Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  COMPILATION

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Raise Hell
- Membre : Inmoria
- Style + Membre : Lefay
 

 Site Officiel (691)

MORGANA LEFAY - Fata Morgana (1998)
Par ROMDU le 1er Décembre 2002          Consultée 3104 fois

Actuellement devenu Lefay, Morgana Lefay dispose d'un lourd passé en terme de gros heavy bien lourd (5 albums), en témoigne cette compilation de ses meilleurs titres (un best-of quoi).

Le métal de Morgana Lefay est heavy, au sens premier du terme. Les compositions sont écrasantes, les riffs taillés dans le granit. Bref chaque note pèse son poids. Les morceaux sont généralement longs, et tout comme un diesel (Ndm : magnifique comparaison!), il faut leur laisser le temps de se lancer, de se développer, de s'en imprégner. Une fois les bougies de préchauffage éteintes, vous verrez que c'est pas la joie dans l'habitacle. Surtout quand le chanteur s'y met. Ce type n'est pas net. Ou alors s' il l'est, il le cache bien. Son registre oscille entre le cri faussement suraigu et les envolées lyriques étouffées, à la limite des lamentations.

En gros, un genre d'hybride de Messiah Marcolin (Candlemass) et de King Diamond ( ben je sais, ça fait contre nature!). Ses surprenantes embardées vocales couplées à une rythmique qui ne se décide pas à se désembourber rendent le disque franchement malsain, surtout que les termes abordés ne sont pas d'une grande gaieté. Entre "mad messiah", "nowhere island" et autres "paradise lost" , on se doute bien que la bonne humeur est hors sujet.
Mais toutefois, - et c'est ce qui fait l'originalité de Morgana Lefay - , on est assez loin des groupes de doom européens ( Candlemass en tête ), les influences se rapprochent autant du power métal américain à la Pantera que de groupes de heavy/doom classique. En fait, Morgana Lefay sonne quasiment comme du Iced Earth ralenti , en version encore plus lourde.

C'est peut être délibéré, mais aucun titre ne se dégage franchement. les refrains ne sont pas évidents et ... le cd en lui même est à l'image de sa musique: monolithique. Toutefois ça serait dommage de tout le temps pilonner sur un tempo égal, et c'est là qu'intervient la section rythmique. Alors là, c'est que du bonheur! Les compos semblent articulées autour
de la batterie qui nous gratifie de cassures de rythmes et breaks tous plus ajustés les uns que les autres.
Tout est minutieusement construit et architecturé, les plans de la section rythmique flirtent avec le prog tant ils sont variés et imaginatifs, et une grande partie du plaisir que procure les compos de Morgana Lefay vient de là .

Toutefois, une bonne partie des rythmes utilisés sont binaires, et cette formule musicale, malgré son aridité, fonctionne redoutablement. Les titres en deviennent franchement hypnothiques, et une écoute attentive possède quelque chose de fascinant.
En fait, dans le fond, ça ressemble à du Black Sabbath: sombre, minimaliste dans sa forme musicale, un toucher particulier pour la compo classieuse, le bon riff au bon moment, les breaks ajustés au millimètre. Morgana Lefay appelle le même genre de sensations que son illustre grand-père, tout en empruntant un chemin musical relativement différent. Et çà, c'est rare.

Titres à écouter en priorité :

Master of the Masquerade : Le morceau d'ouverture, break hyper simple mais astucieux, hululements d'aliéné du chanteur, ambiance pas saine; on entre directemnt dans le vif du sujet.

Madness : Assez atmosphérique, grosses montées en puissance soutenues par des guitares lancinantes et des voix en stéreo qui vous susurrent "madness". A noter le trés beau break mélodique au milieu du morceau (et on en profite pour saluer les gratteux qui nous pondent de superbes parties) et la reprise sur un riff à faire des trous dans les montagnes .

Wonderland : Mélodie splendide et bien mise en valeur sur le refrain, vraiment beau et presque ... spirituel. Assez positif, le seul morceau qui tranche avec le reste de l'album. Magnifique et lumineux.

A lire aussi en DOOM METAL :


MAR DE GRISES
Streams Inwards (2010)
Doomerie rêvée




GREEN CARNATION
Light Of Day, Day Of Darkness (2001)
Doom metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ROMDU

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- Charles Rytkönen (chant)
- Tony Eriksson (guitare)
- Peter Grehn (guitare, chœurs)
- Joakim Lundberg (basse sur 1,4,5,8,10,13,14)
- Joakim Heder (basse sur 2,3,6,7,9,11,12)
- Jonas Söderlind (batterie)


1. Master Of The Masquerade
2. Time Is God
3. Nowhere Island
4. Maleficium
5. Red Moon
6. To Isengard
7. Lord Of The Rings
8. Madness
9. What Am I
10. Excalibur
11. Mad Messiah
12. Paradise Lost
13. Wonderland
14. The Source Of Pain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod