. Dans "500 Channels", chez "In My Grave" où la rythmique Ska donne un côté roots au titre, sur "Hate Yer State" où cette fois elle détend légèrement l’atmosphère musicale et permet de bien entendre les paroles, ou bien encore sur "Five-Finger Discount" où cette fois ci elle apporte un côté The CLASH au morceau. Et bien sûr dans "Crack Rock Steady" qui est comme son nom l’indique est un joli melting-pot de Rocksteady, de Ska et de Raggamufin. Cette piste permet également de faire une pause avant le retour des guitares cradingue.

Alors si vous aimez tout ça profitez de ce skeud, c’est le seul et unique du groupe qui a splitté pendant l’enregistrement de "No Gods, No Managers" (certains membres ont formé par la suite LEFTÖVER CRACK). Les seules choses qui peuvent éventuellement gêner l’écoute, c’est la prod de qualité moyenne (ça s’entend surtout au casque) mais qui reste meilleure que celle des deux E.P du groupe ! La voix, éraillée, arrachée, tranchante, parfois désagréable de Stza, et éventuellement les paroles, si ça vous gonfle la politique dans la musique, qui comme vous vous en doutez au vu des titres et de l’historique du groupe sont bien penchées sur l’anarchisme, l’antifascisme etc…

Mis à part ces petits détails c’est un très très bon skeud que je recommande vivement !

A lire aussi en PUNK par CHAPOUK :


WEDNESDAY 13
Monsters Of The Universe : Come Out And Plague (2015)
Plus de sérieux c'est parfois mieux




The OFFSPRING
Ixnay On The Hombre (1997)
Mal aimé, je suis le mal aimé...


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Stza (chant, guitare)
- Ezra (guitare, chœurs)
- Shayne (basse, chœurs)
- Skwert (batterie, chœurs)
- Tommy Trujillo (guitare sur 12)


1. 500 Channels
2. In Hell
3. Crack Rock Steady
4. Suicide (a Better Way)
5. In My Grave
6. Fucked Reality
7. Money
8. Hate Yer State
9. Fuck America
10. War Story
11. Five-finger Discount
12. Praise To The Sinners
13. Living The Laws



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod